Ouvrir le menu principal

Luís Figo
Image illustrative de l’article Luís Figo
Luís Figo en 2017.
Biographie
Nom Luís Filipe Madeira Caeiro Figo
Nationalité Drapeau : Portugal Portugais
Naissance (46 ans)
Lieu Almada (Portugal)
Taille 1,80 m (5 11)
Période pro. 1990 - 2010
Poste Milieu offensif / Ailier
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
Drapeau : Portugal Os Pastilhas
1985-1990 Drapeau : Portugal Sporting
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1990-1995 Drapeau : Portugal Sporting 163 (20)
1995-2000 Drapeau : Espagne FC Barcelone 248 (45)
2000-2005 Drapeau : Espagne Real Madrid 245 (56)
2005-2009 Drapeau : Italie Inter Milan 141 (11)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1989-1990Drapeau : Portugal Portugal - 16 ans 015 0(8)
1990-1991Drapeau : Portugal Portugal - 17 ans 006 0(2)
1991-1992Drapeau : Portugal Portugal - 18 ans 021 0(8)
1992-1993 Drapeau : Portugal Portugal - 20 ans 012 0(0)
1993-1994 Drapeau : Portugal Portugal espoirs 007 0(0)
1991-2006 Drapeau : Portugal Portugal 127 (32)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Luís Filipe Madeira Caeiro Figo, né le à Almada, est un footballeur international portugais évoluant au poste de milieu offensif.

Il est considéré comme l'un des plus grands footballeurs portugais de l'histoire, avec Cristiano Ronaldo[1] et Eusebio. Sa grande technique, sa puissance et sa vision du jeu font qu'il restera l'un des meilleurs milieux offensifs de sa génération, au même titre que Rui Costa, Rivaldo, ou encore Zinedine Zidane. Il est cité parmi les 125 meilleurs joueurs mondiaux encore vivants en 2004, dans un classement conjoint de Pelé et de la FIFA. Il remporte le Ballon d'or en 2000.

En vingt ans de carrière, entre 1989 et 2009, il joue pour plusieurs des plus grands clubs européens : Sporting Portugal, FC Barcelone, Real Madrid et Inter Milan, dont il devient « ambassadeur » après sa retraite sportive.

Sommaire

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Fils unique d'Antonio Caeiro Figo et de Maria Joana, Luís grandit dans une banlieue de la classe ouvrière de Lisbonne, à Almada, dans le quartier de Cova da Piedade, où il commence à jouer au football dans la rue.

Dans un petit quartier de Lisbonne appelé Os Pastilhas, du nom d'une friandise locale, un garçon de six ans cheveux longs et blonds sème terreur et adversaire sur un bout de terrain sablonneux. Le cartable d'école tout juste posé, Luís Filipe Madeira (pour la mère) Caeiro Figo (pour le père) ne pense plus qu'aux dribbles. Il aime aussi gagner et rejoint ses amis dans le club local. Luís Figo est doué et le prouve à chaque match. Dans ces cas-là, il n'existe que deux solutions dans la capitale portugaise : le populaire Benfica ou le Sporting[2].

Souvent le premier l'emporte, mais son père Antonio est fans des Lions et son fils enfile le maillot cerclé vert et blanc. Sourire angélique et technique diabolique, Luís Figo place ses accélérations et ses feintes dans les meilleurs défenses de la région. Le nom de Figo commence à noircir les cahiers des entraîneurs lusitaniens chargés de constitués les sélections nationales que Luís intègre pour la première fois à quinze ans. Apparu trois fois dans l'équipe professionnelle en 1990 à dix-sept ans, dont la première le 1er avril, Figo est placé avec succès une année en équipe réserve[2].

Débuts avec le Sporting (1989-1995)Modifier

Après un premier match en professionnel à seulement dix-sept ans le 1er avril 1990 puis deux autres avant la fin de la saison, Luís Figo intègre définitivement l'équipe première pour la saison 1991-1992. Fraîchement champion du monde des moins de 20 ans, il doit prouver la même clairvoyance dans son jeu avec les Lions de Lisbonne. Une tâche ardue qu'il surmonte avec une incroyable assurance et une maturité étonnante pour un joueur de cet âge grâce à une parfaite maîtrise technique[2].

Dans le sillage de son jeune stratège, le Sporting se rapproche du FC Porto et du Benfica Lisbonne et cueille la Coupe du Portugal lors de la saison 1994-1995. Pour les récompenses individuelles, un joueur buteur (7)-passeur (14) fait l'unanimité et décroche haut les pieds les palmes du succès et de la consécration : Figo. Seul, Sousa Cintra, le président du Sporting, reste indifférent au talent de son joueur. Déçu par si peu de reconnaissance après 134 matchs et quinze buts en vert et blanc, l'international portugais succombe aux sirènes du Parme AC. Mais ses responsables n'ont pas les mêmes envies, ni priorités. Face à une proposition pécuniaire plus attrayante, ils répondent par l'affirmative à la Juventus Turin. Situation bloquée, la FIFA tranche et interdise à Figo de jouer en Italie durant deux ans[3]. En dehors du pays trans-alpin, il peut évoluer où il veut et choisi le FC Barcelone[2].

Explosion au Barça (1995-2000)Modifier

Pris de vitesse au départ, le FC Barcelone engage Luís Figo pour une somme estimée faible à l'époque équivalent à treize millions de franc français[4]. Sur la pelouse du Camp Nou, Figo est tout tracé et remplace le Danois Michael Laudrup. Clubs différents mais changements de rythme identiques, le joueur, peu gêné par de nouvelles langue et culture, trouve rapidement ses marques. Insaisissable dribbleur de défense, il devient peu à peu le chouchou du public barcelonais. Brillant et efficace, il résiste même aux multiples entraîneurs de la maison blaugrana. Titulaire durant un an sous Johan Cruijff, il le demeure sous les ordres de Louis van Gaal[2].

Là, dans un dispositif tourné vers l'attaque, Figo est le pendant de Rivaldo sur le côté droit de l'escouade offensive du Barça, l'efficacité en moins. L'entraîneur néerlandais fait de Figo le capitaine du Barça, en l'absence de Pep Guardiola devenu indésirable. Devenu décisif, le Portugais créé même la « Figodépendance » dont le club catalan cherche à empêcher le départ avec une clause libératoire de plus de 200 MF[2].

Il permet au Barça de remporter deux championnats d'Espagne consécutifs en 1997-1998 et en 1998-1999, ainsi que la Supercoupe d'Europe 1997 et la Coupe d'Espagne en 1998. Il avait également remporté, avant l'arrivée de Rivaldo, une autre coupe d'Espagne, ainsi que la Coupe des coupes 1996-1997.

Figo est le chouchou du public catalan devant Rivaldo, pourtant Ballon d'or en titre. Et malgré son statut et ses performances, il ne touche pas le même salaire que ce dernier. Le Barça est alors en pleine crise avec une fin de saison complètement ratée, ce qui entraîne la démission du président Nunez et des élections pour lui trouver un successeur. Gaspart, vice-président de Nunez est favori mais sa victoire n'est pas assurée. C'est dans ce contexte que Figo tente de renégocier son salaire.


Transfert au Real Madrid (2000)Modifier

A Madrid le Real vient de gagner sa deuxième ligue des champions en 3 ans et son président Lorenzo Sanz veut surfer sur ce succès pour être réélu. Son mandat se termine en 2001 et il veut être le président du centenaire du club. Il anticipe donc des élections. En face de lui, un inconnu qui a fait fortune dans le bâtiment : Florentino Perez. Ce dernier va alors exécuter un plan parfaitement ficelé. Il convainc Paulo Futre, l'idole de jeunesse de Figo, de négocier avec ce dernier et son agent pour que le vice-capitaine barcelonais, rejoigne l'ennemi juré : le Real Madrid.

Moyennant une grosse prime pour les intermédiaires et un salaire multiplié par 5, Jose Veiga l'agent du joueur lui fait part de l'offre madrilène mais l'international portugais n'est pas intéressé à rejoindre l'ennemi. Il se sert de l'offre madrilène pour négocier avec Barcelone mais Nunez refuse et Gaspart qui est prêt à s'aligner n'est pas certain de l'emporter. Vexé du refus de Nunez, se sentant mésestimé et peu enjoué à devenir un traitre en passant chez l'ennemi, Figo appelle Paulo Futre pour lui expliquer la situation. Il ignore le rôle joué par son idole dans cette histoire et Paulo Futre lui explique que seul l'argent compte, qu'on l'oubliera vite une fois sa carrière finie et qu'il ferait mieux de prendre cet argent pour lui et sa famille. Convaincu par ses arguments, Figo par l'intermédiaire de son agent, accepte de signer le pré-contrat.

L'affaire sort dans la presse et à Barcelone c'est le choc. Du coté de Sanz, l'adversaire de Florentino, l'heure est à la moquerie, surtout que Figo s'est exprimé dans la presse pour dire qu'il n'a jamais discuté avec le Real Madrid et qu'il serait Barcelonais à la rentrée. Mais Perez contre-attaque et il va se montrer extrêmement convainquant. Il déclare en substance "j'ai fait toutes les démarches et si je suis élu Figo sera madrilène. S'il n'est pas madrilène je paierais aux socios leur abonnement pour la saison à venir". Dans le pré-contrat signé, son agent s'est engagé à payer au Real, via une clause, la somme de 35 millions d'euros si Figo reste à Barcelone ou signe ailleurs. Et cette clause le met dans une situation ingérable. Il va être obligé de trahir quelqu'un. Soit son agent, qui n'a pas 35 millions, ce qui signera sa mort professionnelle et sociale ; soit son Barça qui l'a fait venir et à fait de lui un des meilleurs joueurs du monde, soit le Real dont le projet est encore hypothétique.

Perez est élu mais Figo ne souhaite plus aller au Real car la situation lui échappe et il reçoit des menaces de mort. José Veiga est en pleine déprime et avec Paulo Futre ils arrivent à convaincre la star portugaise d'au moins rencontrer Florentino Perez. Le président du Real lui promet un avenir radieux : d'autres stars, beaucoup de succès, la ligue des champions, Ballon d'or (promesses toutes tenues avec le recul). Son opération séduction fonctionne et le numéro 7 portugais accepte de signer au Real Madrid.

Une semaine plus tard, Gaspart est élu et Figo l'appelle pour lui demander de payer les 35 millions à son agent sinon c'est la ruine pour ce dernier. Soit il accepte et Figo reste à Barcelone, soit il refuse et le portugais signera au Real. Gaspart refuse et Figo part à Madrid.

Confirmation au Real Madrid (2000-2005)Modifier

En levant sa clause libératoire, Luís Figo rejoint le Real Madrid pour la somme de 65 M€, un montant record au niveau mondial à cette époque[5], provoquant un scandale parmi les supporters du Barça. Il remporte cette année-là le Ballon d'or de France Football, grâce notamment à un Euro 2000 réussi (le Portugal termine premier de son groupe au premier tour devant la Roumanie de Gheorghe Hagi, l'Angleterre et l'Allemagne avant de perdre en demi-finale contre la France, mais marque les esprits par son parcours spectaculaire). En 2001, il remporte le prix Fifa World Player récompensant le meilleur joueur du monde. Le Real fait venir chaque année une nouvelle star comme promis et le club collectionne les trophées. Il gagne avec le Real Madrid la Ligue des Champions en 2001-02, ainsi que deux fois la Liga, deux supercoupes d'Espagne, une supercoupe d'Europe et une coupe du monde des clubs.

Fin au haut niveau avec l'Inter (2005-2009)Modifier

Le 5 août 2005, il quitte le championnat espagnol et signe avec l'Inter Milan. Avec le club milanais, Luís Figo est un fuoriclasse (un crack, un magicien). Il remporte quatre Championnats, une Coupe d'Italie et trois Supercoupes.

Le 10 juin 2007, l'Inter Milan fait savoir que Figo continuera à jouer pour ce club, et y aura probablement un rôle même après sa carrière de joueur. Sa technique, sa vision du jeu, ses capacités physiques lui ont permis d'être convoité encore à 35 ans par de nombreux clubs d'Europe, d'Amérique et d'Arabie saoudite. Cependant, il reste à l'Inter, qui le fait signer pour deux saisons supplémentaires. À la fin de celles-ci, il prend sa retraite, le 31 mai 2009. Il reste un fervent supporter de l'Inter dont il est « l'ambassadeur ».

En équipe nationale (1991-2006)Modifier

 
Luís Figo lors de la Coupe du monde 2006.

À quinze ans, Luís Figo intègre sa première équipe nationale composée d'une bonne génération 1972 dont Abel Xavier, Rui Costa ou encore Jorge Costa, son ami du Sporting. Avec cette génération, Figo commence par remporter le Championnat d'Europe des moins de 16 ans en 1989 et achèvent sa moisson fructueuse dans l'euphorie de l'Estádio da Luz avec un titre mondial des moins de 20 ans devant près de 120 000 spectateurs en juillet 1991[2].

Dès le mois d'octobre 1991, Figo connaît sa première sélection en sélection A face au Luxembourg (1-1). Éliminé de la World Cup 1994 puis du Mondial 1998, il ne peut s'exprimer que lors de l'Euro 1996. Maître à jouer d'une sélection très technique, plaisante à regarder, il ne peut alors trouver devant lui un joueur capable de transformer ses passes en buts[2]. Le Portugal atteint toutefois les quarts de finale de ce tournoi, éliminés par une surprenante équipe de république tchèque. Il atteint la demi-finale du Championnat d'Europe de football 2000 qu'il perd après prolongation contre l'équipe de France. Les lusitaniens se qualifient pour la coupe du monde 2002, compétition dont ils font partie des favoris au même titre que la France et l'Argentine. Mais a la surprise générale, aucune de ses trois formations ne passera le premier tour. Il participe aussi à la finale du Championnat d'Europe de football 2004 a domicile perdue 1-0 face à la surprise du tournoi, la Grèce. Figo passe pourtant tout près de l'égalisation en fin de match. À l'issue de ce match, Figo décide de prendre sa retraite internationale, tout comme Zidane et Pavel Nedved. Toutefois, a l'image des deux autres légendes du football, il revient sur sa décision environ un an plus tard pour disputer la coupe du monde 2006 en Allemagne, Il finit sa carrière internationale lors cette même Coupe du monde 2006, lors du match pour la troisième place contre le pays organisateur, après avoir perdu une nouvelle fois en demi finale contre la France, véritable bête noire du Portugal.

Luís Figo était, jusqu'au 18 juin 2016, le recordman de sélections avec l'équipe du Portugal (127), il est alors dépassé par Cristiano Ronaldo.

Style de jeuModifier

Par son aisance balle au pied, Luís Figo est un des meilleurs joueurs du monde en un-contre-un. Adepte de longues chevauchées et slaloms, regard fixé sur les pieds du défenseur plutôt que sur le ballon comme la plupart des joueurs, il s'appuie essentiellement sur le contre-pied et le changement de direction en laissant à d'autres joueurs les passements de jambes et crochets. Percutant et provocateur, Figo cherche l'efficacité et à se défaire du marquage pour se donner le temps nécessaire à la réalisation de ses centres souvent dangereux pour la défense adverse. Plus attaquant dans l'esprit, il possède l'instinct et la spontanéité du buteur quand l'occasion se présente. Ailier de formation, son jeu de tête n'est pas son point fort contrairement à l'exécution des coups-francs qui, puissants et précis à la fois ainsi que toujours autour des barres et poteaux, permettent souvent de faire la différence[6].

Le Portugais affiche le physique irréprochable que son jeu impose. Explosif, soudain, il fait preuve de beaucoup de puissance dans ses démarquages et ses dribbles. Rarement blessé, robuste et titulaire d'un gros volume de jeu permettant de finir fort ses matchs, Luís Figo possède une résistance et une régularité à l'effort au-dessus de la moyenne à un haut niveau de performance. Regard au-delà du ballon et doté d'un grand sens de l'anticipation, Figo voit trois touches de balle plus loin que les autres[6].

Luís Figo est doté d'un mental d'acier, de gagnant et ne s'avoue jamais vaincu. Confiant en ses qualités, il se montre décisif dans les moments clés de la rencontre. De plus, comme tout joueur combatif qu'il est, il aime les responsabilités et sait les prendre et les assumer, sur comme en dehors du terrain. Un tempérament qui le conduit parfois à quelques excès et réactions épidermiques[6].

StatistiquesModifier

Statistiques détailléesModifier

Ce tableau présente les statistiques en carrière de joueur de Luís Figo[7].

Statistiques de Luís Figo au 10 septembre 2015[8]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Autres compétitions   Portugal Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
1989-1990   Sporting Portugal D1 3 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - 3 0 0
1990-1991   Sporting Portugal D1 0 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - 0 0 0
1991-1992   Sporting Portugal D1 34 1 13 7 0 0 - - - C3 2 0 0 - - - - 7 0 0 50 1 13
1992-1993   Sporting Portugal D1 32 0 7 8 1 0 - - - C3 2 0 0 - - - - 8 1 0 50 2 7
1993-1994   Sporting Portugal D1 31 8 10 1 0 0 - - - C3 3 0 0 - - - - 1 0 0 36 8 10
1994-1995   Sporting Portugal D1 29 7 12 7 3 0 - - - C3 2 0 0 - - - - 7 3 3 45 13 15
Sous-total 129 16 42 23 4 0 - - - - 9 0 0 - - - - 23 4 3 184 24 45
1995-1996   FC Barcelone D1 35 5 9 8 1 0 - - - C3 10 3 1 - - - - 8 1 0 61 10 10
1996-1997   FC Barcelone D1 36 4 11 8 3 0 1 0 1 C2 8 1 2 - - - - 9 2 0 62 10 14
1997-1998   FC Barcelone D1 35 5 11 6 1 3 1 0 0 C1 7 1 1 SU 2 0 1 4 0 0 55 7 16
1998-1999   FC Barcelone D1 34 7 16 9 1 0 1 0 0 C1 6 1 1 - - - - 10 1 0 60 10 17
1999-2000   FC Barcelone D1 32 9 10 4 0 0 2 0 3 C1 13 5 10 - - - - 12 6 3 63 20 26
Sous-total 172 30 57 35 4 3 5 0 4 - 44 11 15 - 2 0 1 43 10 3 301 55 83
2000-2001   Real Madrid D1 34 7 19 0 0 0 - - - C1 14 5 7 SU+CI 1+1 0 0 9 7 0 59 19 26
2001-2002   Real Madrid D1 29 7 7 6 1 0 2 0 1 C1 10 3 1 - - - - 11 5 1 58 16 10
2002-2003   Real Madrid D1 33 10 13 1 0 0 - - - C1 15 2 4 SU+CI 1+1 0 1+0 8 1 0 59 13 18
2003-2004   Real Madrid D1 36 9 10 6 2 0 2 1 1 C1 11 2 2 - - - - 17 3 2 72 17 15
2004-2005   Real Madrid D1 32 3 4 0 0 0 - - - C1 10 4 5 - - - - 4 2 2 46 9 11
Sous-total 164 36 53 13 3 0 4 1 2 - 60 16 19 - 4 0 1 47 16 5 292 72 80
2005-2006   Inter Milan Serie A 34 5 7 3 0 0 - - - C1 8 1 1 - - - - 15 1 9 60 7 17
2006-2007   Inter Milan Serie A 32 2 8 7 0 1 1 1 0 C1 7 0 0 - - - - - - - 47 3 9
2007-2008   Inter Milan Serie A 17 1 5 1 0 0 1 0 0 C1 3 0 2 - - - - - - - 22 1 7
2008-2009   Inter Milan Serie A 22 1 3 0 0 0 1 0 0 C1 3 0 0 - - - - - - - 26 1 3
Sous-total 105 9 23 11 0 1 3 1 0 - 21 1 3 - - - - 15 1 9 155 12 36
Total sur la carrière 570 91 175 82 11 4 12 2 6 - 134 28 37 - 6 0 2 127 32 20 931 164 244

Buts en sélectionModifier

PalmarèsModifier

Palmarès en sélectionModifier

Palmarès en clubModifier

  Sporting CP   FC Barcelone   Real Madrid   Inter Milan

Distinctions personnellesModifier

 
Luís Figo

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Les plus grands footballeurs d'après-guerre: Luis Figo — news.fr.msn
  2. a b c d e f g et h Frédéric Hamelin & Alain Gadoffre, « Star : Luis attaque », Onze Mondial, no 134,‎ , p. 34 à 37 (ISSN 0995-6921)
  3. « Figo 95, Parme ou Juventus ? », sur sportvox.fr,
  4. En échange, la formation espagnole s'engage à accorder une priorité au Parme AC sur un éventuel transfert de Hristo Stoitchkov.
  5. Luis Figo : 65 millions d'euros — linternaute.com
  6. a b et c Frédéric Hamelin, « Face à face : Figo-Zidane », Onze Mondial, no 154,‎ , p. 78 (ISSN 0995-6921)
  7. (en) « Luis Figo », sur soccer-europe.com (consulté le 12 mars 2016)
  8. « Fiche de Luís Figo », sur footballdatabase.eu

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :