Louise de Bade (1811-1854)

Louise Amélie Stéphanie de Bade, née le à Schwetzingen (alors dans le grand-duché de Bade), et décédée le à Karlsruhe (alors dans le grand-duché de Bade), est princesse de Bade puis princesse de Vasa par mariage.

Louise de Bade
Image dans Infobox.
Louise de Bade, adolescente
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
KarlsruheVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Caroline de Vasa
Ludvík Vasa (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

FamilleModifier

Elle est l'aînée des enfants de Charles II de Bade (1786-1818), grand-duc de Bade, et de Stéphanie de Beauharnais (1789-1860).

Son père est le petit-fils et successeur de Charles Ier de Bade (1728-1811), successivement Margrave (1771), Électeur (1803) puis Grand-duc (1806) de Bade, en récompense de son soutien à la cause de Napoléon Ier.

Sa mère est la fille de Claude de Beauharnais (1756-1819), comte des Roches-Baritaud et futur pair de France, et d'Adrienne de Lezay-Marnésia (1768-1791). De par son père, elle est la nièce par alliance de Joséphine, impératrice des Français, qui l'adopta.

Elle est la sœur aînée d'un frère disparu (1812), de Joséphine de Bade (1813-1900), qui épouse le prince Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen (1811-1885), d'Alexandre de Bade (1816-1817), et de Marie-Amélie de Bade (1817-1888), qui épouse William Douglas-Hamilton (1811-1863), duc de Hamilton.

Enfance et l'affaire Kaspar HauserModifier

L'année suivant sa naissance naît un héritier tant attendu pour la Maison de Bade. Or, l'enfant meurt au cours de l'année dans des conditions étranges qui firent soupçonner une substitution d'enfant. Un autre fils naît, quatre ans plus tard, mais il ne survit pas à la petite enfance.

Influencé dès son plus âge par son oncle Louis (1763-1830) qui l'entraîne dans la débauche, Charles II meurt prématurément des excès de la chair en 1818, sans héritier direct. Son oncle lui succède alors sous le nom de Louis Ier de Bade.

En 1828, apparaît un adolescent, Kaspar Hauser (1812-1833), qui est considéré comme le fils aîné, présumé mort, de feu Charles II. Il sera assassiné cinq ans plus tard dans des conditions aussi mystérieuses que sa naissance.

L'avènement des HochbergModifier

Devenue veuve à 29 ans, la grande-duchesse douairière Stéphanie se retire à Mannheim, loin de la Cour de Karlsruhe et du nouveau grand-duc.

La mort du grand-duc Louis Ier de Bade, le 30 mars 1830, célibataire et sans enfants, met fin à la Maison de Bade-Durlach. La Couronne de Bade revient à Léopold Ier de Bade (1790-1852), fils illégitime de Charles Ier de Bade et de sa maîtresse, Louise de Geyer de Geyersberg (1769-1820), créée baronne puis comtesse de Hochberg, et donc demi-frère de Louis Ier.

Faute d'héritier direct, celui-ci a reconnu peu avant sa mort que les Hochberg sont aptes à lui succéder.

Afin de consolider la légitimité du futur Léopold Ier de Bade, des mariages sont organisés au sein de la Maison de Bade. Ainsi le grand-duc Louis Ier se tourne-t-il vers Frédérique de Bade, ancienne reine-consort de Suède, dont l'époux a été détrôné en 1809, et qui vit à la Cour de Bade. Léopold épouse le 25 juillet 1819 la fille aînée de celle-ci, Sophie de Holstein-Gottorp (1801-1865), princesse de Suède.

Quant au frère de Sophie, Gustave de Holstein-Gottorp (1799-1877), prince de Suède, il épouse Louise de Bade, le 9 novembre 1830, avec l'assentiment de la grande-duchesse douairière Stéphanie, soucieuse du bon devenir de ses filles.

MariageModifier

 
Louise de Bade, princesse de Vasa (1840)
 
Gustave, prince de Vasa (1830

Le jeune homme, exclut comme son père du trône suédois, est devenu officier autrichien. Sur les conseils de l'empereur François Ier d'Autriche, il ne se présente pas comme le prétendant du trône de Suède mais accepte le titre de courtoisie de prince de Vasa, créé pour lui en 1829, d'après le nom du premier roi de Suède.

Le mariage est célébré à Karlsruhe. Le couple s'installe ensuite auprès de la famille impériale dont ils sont de proches parents et vit à Vienne, au château de Schönbrunn et au Palais Modena.

Ils ont deux enfants :

Malgré la médiation de la grande-duchesse douairière Stéphanie, le couple ne dure pas. Les époux ne s'entendent pas, se trompent mutuellement et finissent par divorcer en 1844.

Fin de vieModifier

En 1852, sa fille Carola de Vasa se convertit au catholicisme, ce qui déplut à son père.

La même année, réputée pour sa beauté, Carola est demandée en mariage par Napoléon III, empereur des Français et cousin de sa grand-mère, mais son père s'y refuse au motif que la France lui semble être un pays politiquement instable.

En 1853, la princesse Carola fait un mariage d'inclination, et brillant, en épousant l'héritier du trône de Saxe.

En 1854, la princesse Louise s'éteignit à Karlsruhe, assistée par sa mère.

Sa dépouille est inhumée à Sigmaringen où habite sa sœur Joséphine, princesse de Hohenzollern, dont la vie, certes provinciale, a été aussi harmonieuse que celle de Louise fut instable.