Louis de l'Isle

astronome français
Louis de l'Isle
Louis de l'Isle de la Croyere.jpg
Portrait de Louis de l'Isle
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Père
Fratrie
Parentèle
Guillaume Delisle (frère consanguin)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Louis de l'Isle de la Croyère[1], né en 1685 à Paris et mort le au Port Saint-Pierre-et-Saint-Paul[2] du Kamtchatka, est un astronome français qui se mit au service de l'Empire russe et devint académicien de l'Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg.

BiographieModifier

Louis de l'Isle est le fils du géographe et historien Claude Delisle (1644-1720) et le demi-frère du cartographe Guillaume Delisle (1675-1726). Il est invité en Russie en par son frère Nicolas (1688-1768) arrivé l'année précédente comme directeur du département de cartographie de l'Académie impériale des sciences. Louis de l'Isle est nommé professeur d'astronomie et académicien extraordinaire en .

Il est nommé à la tête de la première expédition astronomique et géodésique du nord de la Russie européenne. Il fait ainsi des observations dans la région d'Arkhangelsk et de la péninsule de Kola (1727-1729). Ses journaux de voyage rapportent les premières coordonnées géographiques de plusieurs points des rives de la mer Blanche.

En , il est envoyé en qualité de géographe et d'astronome à la deuxième expédition du Kamtchatka qui traverse la Sibérie pour se rendre en Extrême-Orient russe. Selon les remarques de Gerhard Friedrich Müller et de Johann Georg Gmelin ses observations ne sont pas entièrement satisfaisantes, ce qui entraîne des controverses à l'Académie[3]. En 1737, le professeur de l'Isle se sépare de ses collègues à Iakoutsk et continue vers le Kamtchatka qu'il étudie et parcourt avec Georg Wilhelm Steller[4].

Il visite les côtes nord-américaines du Pacifique (actuel Alaska et ouest du Canada) à bord du deux-mâts Saint-Paul-Apôtre du capitaine Tchirikov, mais il meurt du scorbut le jour du retour du navire au port Saint-Pierre-et-Saint-Paul à l'embouchure de l'Avatcha? dans la chaloupe qui l'amenait à terre[5]. Il est enterré à la petite forteresse Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

Notes et référencesModifier

  1. Il rajoute le nom de sa mère.
  2. Aujourd'hui partie de la ville de Petropavlovsk-Kamtchatski.
  3. Yves Gauthier et Antoine Garcia, L'exploration de la Sibérie, Actes Sud, 1996, p. 234
  4. Yves Gauthier et Antoine Garcia, L'exploration de la Sibérie, Actes Sud, 1996, p. 252
  5. Yves Gauthier et Antoine Garcia, L'exploration de la Sibérie, Actes Sud, 1996, p. 259

BibliographieModifier

  • Olivier Klein, Un voyage scientifique au XVIIIe siècle : le voyage de Delisle de la Croyère dans le nord de la Russie, Mémoire d'Histoire, Université Paris VII, 2002.

Liens externesModifier