Louis Riel (père)

personnalité politique canadien (1817-1864)

Louis Riel (père) ( - ) fut un agriculteur, meunier, Chef des Métis et le père de Louis Riel.

BibliographieModifier

Né à Île-à-la-Crosse, Saskatchewan, Riel était le fils aîné de Jean-Baptiste Riel, dit: L'Irlande, un voyageur et Marguerite Boucher, une Franco-Chipewyan. Riel ramena sa famille au Bas-Canada lorsque Louis était un enfant. Il fit ses études au Québec, en apprenant le métier du brevet de la laine. Il s'est joint à la traite des fourrures avec la compagnie de la baie d'Hudson en 1838 et a été stationné à Rainy River, Ontario pendant plusieurs années, où il eut une fille nommée Marguerite en 1840. Il quitte la CBH en 1842 et retourne à Québec avec l'intention de se joindre à la prêtrise chez les Oblats de Marie-Immaculée à Saint-Hilaire, mais s'est retiré un an plus tard. Il est retourné dans l'Ouest canadien, s'installant dans la Colonie de la rivière Rouge sur une rivière sur un lot à Saint-Boniface, Manitoba). Il a épousé Julie Lagimodière, fille du voyageur Jean-Baptiste Lagimodière et son épouse, Marie-Anne Gaboury en . Ensemble, ils ont eux onze enfants et par tous les comptes formait une famille pieuse et très unie.

Louis Riel sénior était un participant actif dans la communauté métisse de la rivière Rouge. Riel est apparu comme un leader Métis dans la défense de Guillaume Sayer dans son procès en . Cet essai a été un moment déterminant dans la chute de la monopole de compagnie la traite des fourrures. Riel a continué à lutter pour les droits des Métis et était instrumental pour obtenir une représentation sur le Conseil d'Assiniboine et pour que le Français soit utilisés devant les tribunaux d'Assiniboia et en anglais.

Riel a également établi des entreprises dans la colonie de la rivière Rouge. En 1847, il ouvrit un petit moulin dans sa ferme avec l'aide d'un facteur principal John Ballenden, avec l'espoir de mettre en place une opération de moulin à foulage dans la colonie. Mais Riel connaît un petit succès avec son moulin à foulage. Il tenta d'ouvrir et d'exploiter un cardage et un moulin à farine, d'où son titre de meunier de la Seine, mais avec peu de succès. Enfin, en 1857, Riel a tenté d'établir une industrie textile dans la colonie, mais l'entreprise a échoué.

Bien qu'il n'était pas un homme d'affaires prospère, il a montré beaucoup de leadership au sein de la communauté métisse. Son fils Louis a été probablement influencé considérablement par les actions de son père. Louis junior a continué dans les étapes de son père pour devenir le plus célèbre chef Métis et le « père du Manitoba ». Lorsque Louis Riel père est décédé , sa mort a été pleurée par la colonie entière.

Liens externesModifier

http://www.biographi.ca/fr/bio.php?id_nbr=4672

Articles connexesModifier