Louis Morin (peintre)

peintre français

Louis de Gonzague Anne Optat Morin, né le à Paris et mort le à Migennes, est un caricaturiste, illustrateur et peintre français. Il signe également « Loys » ou « Loÿs ».

Louis Morin
Image dans Infobox.
Portrait dessiné par Jules Chéret (1895).
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
YonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction

BiographieModifier

rue de Tournon, Louis Morin est le fils de Joseph Morin, propriétaire, et de Marie Gervaise Olympe Muray, qui le souhaitaient notaire[1].

Sa première contribution illustrée remonte à 1880, pour La Caricature[1].

En 1892, il organise en soirée au musée Grévin des spectacles d'ombres sur des thèmes variés, accompagnés par une musique de Gaston Paulin[2]. Au Chat Noir il réalise pour le théâtre d'ombres, les dessins du Carnaval de Venise de Maurice Vaucaire.

De à , il coordonne et illustre la Revue des quat' saisons pour l'éditeur Paul Ollendorff, produisant plus de 400 illustrations[3]. À partir de , il contribue aux publications de l'éditeur et relieur Charles Meunier[4].

Il reçoit la médaille d'or à l'Exposition universelle de 1900 à Paris.

Il est le fondateur de la Société des dessinateurs humoristes en 1904 et réalise, en plus de son travail d'illustrateur, la peinture murale de la coupole du magasin du Printemps — détruite dans un incendie[1] — des figures pour le spectacle du théâtre d'ombres du cabaret Le Chat noir et participe à L'Assiette au beurre et au Figaro illustré, entre autres.

Son ami le caricaturiste ukrainien David Ossipovitch Widhopff lui a écrit des articles élogieux ; son trait est apprécié aussi par Gustave Kahn[1].

Il a vécu quelques années à Varennes-Jarcy, où il est recensé en 1906 et 1911. Il illustre ses livres : Le Cabaret du Puits-sans-vin, Les Amours de Gilles, L'Enfant Prodigue.

Il est également peintre de scènes de Montmartre, Venise, dans le style des mascarades de Willette, et réalise des peintures décoratives pour la villa de Jean Coquelin à Rueil-Malmaison. Il avait son atelier parisien rue Lepic.

Parrainé par Jules Chéret, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le [5].

Ouvrages illustrésModifier

 
Affichette promotionnelle pour la Revue des quat' saisons, janvier 1900.
  • Cabaret du Puits sans vin, Paris, La Librairie illustrée, 1885 ; réédition Charles Delagrave.
  • Les Aventures de Piképikécomegram, d'Alexandre A., [1890].
  • Histoire de Manon Lescaut de l'Abbé Prévost, illustrations gravées par A. Léveillé, Paris, Veuve Jousse, s.d. [vers 1890].
  • Le Petit Chien de la marquise de Théophile Gautier, Librairie L. Conquet, 1893.
  • Les Cousettes, 1895.
  • Dimanches parisiens, 1898.
  • Carnavals parisiens, Paris, Montgrédien & La Librairie illustrée, 1898.
  • Grand'Mère avait des défauts.
  • Trois Filles et Trois garçons de Maurice Montégut, Paris, Librairie Henri Floury, 1899, dessins en couleurs.
  • Chansons légères de Jacques d'Adelswärd-Fersen, 1900.
  • Fumées d'opium de Claude Farrère, Paris, Flammarion, 1919.
  • Poésies de Jean de La Fontaine, Paris, Georges Briffaut, 1931.
  • Les Contes de Schmid, Librairie Renouard Henri Laurens Éditeur, Paris, 1931

En 1901, deux cartes postales artistiques sont éditées dans la Collection des cent.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Morin, Louis », in G. Solo (dir.), Dico Solo en couleurs…, Vichy, AEDIS, 2004, p. 593.
  2. Voir l'affiche de Jules Chéret, Musée Grévin au Dahomeysur Gallica.
  3. Revue des quat' saisons : revue trimestrielle illustrée, livraisons en ligne sur Gallica.
  4. Catalogue de la BNF, notice en ligne.
  5. Archives nationales de France, base Léonore : en ligne.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Marcus Osterwalder (dir.), Dictionnaire des illustrateurs, 1800-1914, Éditions Ides et Calendes, 1989. p. 718-719.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Montmartre, 1999, Éditions André Roussard, p.432 (ISBN 9782951360105).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :