Ouvrir le menu principal

Louis Marchand des Raux

peintre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis Marchand.
Louis Marchand des Raux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 97 ans)
Nom de naissance
Louis Marchand
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Autodidacte

Louis Marchand des Raux est un artiste peintre et lithographe français né le 12 décembre 1902 à Fondettes (lieu-dit Les Raux) en Indre-et-Loire, mort le 13 janvier 2000.

Sommaire

BiographieModifier

 
Tours, le château de Beaujardin détruit en 1944
 
Chargé, le château de Pray

Louis Marchand, qui ajoutera le nom du lieu-dit Les Raux où il est né à sa signature, possède initialement la double vocation de jardinier et d'artiste peintre.

Il exerce la première vocation auprès du propriétaire du château de Beaujardin à Tours, Charles Liéron qui l'initie à la peinture, puis de Julia Daudet pour le parc du château de Pray situé à Chargé, près d'Amboise[1], qui lui offre de côtoyer une société artistique et érudite[2].

Lorsque la Baronne Béatrice de Rothschild, épouse de Maurice Ephrussi, fait don de sa villa de Saint-Jean-Cap-Ferrat à l'Institut de France, les membres de l'Académie des beaux-arts font appel à Louis Marchand des Raux, qu'ils ont remarqué chez Julia Daudet, pour le développement et l'entretien des jardins qui dominent magnifiquement la Méditerranée[2].

Louis Marchand des Raux exerce alors pleinement sa double vocation, peignant pour les galeries de la Côte d'Azur et de Paris où il va côtoyer Henri Matisse, Pablo Picasso et Jean Cocteau et où les grandes collections des États-Unis vont s'intéresser à son œuvre[2].

Depuis 2018, une rue de la ville de Fondettes porte le nom de l'artiste[1].

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Séraphine, Paris, 1969.
  • Espace Neptune, Saint-Jean-Cap-Ferrat, juin 2007.

Réception critiqueModifier

  • « Le visage humoristique de l'expressionnisme : de curieuses scènes rustiques ou des épisodes historiques tracés dans une pâte lourdement malaxée. » - Gérald Schurr[3]
  • « Il s'est créé un métier très personnel, non sans parenté avec la technique de Soutine. Il traite des portraits, des allégories et des scènes paysannes, qu'il ne voit pas sans humour. » - Dictionnaire Bénézit[4]

Collections publiquesModifier

FranceModifier

États-UnisModifier

Trente et un musées et fondations publiques ou privées conservent des œuvres de Louis Marchand des Raux[6]. Citons :

IsraëlModifier

ÉlèvesModifier

RéférencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier