Ouvrir le menu principal
Louis Gava
Nom de naissance Louis Gava
Naissance
Guebwiller, Alsace-Lorraine
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Décès (à 73 ans)
Corbeil-Essonnes, Essonne
Drapeau de la France France
Activité principale Chef d'orchestre
Activités annexes Pianiste
Lieux d'activité Tunis
Enseignement Conservatoire national de musique de Tunis

Louis Gava, né le 26 août 1891 à Guebwiller (Haut-Rhin) et décédé le 24 juillet 1965 à Corbeil-Essonnes (Essonne), est un musicien français ayant passé une grande partie de sa carrière en Tunisie où il vit à Tunis de 1940 à 1962.

Sommaire

BiographieModifier

Il fait ses études au conservatoire de Strasbourg où il a comme professeur Hans Pfitzner[1].

Il devient directeur du conservatoire de Tunis, directeur de la musique au Théâtre municipal de Tunis et chef d'orchestre du grand orchestre symphonique de Tunis (1946-1958)[2] et de l'orchestre symphonique de Radio Tunis.

Il y dirige de nombreux concerts et opéras. Parmi les artistes ayant joué sous sa direction figurent Aldo Ciccolini, Andrés Segovia, Jacques Thibaud, Kenneth Gordon, Mado Robin, Jubilee Singers, Marcel Mule, Janine Micheau, Micheline Ostermeyer[3], Michel Dens, Lucette Descaves, Jacqueline Brumaire, Hall Johnson[4], René Bianco ou Carlo Van Neste.

Il a également enseigné la musique à Kaddour Srarfi[5].

Hymne nationalModifier

La version officielle de Ala Khallidi, hymne national de la Tunisie entre 1958 et 1987, est jouée par l'orchestre symphonique de Radio Tunis sous la direction de Louis Gava.

RéférencesModifier

  1. Photo de Hans Pfitzner entouré d'étudiants dont Louis Gava
  2. Daniel Passalacqua, « La vie culturelle à Tunis », 19 septembre 2007
  3. Michel Bloit (préf. Robert Parienté), Micheline Ostermeyer ou La vie partagée, Paris, L'Harmattan, coll. « Mémoires du XXe siècle », , 253 p. (ISBN 273843892X, OCLC 34842571), p. 117
  4. Eugene Thamon Simpson, Hall Johnson: His Life, His Spirit, and His Music, Lanham, Scarecrow Press, , 404 p. (ISBN 0810860384), p. 214
  5. « Kaddour Srarfi », La Gazelle, n°55, janvier-mars 2014, p. 54

Liens externesModifier