Ouvrir le menu principal

Louis Ferdinand Antoni

peintre et sculpteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoni.
Louis Ferdinand Antoni
Louis Ferdinand Antoni - Rue à Gafsa.jpg
Rue à Gafsa, collection privée
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maîtres

Louis Ferdinand Antoni est un peintre et sculpteur français né à Bastia en 1872 et mort à Alger en 1940.

BiographieModifier

Très tôt après sa naissance en Corse, Antoni débarque en Algérie avec ses parents. Il fait ses études au collège St-Charles à Blida, puis au lycée d'Alger qu'il quitte pour entrer à l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger où il est l'élève d'Hippolyte Dubois. En 1892, il obtient une bourse qui lui permet d'intégrer l'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris dans l'atelier de Léon Bonnat. Les deux influences qui se font sentir chez lui sont celles de Delacroix et des impressionnistes.

Il quitte Paris pour le Sud algérien et expose régulièrement aux Salons algériens et aux Salons des Artistes Français. En 1906, il épouse à Alger Marie Gautier, peintre renommé, qui l'initie à la technique de gravure en couleurs qui l'enthousiasme. Il produit de très belles eaux-fortes publiées chez l'éditeur Petit et ses envois ne sont destinés dorénavant qu'à la Société nationale des beaux-arts. En 1909, le peintre remporte une bourse de voyage en AOF et atterrit à Dakar. Il visite la Guinée, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Sénégal et Tombouctou. C'est une période de travail acharné, très féconde, matérialisée par des œuvres - eaux fortes et toiles - de haute facture. Revenu à Paris, il étudie l'art de la fresque.

En 1912, il est nommé professeur d'arts décoratifs à l'École des beaux-arts d'Alger, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort.

Engagé volontaire comme simple soldat le , blessé durant la Grande Guerre, il est décoré Chevalier de la Légion d'honneur.

En 1922, il est sociétaire du Salon National des Beaux-Arts qui lui décerne le Prix Paquin. En 1928, il reçoit le Prix Gillot-Dard.

Après le décès de Léon Cauvy, il assume la direction de l'École des beaux-arts d'Alger.

RéalisationsModifier

  • Panneaux décoratifs du Palais des Assemblées Algériennes.
  • Fresques du Palais d'Été (aujourd'hui Palais du Peuple) à Alger.
  • En collaboration avec Marie Gautier, décoration murale des maisons ouvrières de la fondation Rothschild rue de Prague, rue Bargue et rue Marcadet à Paris.
  • Illustrations du livre de Robert Randau, les Terrasses de Tombouctou.
  • A illustré l'ouvrage de Antoine Abitreccia La Corse dans l'histoire publié en 1939 aux Éditions Archat, Lyon/Paris.

Œuvres principalesModifier

  • Musée National des Beaux-Arts d'Alger : Femme au repos, Ma famille au bord de la Mer, Marché à Porto-Novo, Bateaux dans le Port.
  • Musée Ahmed Zabana à Oran : Portrait, Paysage du Chenoua.
  • Jadis au Musée du Luxembourg : Samson.
  • Sculptures : Portrait du peintre Julien, Monument pour Ernest Mercier.

BibliographieModifier

  • Marion Vidal-Bué, Alger et ses peintres 1830-1962, éditions Paris Méditerranée, 2000
  • Elisabeth Cazenave, Les artistes de l'Algérie, Bernard Giovanangeli, éditions Association Abd-el-Tif, 2001
  • "Afrique", mai 1928, Robert Randau "Les Maîtres de la peinture Algérienne".
  • ALGERIA, juin 1941 et Noel 1955
  • Archives nationales : F 21/6721.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :