Ouvrir le menu principal
Louis Caravaque
Louis Caravaque 002.jpg
Naissance
Décès
Activité
Lieu de travail

Louis Caravaque, né le à Marseille et mort le à Saint-Pétersbourg est un peintre français, portraitiste. Il quitta la France avec son beau-frère, le sculpteur et architecte Nicolas Pineau, en 1716. Il a peint à Astrakhan le portrait de Pierre le Grand. Louis Caravaque est également chargé de la direction de la manufacture impériale de tapisseries[1].

PeinturesModifier

Les principales œuvres de Caravaque sont des portraits de la famille du tsar[2] ː portrait de Pierre-le-Grand en 1716 à Astrakham, autre portrait du même en 1723, en costume impérial[3] ; portrait de la femme de pierre-le-Grand, Catherine ; trois portraits de l'impératrice Anne ; deux portraits de l'impératrice Elisabeth[4].

L'appréciation critique des œuvres est variable[5].

Sur les autres projets Wikimedia :

Interprétation en gravureModifier

RéférencesModifier

  1. Marius Vachon, Revue des arts décoratifs, Paris, (BNF/gallica : ark:/12148/bpt6k57748901), p. 306
  2. Mikhail Allienov, Nina Dmitrieva, Olga Medvedkov, L'art russe, Paris, Citadelles, , 625 p., p. 203-204
  3. Ces tableaux ont fait l'objet de nombreuses gravures, par exemple ː Pierre Ier. Portrait gravé au burin par Ivan Sokoloff d'après Louis Caravaque.
  4. Louis Dussieux, Les artistes français à l'étranger, Librairie Jacques Lecoffre et Cie, , 3e éd., 343 p., p. 543
  5. Par exemple l'ouvrage La jeunesse de la grande Catherine, souvenirs autobiographiques de l'impératrice annotés d'après les documents d'archives et les mémoires [par] Albert Savine Éditeur :  L. Michaud 1910 contient la note suivante page 39 ːLouis Caravaque, peintre français d'origine gasconne, a vécu en Russie ou il peignit en 1716, a Àstrakan, le portrait le Pierre le Grand, ce qui l'introduisit à la Cour dont il fut le peintre attitré sous les règnes de Pierre, de Catherine I, d'Anne et d'Elisabeth. Caravaque n'était d'ailleurs qu'un mauvais barbouilleur & qui on payait 1 200 roubtes pour douze portraits. (Wuliszewski roman d'une impératrice, p. 265.)