Ouvrir le menu principal

Louis-Sébastien Lenormand

chimiste, physicien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lenormand.
Louis-Sébastien Lenormand
Early flight 02561u (3).jpg
Légende : "Sébastien Lenormand fait la 1er expérience du parachute - Montpellier (1783)" Lenormand ne sauta pas du haut de l'observatoire, il le fit du haut d'un arbre (hauteur un étage), seul des animaux et des poids furent jetés du haut de la tour de l'observatoire de Montpellier.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
CastresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Ordre religieux

Louis-Sébastien Lenormand (né le et décédé le [1]) est un physicien et inventeur français, qui fut aussi le premier parachutiste.

BiographieModifier

Considéré comme le premier homme à avoir expérimenté un parachute (en 1783)[2], il est également connu pour avoir introduit le terme (à partir du grec para, « contre », et de chute)[3]. Le [4], il fit à Montpellier, dans l'enclos des Cordeliers, sa première expérience en s'élançant d'un ormeau, en tenant dans ses mains deux parasols de trente pouces de rayon. Il recommença son expérience en avec divers animaux et divers poids en forme de cœur, du haut de la tour de l'observatoire de Montpellier devant une foule comprenant Joseph Montgolfier.

La fonction initialement prévue pour son invention était de sauver les gens lors d'incendies d'immeuble. C'est André-Jacques Garnerin qui a fait le premier saut à haute altitude à l'aide d'un parachute non rigide.

Lenormand, fils d'un horloger, est né à Montpellier en 1757. De 1775 à 1780 il a étudié la physique et la chimie à Paris avec comme professeurs Lavoisier et Berthollet, il s'est également impliqué dans l'étude du salpêtre. Il a appris de l'utilisation du savoir scientifique et mathématique dans la production de la poudre à canon. De retour à Montpellier, il a travaillé dans la boutique de son père tout en se plongeant dans la communauté intellectuelle de la ville et commença ses expériences avec le parachutisme, inspiré par la performance d'un équilibriste thaïlandais qui a utilisé un parasol pour l'équilibre. Avant d'effectuer le saut en public depuis l'observatoire, Lenormand a testé son parachute sur des animaux. En 1830, il retourne vivre à Castres. Il fait reconnaître la nullité de son mariage et entre à la chartreuse comme moine convers sous le nom de frère Chrysostome. Il y meurt en 1837.

ŒuvresModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Essai sur l’art de la distillation (1811, 2 vol.)
  • Manuel de l’art du dégraisseur (1819)
  • Bibliothèque instructive et morale pour la jeunesse (1824-1826, in-8°)
  • Manuel du chandelier (1827)
  • Louis Sébastien Lenormand, 1830, Encyclopédie-Roret, Nouveau manuel complet du relieur en tous genres, sur Wikisource
  • Manuel de l’horloger (1831)
  • Manuel du fabricant d’étoffes imprimées (1831)
  • Manuel du fabricant de papiers (1833, 2 vol. in-18)

Notes et référencesModifier

  1. « Louis-Sébastien Le Normand (1757-1837) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 21 mars 2016)
  2. Notice no PA00103606, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Louis Guilbert, La Formation du vocabulaire de l'aviation, Larousse (Mayenne, impr. Floch), (lire en ligne), p. 312
  4. Annales de chimie ; ou Recueil de mémoires concernant la chimie et les arts qui en dépendent..., Cuchet, Paris, (lire en ligne)

Liens externesModifier