Ouvrir le menu principal

Louis-Hyacinthe Levesque

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Levesque.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Levesque.

Louis-Hyacinthe Levesque[1], né le à La Roche-Bernard (Morbihan) et mort le à Paris, est un négociant et un homme politique français, maire de Nantes de 1819 à 1830.

BiographieModifier

Origines et débutsModifier

Fils de Julien-Louis Levesque, négociant à La Roche-Bernard, et Marie-Prudence Gervaiseau (qui ont eu onze enfants), Louis-Hyacinthe Levesque arrive à Nantes en 1792.

À son arrivée à Nantes, Louis-Hyacinthe se place nettement dans le camp républicain, participant au sein de la Garde nationale à la lutte contre l'insurrection vendéenne.

Il a aussi une activité de négociant et d'armateur, dans les conditions difficiles qui sont celles de la guerre quasi permanente avec l'Angleterre. Il s'engage dans l'industrie alimentaire, produisant d'abord des salaisons et du beurre salé, puis se tournant vers la conserverie de poisson (établissements au Croisic et à Belle-Ile[2]).

Carrière politiqueModifier

Louis-Hyacinthe Levesque entre au conseil municipal vers 1809[3] et devient adjoint de Louis Rousseau de Saint-Aignan en 1816[4]. Il devient ensuite président de la Chambre de commerce de Nantes.

Il est nommé maire par ordonnance royale le 14 juillet 1819, malgré son passé révolutionnaire, et installé le 24. Le conseil municipal antérieur n’est cependant pas changé ; parmi les adjoints, on peut noter le nom du député Gaspard Barbier. Le mandat lui est renouvelé le 18 juillet 1821 (adjoints notables : Gaspard Barbier, démissionnaire en 1824 ; Joseph de la Tullaye, démissionnaire en 1824 ; Nicolas Bernard des Essarts) puis le (adjoints notables : Nicolas Bernard des Essarts, Antoine Boubée et Henry de la Tullaye). Le conseil municipal est renouvelé en 1825 et on note la présence de : Thomas Dobrée, Louis Bureau, Pierre-Martin Marion de Procé, Christophe Laënnec, Étienne Blon.

Son mandat est marqué par la poursuite des travaux sur la rive droite de l'Erdre (rue Crébillon, rue d'Orléans, rue du Calvaire), dans l'île Feydeau (élargissement de la rue Kervégan), mais aussi par la mise en place de la statue de Louis XVI (place Louis XVI) et par le retour à Nantes du reliquaire du cœur d'Anne de Bretagne.

Il abandonne sa charge le 2 août 1830, après la chute de Charles X et les journées révolutionnaires de Nantes du 29 juillet au 2 août ; il confie la mairie à deux adjoints : Nicolas Bernard des Essarts, assisté de Joseph de la Tullaye, qui démissionnent le 3. Le secrétaire en chef Maurice Étiennez est alors nommé par arrêté préfectoral « délégué » pour les affaires courantes.

Louis-Hyacinthe Levesque a par ailleurs été membre du Conseil général et député de 1824 à 1831, siégeant dans la majorité ministérielle[5]

DécorationsModifier

  • Chevalier de la Légion d’honneur (23 juin 1820)
  • Officier de la Légion d’honneur

PostéritéModifier

 
Mme Louis Levesque, née Marie-Françoise Beaumann.

EnfantsModifier

Vers 1800, Louis-Hyacinthe épouse Marie-Françoise Beaumann, fille du négociant François Beaumann (1780-1841), dont il aura quatre enfants : Marie-Françoise (1803-1869), « Fanny », épouse d’Ambroise Laënnec ; Marie-Amélie (1805-1827), épouse d’Edouard Boubée ; Marie-Lucie (1807-1808), épouse d’Adolphe Métois ; Louis-Auguste (1809-1888), lui-même à l'origine d'une famille nombreuse (infra) ; Armand, Edouard, Gustave (restés célibataires) ; Eugène, marié à une nièce, fille d’Ambroise Laënnec. Il est également le père d'Adolphe d'Avril.

Louis-Auguste LevesqueModifier

Fils aîné de Louis-Hyacinthe, Louis-Auguste épouse, le 9 juillet 1831, Anne-Clémence Blon, fille de l’architecte Étienne Blon, dont il aura une nombreuse descendance.

Il développe ensuite l'activité industrielle ; à Nantes, il crée en 1860 une grande rizerie à Chantenay. Il acquiert le château de la Poterie à La Chapelle-sur-Erdre.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Louis-Hyacinthe Levesque », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Alexandre Perthuis et Stéphane de La Nicollière-Teijeiro, Le Livre doré de l’hôtel-de-ville de Nantes, Tome II, Imprimerie Grinsard, 1873, pages 78-84.
  • Catherine Olart (photogr. Laurent Allenou), Nantes secret et insolite, Paris, Les Beaux Jours/Compagnie parisienne du livre, , 176 p. (ISBN 978-2-35179-040-3), p. 87 (« Le riz des colonies »).
  • Hervé Jégouzo, "La saga Levesque", dans Bretagne Magazine n° 24, 1er trimestre 2004, disponible en ligne : [1]

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Orthographe du site familial (cf. liens externes) ; le Livre doré donne « Lévesque ».
  2. Cf. Olart, 2009 ; chronologie à préciser.
  3. Livre doré, II, page 66 (indication : "Louis Lévesque, négociant").
  4. Livre doré, II, page 76.
  5. Livre doré, II, page 81.