Louis-Alexandre Romagnesi

sculpteur français
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Romagnesi.
Louis-Alexandre Romagnesi
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Pierre-Narcisse Romagnesi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Louis-Alexandre Romagnesi est un peintre, sculpteur et lithographe français né en 1776 et mort en 1852.

Il ne doit pas être confondu avec le compositeur Michel-Antoine Romagnesi.

BiographieModifier

Louis-Alexandre, appelé à tort « Michel-Joseph-Antoine », est le fils du militaire François-Michel Romagnesi (1745-1819), qui connaît, sous le Premier Empire, une carrière d'officier, en devenant secrétaire du surintendant de la maison de l'Empereur, et en participant à la campagne d'Austerlitz. Frère cadet du peintre Michel Romagnesi (1731-1812), François-Michel, qui se déclare marchand-pelletier, a par ailleurs trois autres fils, dont Pierre-Narcisse, né le à Orléans, dessinateur et lithographe, né d'un second mariage ; Johann Julius Heinsius a fait le portrait de cette seconde épouse[1],[2].

Louis-Alexandre Romagnesi entre à l'École des beaux-arts de Paris le en classe de peinture, puis devient l'élève de Pierre Cartellier. Il ne se tourne vers la sculpture que plus tard[3]. Il habite au 99, rue du Temple à Paris.

En 1802, il épouse sa cousine, Henriette Romagnesi, sœur du compositeur Antoine Romagnesi.

Il expose au Salon de Paris pour la première fois en 1808, une Statue pour la paix ; il réside alors au 8, rue du Pont-de-Lodi[4]. Il expose ensuite régulièrement au Salon jusqu'en 1831.

Les deux frères artistes Romagnesi, après la chute de l'Empire, seraient devenus des royalistes convaincus, Louis-Alexandre étant même qualifié de « statuaire des rois ». Ils sont très liés à l'Orléanais où réside leur père. Louis-Alexandre travaille en lien avec l'architecte François-Narcisse Pagot sur des projets de sculptures décoratives[5].

Vers 1838, on a trace d'une entreprise parisienne au nom de Louis-Alexandre, située 12 bis, rue de Paradis-Poissonnière, spécialisée dans la sculpture, la figure et l'ornement[6].

On lui devrait l'invention du « carton-pierre », un matériau servant à faire des ornements de moulures ou décors de plafonds, constitué d’un mélange de papier de soie bouillie, de colle de peau versée à chaud et de craie ayant, avant séchage, la consistance d’une pâte homogène, invention qu'il présente à l'Exposition des produits de l'industrie française en 1823 (médaille de bronze) et de 1827 (médaille d'argent)[7].

Il meurt le à Paris, quartier des Ternes.

ŒuvreModifier

SculptureModifier

 
Minerve protégeant l'enfance du Roi de Rome, plâtre, New York, Metropolitan Museum of Art.

IllustrationsModifier

Henri Beraldi lui attribue des productions lithographiques, tout en citant son frère Narcisse, qu'il dit naître en 1796 et également auteur de « lithographies insignifiantes ». Il signale une publication entamée à partir de 1815, Les Aventures de Sapho, parue chez Didot et Godefroy Engelmann, qui serait la première illustrée par le procédé de gravure sur pierre[17].

  • Cent feuilles d'études prises dans les quatre époques de la sculpture, 1831-1834.
  • Établissement de sculpture en tous genres de M. Romagnesi, sculpteur, figuriste et ornemaniste, rue de Paradis-Poissonnière, lithographié par Vielle, vers 1838.

Notes et référencesModifier

  1. « Charles François Vergnaud-Romagnesi (1785-1870) », notice biographique du Pôle archéologie d'Orléans-Métropole.
  2. Archives de l'état-civil d'Orléans, Registre des naissances, 17 Brumaire An V, no 242.
  3. Selon Charles Gabet [dont la notice présente des erreurs], dans Dictionnaire des artistes de l’école française au XIXe siècle, Paris, 1834, pp. 608-609en ligne.
  4. Notice du Salon de 1808, Base salons du musée d'Orsay.
  5. Chaire à prêcher, Base Mistral.
  6. Recueil des dessins représentant les sculptures qui se trouvent dans l'établissement de L.A. Romagnesi, Bibliothèque numérique de l'INHA.
  7. Définition de « carton-pierre », wiktionary.org.
  8. Notice du Salon de 1810, Base salons du musée d'Orsay.
  9. Notice du Salon de 1812, Base salons du musée d'Orsay.
  10. Notice du Salon de 1814, Base salons du musée d'Orsay.
  11. Notice no 000SC021238, base Joconde, ministère français de la Culture.
  12. Notice du Salon de 1817, Base salons du musée d'Orsay.
  13. Notice no 05620002544, base Joconde, ministère français de la Culture.
  14. Commande publique de 1818, Base numérisée du CNAP.
  15. Bellier & Auvray, Dictionnaire général des artistes, Paris, Renouard, tome II, 1885, p. 412.
  16. Commande publique de 1842, Mairie de Lillemer, Base numérisée du CNAP.
  17. Henri Beraldi, Les graveurs du Dix-neuvième siècle, Paris, Conquet, tome XI, p. 233.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • « Biographie de M. L.-A. [Louis-Alexandre] Romagnési, sculpteur à Paris, rédigée sur ses notes par M. C.-F.[Charles-François] Vergnaud[-Romagnési] », dans Mémoires de la Société des sciences, belles-lettres et arts d'Orléans, Orléans, Imprimerie de Pagnerre, tome X, 1852, 11 pages.

Liens externesModifier