Lotus bleu d'Égypte

(Redirigé depuis Lotus bleu)

Nymphaea caerulea

Nymphaea caerulea
Description de cette image, également commentée ci-après
Lotus bleu d'Égypte.
Classification APG III (2009)
Règne Plantae
Clade Angiospermes
Ordre Nymphaeales
Famille Nymphaeaceae
Genre Nymphaea

Espèce

Nymphaea caerulea
Savigny, 1798[1],[2]

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Synonymes

  • Castalia scutifolia Salisb.[2]
  • Nymphaea calliantha var. tenuis Conard[2]
  • Nymphaea calliantha Conard[2]
  • Nymphaea capensis var. alba K. C. Landon[2]
  • Nymphaea capensis Thunb.[2]
  • Nymphaea engleri Gilg[2]
  • Nymphaea magnifica Gilg[2]
  • Nymphaea mildbraedii Gilg.[1]
  • Nymphaea mildbraedii Gilg[2]
  • Nymphaea muschleriana Gilg[2]
  • Nymphaea nelsonii Burtt Davy[1]
  • Nymphaea nouchali var. caerulea (Savigny) Verdc. (préféré par BioLib)[2]
  • Nymphaea spectabilis Gilg[1]
  • Nymphaea vernayi Bremekamp & Oberm.[1]

Le Lotus bleu d’Égypte (Nymphaea caerulea) est une espèce de plantes aquatiques de la famille des Nymphaeaceae . Il ne s'agit pas d'un véritable Lotus dont le genre est Nelumbo, qui lui fait partie de la famille des Nelumbonaceae. Cette plante est culturellement essentielle en Égypte antique.

DescriptionModifier

Nymphaea caerulea est une plante aquatique fixée dans la vase, possédant des feuilles flottantes et des fleurs émergées, brillamment colorées, dont les pétales bleu-violacé contrastent avec les étamines jaunes.

UsagesModifier

Nymphaea caerulea a fait l'objet d'un culte rituel dans l'Égypte antique. Contenant de l'Aporphine (en) et d'autres alcaloïdes hallucinogènes, il est utilisé pour ces vertues psychotropes[3],[4]. Ses fleurs sont également utilisées en tant que parures funéraires au même titre que les parures d'or et objets précieux, notamment dans les guirlandes végétales qui parent la momie de Ramsès II[5],[6]. Il partage avec une espèce proche à fleurs blanches, Nymphaea lotus, une riche iconographie qui orne les objets et murs de cette période et un hiéroglyphe leur est assigné montrant ainsi leur importance culturelle essentielle.

Liste des sous-espècesModifier

Selon Tropicos (21 août 2014)[7] :

  • sous-espèce Nymphaea caerulea subsp. zanzibarensis (Casp.) S.W.L. Jacobs

RéférencesModifier

  1. a b c d et e The Plant List (2013). Version 1.1. Published on the Internet; http://www.theplantlist.org/, consulté le 4 janvier 2019
  2. a b c d e f g h i j et k BioLib, consulté le 4 janvier 2019
  3. (en) Vittorio Fineschi et al., « Nymphaea cults in ancient Egypt and the New World: a lesson in empirical pharmacology », Journal of the royal society of medecine, vol. 97, no 2,‎ , p. 84-85 (DOI 10.1258/jrsm.97.2.84, lire en ligne[archive du ])
  4. Petit dico des drogues par le collectif FTP chez Esprit frappeur, 1997. page 84.
  5. « Guirlandes de Ramsès II », sur Muséum national d'Histoire naturelle (consulté le )
  6. Pierre Barthélémy (photogr. Gilles Mermet / Muséum National d'Histoire Naturelle), « « Trésors du Muséum » : les guirlandes funéraires de Ramsès II, retrouvées par hasard dans un vieux carton après vingt-huit ans d’oubli », sur lemonde.fr, Le Monde,
  7. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 21 août 2014

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiquesModifier

Autres liens externesModifier