Ouvrir le menu principal
Lotfi Attar
Description de cette image, également commentée ci-après
Lotfi Attar au sein du groupe Raïna Raï (1985)
Informations générales
Surnom Lotfi Raïna Raï
Naissance (67 ans)
Sidi Bel Abbès
Activité principale Guitariste
Activités annexes Horloger
Genre musical Raï
Instruments Guitare électrique
Années actives Depuis 1980
Influences El Badoui
Allaoui
Gnaoua
Diwan
Chaâbi
Rock
Blues
Jazz
Le groupe Les Aigles noirs en 1973, l'ancêtre du groupe Raïna Raï, on reconnait Lotfi Attar avec la guitare à la droite
Un portrait caricatural du groupe mythique Raïna Raï.
Djilali Razkallah dite Djilali Amarna, décédé en 2010, à la suite d'un cancer.
Voix mythique du groupe Amarnas et l'alter égo de Lotfi Attar, sa disparition lui laisse un immense vide.
Le groupe Raïna Raï, de gauche à droite : Djilali Razkallah, Kada Zina, Hachemi Djellouli et Lotfi Attar.
Une Fender Mustang de 1968, le même modèle de 1964, première guitare électrique de Lotfi Attar

Lotfi Attar, mieux connu sous le nom de Lotfi Raïna Raï, est un guitariste, auteur-compositeur et chanteur algérien, né le à Sidi Bel Abbès, leader du groupe mythique Raïna Raï et fondateur du groupe Amarna. Lotfi Attar est devenu le guitariste algérien le plus célèbre de tous les temps, dans son pays, au niveau du monde arabe et international.

BiographieModifier

Origine et jeunesseModifier

Lotfi Attar est un fils de chahid qu'il évoque très rarement, c'est l'une des raisons de l' amour patriotique qu'il éprouve pour l'Algérie et sa richesse musicale. Son enfance est profondément affectée par deux drames : la mort de son père, assassiné sauvagement par l'organisation terroriste de l'OAS à la veille de la fin de la guerre d'Algérie, et ensuite la disparition de son frère ainé décédé à la suite d'un accident de voiture.

L'enfant de Sidi Bel Abbès, patrie du « Fen oua raï », est issu d'une famille originaire de Tlemcen par ses grands parents paternels. Il voit le jour le 14 mars 1952, dans un quartier pauvre de Sidi Bel Abbès, le quartier de l'Abattoir dont les habitants ont été déclassés par les injustices de la colonisation française.

Benjamin de la famille, il a grandi au sein d'une fratrie de cinq frères et une sœur, tous mélomanes, dont son frère ainé Kamel, musicien, considéré comme premier guitariste de Sidi Bel Abbès.

Une enfance marquée par la guerre d'indépendanceModifier

Quand la guerre d'indépendance a éclaté en 1954, le père de Lotfi était déjà dans le mouvement national avant de devenir militant du FLN, emprisonné plusieurs fois. Sa maison était un lieu de rencontres entre militants nationalistes dont Messali Hadj, figure de proue du nationalisme algérien et Ferhat Abbas, premier chef d'État de la République algérienne. À la veille de l'indépendance, en 1962, son père sera assassiné par un commando terroriste de l'OAS et la maison fut dynamitée, toute la famille fut menacée de mort par les commandos de l’OAS, échappa in extremis à la mort et se réfugia à Tlemcen.

Âgé d'à peine dix ans, ce drame douloureux marqua à vie le jeune Lotfi et ses frères que la guerre rendit orphelins. Avec la cruauté et les conséquences de la guerre, le jeune Lotfi n'a pas pu suivre régulièrement des études scolaires. Il a arrêté sa scolarité avec un Certificat d'études primaires, l'une des causes qui vont le pousser à devenir plus tard un autodidacte.

À l'âge de douze ans, en 1964, il perd son frère ainé Kamel, décédé à la suite d'une maladie. La mort de son frère va être vécue par lui douloureusement, avec le souvenir de la mort tragique de son père.

DébutsModifier

En 1969, sa mère lui trouve un travail chez un horloger où il a appris le métier, mais sa vocation est orientée vers la musique, il y consacre tout son temps libre. A partir de l'âge de dix ans, il commence à jouer de la guitare sous l'impulsion de son frère Kamel, guitariste dans un groupe. A l'âge de 15 ans, il se met à la guitare électrique. Il économisa pour acheter en 1973 sa toute première guitare, une guitare électrique Fender Mustang de 1964, avec laquelle il s'est essayé au blues, Jimi Hendrix et Carlos Santana

En 1971, il rencontre Rachid Baba Ahmed, le fondateur du futur studio d'enregistrement le plus grand d'Afrique, Éditions Rachid et Fathi, et de là, il commence sa carrière musicale. Il travaillera par la suite beaucoup avec Rachid.

Les Aigles noirsModifier

En 1969, avec quelques amis, Lotfi Attar crée le groupe Les Aigles Noirs sous la férule de Frih Tayeb, un grand musicien qui jouait de plusieurs instruments. On interprétait alors les chansons pop occidentales dans les mariages. Il y avait dans le groupe, entre autres, Kada Zina, qui est le premier chanteur du groupe en question, Lotfi Attar, le guitariste, très influencé par Carlos Santana et Jimi Hendrix, et les guitaristes de blues. Quelques années après, Ils ont eu l’idée de reprendre une ancienne chanson, Ya Zina diri latay.

Groupe Raïna RaïModifier

Les anciens des Aigles noirs créent à Paris en 1980, le groupe légendaire Raïna Raï avec Lotfi Attar, Hachemi Djellouli, Tarik Chikhi et Kaddour Bouchentouf. Ce groupe est considéré comme le pionnier de la musique raï moderne (appelée également raï électrique). Ils connurent le succès dès leur premier album grâce à la chanson "Ya Zina" qui leur assurera un rayonnement international (Europe, Etats-Unis, Canada..). C'était le début du groupe et l'évocation d'une nouvelle identité où il revendique la musique raï. En juillet 1985, les membres du groupe se séparèrent juste après leur dernier concert à Alger. Les raisons de cette séparation sont multiples car Lotfi n'était pas d'accord avec ce qui se passait dans le groupe, notamment sur la question de son orientation, le problème avec eux était d'ordre musical.

Durant la décennie noire, Lotfi et son groupe ont pris des risques en montant sur scène un peu partout en Algérie.

En 2001, ils ont produit l'album intitulé « Bye Bye ». Celui-ci était un prélude à la fin du groupe. En 2001, il constitue la troupe les New Amarnas. Ce groupe était composé de jeunes artistes, mais n'a pas pu s'imposer sur la scène.

Le groupe se reforme. En 2001, ils ont produit l'album intitulé « Bye Bye ». Celui-ci était un prélude à la fin du groupe.

Fin 2001, Lotfi reprend, avec Hachemi, Raïna Raï et ce, jusqu'à août 2003. Et là encore, ce fut la rupture à la suite d'une soirée animée à Béjaïa

Depuis 2003, jusqu'à maintenant, Lotfi Attar a repris le chemin des grandes scènes des pays européens, et au Canada.

En 2015, Lotfi Attar remonte le groupe Raïna Raï, dont il est le leader à ce jour, avec certains membres des débuts du groupe, dont le batteur et membre fondateur de Raïna Raï, Hachemi Djellouli et le chanteur, Mohamed Guebbache dit Kada.

Groupe AmarnaModifier

En 1985, il crée avec son épouse Hamida (qui est parolière), le groupe Amarna, dont il compose les musiques. Les textes créés par Hamida Attar pour Amarna s'inspiraient de poésie lyrique. Djilali Amarna était le chanteur du groupe. Amarna publie quatre albums : Chouli (1986) Saf (1986), Waïle (1987) et El Ghaba" (1989). Durant la même année où le groupe Amarna était créé, c'est-à-dire en 1985, le groupe Raïna Raï s'est disloqué. Hachemi Djellouli, rentré de France intègre Amarna. Pendant quelque temps, ils ont travaillé sous le nom de Lotfi et Hachemi. Amarna a enregistré pas mal de succès.

Durant la décennie noire, Lotfi et son groupe ont pris des risques en montant sur scène un peu partout en Algérie.

Le groupe se reforme. En 2001, ils ont produit l'album intitulé « Bye Bye ». Celui-ci était un prélude à la fin du groupe. En 2001, il constitue la troupe les New Amarnas. Ce groupe était composé de jeunes artistes, mais n'a pas pu s'imposer sur la scène.

Musiques du filmModifier

Il signe la bande originale du film Harraga Blues, réalisé par Moussa Haddad et sorti en 2012. Il compose aussi la musique du documentaire sur la base-vie de Hassi Messaoud, réalisé dans les années 1990. Les Américains avaient d'ailleurs beaucoup apprécié. Il participe également à la musique du film, de Lyès Salem "El Wahrani".

En 2008 et 2010, il crée des musiques pour pièces de théâtre à Sidi Bel Abbès : "Topaze" de Marcel Pagnol, et "Rashomon".

Projets en cours de réalisationModifier

En 2007, il réalise un projet qui lui tient beaucoup à cœur, un studio d'enregistrement à Sidi Bel Abbès, pour la promotion des jeunes talents, une sorte d'école pour initier la jeune génération à la musique.

En 2015, Lotfi Attar remonte le groupe Raïna Raï, dont il est le leader à ce jour, avec certains membres des débuts du groupe, dont le batteur et membre fondateur de Raïna Raï, Hachemi Djellouli et le chanteur, Mohamed Guebbache dit Kada.

Il vient de publier des compositions plus personnelles, et a développé un nouveau style appelé Goumb Guits dans lequel la guitare électrique reproduit le son du goumbri (ou guembri), instrument traditionnel à cordes. Il cherche à faire évoluer par sa guitare d'autres musiques du monde non mises en valeur.

DiscographieModifier

Les albumsModifier

Raina Raï

Amarna :

  • Chouli (1986), Editions Rachid et Fethi.
  • Saf (1986), Sadi Disques.
  • Waïle (1987).
  • El Ghaba (1989), édition Celluloid.

Les concertsModifier

  • Concert à Alger, Fête de la Jeunesse à Riad El-Feth avec Touré Kunda, 1985.
  • Tournée en France : Lyon, Grenoble, Saint Etienne, Villefranche, 1985.
  • Concert au Salon International de la musique, Vincennes, France, 1985.
  • Concert "le raï dans tous ses états à Paris, La Villette, 1986.
  • Concert à Québec avec Manu Dibango, 1987.
  • Concert à Bologne, Italie, 1990.
  • Concert à Anvers, Belgique, 1990.
  • Concert au Ritz et à la Cigale, Paris, 1990.
  • Concert au Festival Panafricain avec Alpha Blondy, Francfort, Allemagne, 1992.
  • Concert à Romainville, France, 1992.
  • Tournée aux Etats-Unis : Washington, New York, Boston, San Francisco, et au Canada à Montréal, 1993.
  • Concerts dans diverses villes d'Algérie, 1993-1999.
  • Concert à Pau, France, 1999.
  • Concert à Amsterdam, Pays Bas, 1999.
  • Concert pour le vingtième anniversaire de Raïna Raï, Alger, 2000.
  • Concert au Festival Festpam et au Parlement congolais, Congo Brazzaville, 2000.
  • Concert au Divan du Monde, Paris, 2002.
  • Concert à Bordeaux, France, 2003.
  • Concert à Bercy, Paris, 2004.
  • Concert au Blue Note et au One Way, Paris, 2004.
  • Concert au Festival Boulevard des Jeunes, Casablanca, Maroc, 2005.
  • Concert au Festival de Timgad, Algérie, 2005-2009.
  • Concert au Festival Casif, Alger, 2005-2009.
  • Concert au Festival de Raï d'Oran, 2005-2009.
  • Concert au Festival de Raï de Sidi Bel Abbès, Algérie, 2005-2009.
  • Concert à Kheima Hilton, Alger, 2010.
  • Festival de Raï de Sidi Bel Abbès, Algérie, 2010.
  • Festival International de Raï d'Oujda, Maroc, 2011 et 2012.
  • Tournée dans le Sahara, 2012.
  • Concert à Tlemcen et Mostaganem, Algérie, 2013.
  • Concert à Tunis, Tunisie, 2014.
  • Festival de Raï de Sidi Bel Abbès, 2015.
  • Tournée dans diverses villes d'Algérie, 2015.
  • Concert à Toulouse, Takti Collectif, et club La Bohème, 2015.
  • Concert à Montpellier, France, 2015.
  • Concert "Raïna Raï le retour", Sidi Bel Abbès, mai 2016.
  • Concert Casif à Djemila, Algérie, juillet 2016.
  • Concert Casif au théâtre de verdure d'Oran, Algérie, juillet 2016.
  • Festival Orientalys, Montréal, Canada, août 2016.
  • Commissaire du Festival de Raï de Sidi Bel Abbès (nommé par le Ministre de la Culture), novembre 2016.
  • Concert à la base-vie d'Hassi Messaoud, Algérie, décembre 2016.

Notes et référencesModifier

Sources bibliographiquesModifier

  • Achour Cheurfi, Dictionnaire des musiciens et interprètes algériens. Éditions ANEP 1997.