Loreo

commune italienne

Loreo
Loreo
Le canal de Loreo et le beffroi à droite
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Vénétie Vénétie 
Province Rovigo  
Maire Bartolomeo Amidei
Code postal 45017
Code ISTAT 029030
Code cadastral E689
Préfixe tel. 0426
Démographie
Gentilé loredani
Population 3 735 hab. (31-12-2010[1])
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 00″ nord, 12° 12′ 00″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 1 m
Superficie 3 900 ha = 39 km2
Divers
Saint patron Saint Michel
Fête patronale 29 septembre
Localisation
Localisation de Loreo
Géolocalisation sur la carte : Vénétie
Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Loreo
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Loreo
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Loreo
Liens
Site web www.comune.loreo.ro.it

Loreo est une commune italienne de la province de Rovigo dans la région de Vénétie en Italie.

Origine du nomModifier

Loreo est l'évolution italique du latin Lauretum qui existait dès avant le XIe siècle et dérive probablement du laurier, arbuste abondant dans la zone. De l’antique Lauretum vinrent plus tard des noms comme : Lauredo, Loredo, Loretto, Loreo, Loredano.

GéographieModifier

La commune est située à l'intérieur du Parc régional du Delta du Pô (Vénétie), à une altitude de 1 mètre au-dessus du niveau de la mer Adriatique, au milieu d’une plaine alluvionnaire et fertile, entrecoupée de canaux d’assèchement pour la bonification des terres.

La cité est traversée par la route nationale SS443 qui, d’Ouest en Est, mène de Rovigo (31 km) et Adria (10 km) à Rosolina (5 km) et par l’embranchement de la SS309 Romea qui relie Ravenne à Venise. La ligne de chemin de fer Rovigo-Chioggia dessert la cité.

HistoireModifier

Antiquité et Moyen ÂgeModifier

Dans l’antiquité, le territoire était lagunaire, séparé de la mer par un cordon de dunes (palude Adriane ou septem mària). Les antiques Vénètes exploitaient cette zone pour les cannes, le sel, le poisson, les palourdes et le gibier, mais les premiers centres habités permanents apparurent durant la colonisation romaine autour de 225 av.J.-C., autour du portus Laureti.

À la chute de l’Empire romain d'Occident, le territoire deltaïque de Loreo fit partie du royaume ostrogoth avant d’être rattaché à l’époque de Justinien, après la guerre des Goths (535-553), à l’Empire romain d'Orient, intégrant ainsi pour plusieurs siècles l’Italie byzantine. Suite aux destructions des barbares Lombards et Hongrois (899), le territoire byzantin fut réduit à la Venise maritime : Loreo en fait partie.

En 1002, Loreo est définitivement cédé par l’empereur byzantin Basile II à la République de Venise. Cette dernière, avec ses fiefs, constituait une menace pour les empereurs francs et allemands, comme Otton III, qui cherchèrent à contrôler cette zone stratégique et les trafics vers la plaine du Pô. Dans la « Sérénissime », les communes, dont Loreo, étaient représentées chacune par un gastaldo (terme lombard pour la fonction administrative civile plus ou moins équivalente au maire) et par un ecclésiastique (fonction religieuse).

En , Venise concéda des privilèges particuliers à Loreo en échange de la défense des confins méridionaux face au Duché de Ferrare. Depuis 1322, les Este, seigneurs de Ferrare, contrôlaient tout le territoire entre l’Adige et le  : la Transpadana Ferrarese, à l’exception du Delta du Pô, où Loreo faisait partie de la sphère d’influence de Venise. En 1379, durant la guerre de Chioggia entre Gênes et la Venise, le château-fort de Loreo fut occupé par les troupes génoises pendant un mois.

Pendant la longue période de la « Sérénissime », Loreo connut son maximum de splendeur ; tout le commerce avec l'Emilie et avec la Lombardie se faisait par le canal Naviglio, partie de l’actuel Canal Bianco, avec une douane à Cavanella Po et à Loreo. Cette florissante période vit une augmentation de la population et la construction d’édifices selon l’usage vénitien, avec de typiques ruelles étroites (toujours visibles aujourd’hui).

Renaissance et ère moderneModifier

En 1797, suite de l’invasion de l’Italie par les troupes napoléoniennes, Venise perd son indépendance et la cité de Loreo fut rattachée à l’arrondissement de Padoue du département de l’Adriatique de la première République italienne. Par le traité de Campo-Formio, la cité passa à l'Empire d'Autriche selon les accords de paix signés avec la France après la première Coalition anti-française.

Les Français reprirent Loreo après leur victoire à Marengo du . De 1802 à 1813, la commune rentre dans la première République italienne, transformée en 1805 en royaume français d'Italie avec Napoléon Bonaparte comme roi. En 1815, après la défaite des Français, Loreo devint une « commune de seconde classe » du royaume lombardo-vénitien de l’empire d'Autriche, et en 1866, passa passa au Royaume d'Italie après la troisième guerre d'indépendance italienne.

Bien plus récemment, la terrible inondation du Polésine de , comme pour la majeure partie des communes de la région, provoqua un flux d’émigration vers les centres industriels du Nord du pays.

Monuments et lieux d’intérêtModifier

  • Les ruelles étroites typiquement vénitiennes et les bords du canal.
  • le Santuario di Loreo (Duomo), terminé en 1675.
  • La Chiesa dell'Assunta, église à façade baroque.
  • L’Oratoire de la SS. Trinità, de 1603.
  • La chiesa della Madonna del Pilastro, una des églises les plus antiques du Polésine, restructurée en 1553.
  • Villa Vianelli: au hameau de Tornova.
 
Corte Ca' Negra a Ca' Negra, hameau de Loreo aux confins avec Cavarzere
  • Pierre antique de 1785, gravée des tarifs du péage pour le passage des embarcations sur le canal.
  • le théâtre de 1891.

ÉconomieModifier

La principale économie de la commune est basée sur l’agriculture céréalière, l’horticulture, le fourrage pour les animaux et la vigne. L’élevage est essentiellement basé sur les bovins, ovins, porcins, etc.
En parallèle, l’industrie de transformation des produits alimentaires (laiterie), la mécanique, l’habillement, travail du bois et du verre. Fabrications de machines agricoles, appareils médicaux.
Le tertiaire est présent avec officines d’administration, banques et commerces divers.

Fêtes et évènementsModifier

  • la cérémonie de la flagellation de la confraternité de la Trinité, chaque année.
  • la foire de S. Michele : le (depuis 1337).
  • le chahut pascal à coups d’œufs peints en rouge.

AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
08/06/2009 En cours Bartolomeo Amidei Centre droit  
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Ca'Negra, Canalvecchio, Cavanella Po, Pilastro, Retinella, Sostegno, Tornova

Communes limitrophesModifier

Adria, Cavarzere, Chioggia, Porto Viro, Rosolina, Taglio di Po

PopulationModifier

Évolution de la population en janvier de chaque annéeModifier

1871 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
3 6034 6026 1766 7144 6043 7293 6263 7853 718
2012 - - - - - - - -
3 666--------

NoteModifier

BibliographieModifier

  • Il Veneto paese per paese, Casa Editrice Bonechi, Firenze - 1997
  • autori vari. Guida Turistico Stradale del Parco Regionale Veneto del Delta del Po - Lugo (RA), 2006.
  • autori vari. Enciclopedia del Polesine. Il Basso Polesine: Atlante polesano del Delta del Po - Rovigo, 2007.
  • Franco Mancini, Maria Teresa Muraro, Elena Povoledo. I Teatri del Veneto. Padova Rovigo - Regione del Veneto, Giunta regionale - Corbo e Fiore, Venezia, 1988

SourcesModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier