Lorenz Bäumer

joailler français

Lorenz Bäumer, né en 1965 à Washington, D.C., est un joaillier franco-allemand. Il est le fondateur de l'entreprise IDEAL[1] (International Design And Licensing), installée à Paris[2].

Lorenz Bäumer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Nationalité
Formation
Activité
BijoutierVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

BiographieModifier

Famille et formationModifier

Lorenz Bäumer naît le à Washington, D.C., aux États-Unis, d'une mère française et d'un père diplomate allemand. Il séjourne dans plusieurs pays étrangers au fil des missions de son père, puis sa famille s'installe à Paris lorsqu'il a 15 ans[3]. Il est élève au lycée Saint-Louis-de-Gonzague, puis intègre l’École centrale Paris après deux années de classes préparatoires au lycée Sainte-Geneviève de Versailles. Lorenz Bäumer obtient son diplôme d’ingénieur en 1988, option ICP (Innovation, Conception, Production)[4]. Il suit un cours d’architecture à l’École centrale.

CarrièreModifier

En 1988, il réalise des bijoux fantaisie[2], puis ouvre en 1989 un salon au 23, rue Royale, à Paris.

Il crée sa maison de haute joaillerie en 1992 dans les locaux du 23, rue Royale à Paris. Il inaugure ensuite trois salons en 1995 à l’étage du 4, place Vendôme. Ses collections de joaillerie sont présentées sur rendez-vous dans ses salons[5][source insuffisante]. En 2009, la Maison entre au comité Colbert, l'association de promotion de l'industrie française du luxe[6]. Le , la Maison ouvre sa première boutique au 19, place Vendôme[7]. Elle occupe un espace de 200 m2 sur deux étages dans l'hôtel d'Évreux, construit en 1704, et dispose d'une vitrine sur la place Vendôme. Les créations sont exposées dans les quartes salons : la Cabane du surfeur, le Confident, la Schatzkammer (le trésor en français) et le salon Vendôme.

 
Salon « La Cabane du surfeur ».
 
Salon « Le Confident ».

En 2010, Charlene Wittstock et le prince Albert II de Monaco choisissent sa tiare « écume de diamants » pour leur mariage[4]

Autres engagementsModifier

CollaborationsModifier

Alain Wertheimer, le charge à partir de 1988 de créer la joaillerie pour la maison Chanel : la ligne « Camélia » en pierre sculptée, la bague « Matelassée » perles, la bague « Coco », et la ligne « Ultra » qui utilise pour la première fois la céramique noire en joaillerie. Cette collaboration prend fin en 2007[5] car Bernard Arnaud le nomme directeur artistique de la joaillerie Louis Vuitton[3]. Il crée une première collection, « L'Âme du Voyage », pour la filiale de LVMH[4], suivi par de nombreuses autres collections dont « Chain Attraction », la ligne « Idylle », « Lock-it ». Cette collaboration prend fin en 2015, Lorenz Bäumer souhaitant se consacrer au développement de sa maison[réf. nécessaire].

Il a également collaboré avec de nombreuses marques, principalement dans le domaine du luxe : HermèsCartier, GuerlainGucciPiagetBernardaud, Swarovski, Baccarat, Omega, Disney[12].

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

PrixModifier

  • Prix spécial Vogue Joyas en hommage à sa vision artistique et à son parcours professionnel (2009)[16].
  • Prix de l'Audace aux Talents du luxe et de la création[17] 2017.

PublicationsModifier

  • (fr + en) Le Dictionnaire égoïste de Lorenz Bäumer, Paris, La Martinière, , 285 p. (ISBN 978-2-7324-3524-4)
  • (fr + en) Le Temps : la montre daguerréotype, 39 p.

RéférencesModifier

  1. « identité de la société IDEAL », sur www.verif.com (consulté le 5 mai 2020)
  2. a et b Nicole Vulser,, « « Le centralien Lorenz Bäumer, ses bijoux et la place Vendôme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Valery Bailly Buchet, « Lorenz Bäumer, joaillier magicien », Madame Figaro,‎
  4. a b et c Francine Rivaud, « Brillant : Portrait Lorenz Bäumer, joaillier », Challenges, no 352,‎ (ISSN 0751-4417, lire en ligne)
  5. a et b Charlotte Brunel, « Lorenz Bäumer s'installe place Vendôme », L'Express,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Katell Pouliquen, « 5 nouveaux talents pour le Comité Colbert », L'Express,‎ (lire en ligne)
  7. Élodie Baërd, « Lorenz Bäumer dans une nouvelle dimension », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  8. « Tendances Joaillerie »
  9. a et b « Madame Figaro News »
  10. « Place Vendôme Ecrin des Joailliers », sur lepoint.fr
  11. « Cité de la Céramique, Sèvres »
  12. (en) Jessica Michault, « A Jeweler Travels the World to Find Stones That Inspire », NY Times,‎ (lire en ligne)
  13. Décret du 2 avril 2010 portant promotion et nomination.
  14. Sandrine Merle, « Lorenz Bäumer : À la recherche du beau », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  15. (es) Ana Fernández Parrilla, « Historia de una obsesión », El Pais,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « My Little Swans », sur http://www.mylittleswans.com/partners.php?section=2289&id=209
  17. « Talents du luxe et de la création », sur centreduluxe.com