Ouvrir le menu principal

Longin le Centurion

soldat romain ayant percé de sa lance le côté droit du Christ en croix
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Longin et Saint Longin.

Longin le Centurion
Image illustrative de l’article Longin le Centurion
Saint Longin par Gian Lorenzo Bernini (basilique Saint-Pierre).
Saint
Naissance Ier siècle
Décès Ier siècle 
Autres noms sanctus Longinus
Fête 16 octobre et parfois 15 mars
Attributs la lance
Saint patron ville de Mantoue

Saint Longin le Centurion (ou sanctus Longinus sous sa forme latine) (dont le grade de "centurion" est légendaire[1]) est le nom traditionnel que la tradition chrétienne donne au soldat romain qui a percé de sa lance le côté droit du Christ une fois mort sur la croix.

Selon la tradition, ce soldat se convertit et est mort martyr à Césarée de Cappadoce dont il aurait été originaire[2]. Il est fêté le 16 octobre en Orient et le 15 mars en Occident.le centurion qui perça de sa lance le côté du Christ après sa mort, car Longin, d'après la tradition était originaire de Lanciano*

Son attribut est la lance (lonkhê en grec ancien, d'où dérive sans doute son nom[source insuffisante]. Il est ainsi nommé dans l'apocryphe Évangile de Nicodème)[3].

Tradition chrétienneModifier

 
Saint Longin perçant le flanc du Christ de sa lance, Museo di San Marco, Florence.

Une tradition attribue le nom de Longin au centurion cité en Marc 15,39 : « le centurion, qui se tenait en face de la croix, et s'écria, une fois le Christ mort : Vraiment cet homme était Fils de Dieu ! »[4]. Mais les Évangiles canoniques distinguent nettement entre le soldat qui a transpercé le côté droit du Christ mort (Jn 19,34) et le centurion qui s'est écrié : Vraiment cet homme était Fils de Dieu ! (Mt 27,54 ; Mc 15,39).


Selon la tradition très ancienne mais cependant apocryphe qui le considère comme un centurion, Longin, originaire de Cappadoce, servait dans l'armée romaine et commandait une unité en Judée. Il fut, avec ses hommes, chargé de surveiller la crucifixion de Jésus-Christ[4] et il reçut ensuite mission de garder son corps pour que personne ne pût le dérober ni dire qu'il était ressuscité. Il se serait converti à la vue des prodiges qui ont accompagné la Passion du Christ, ce qui est attesté, au sujet du centurion romain, par le récit évangélique canonique (Mt 27,51-54). La Légende dorée en fait plus tard un héros de roman, aveugle, qui aurait été guéri de sa cécité physique (symbole de cécité spirituelle) par le sang qui aurait coulé de la plaie du Christ en croix jusque dans ses yeux[5].

Après sa mort, ses restes furent transportés en Cappadoce et placés dans une église.

Le nom de Longin est mentionné dans l'Évangile de Nicodème (16.7). La Légende dorée raconte qu'après sa conversion, il renonça aux armes et vécut en ermite en Cappadoce où il « converti beaucoup de monde »[4]. Le gouverneur local le fit arrêter et, ne parvenant pas à lui faire renier Dieu, lui fit arracher la langue. Saint Longin ne perdit pourtant pas l'usage de la parole et détruisit les idoles païennes présentes. Les démons en sortirent, rendirent fou et aveugle le gouverneur païen, qui fit alors décapiter saint Longin, avant de se repentir lui-même.

C'est donc seulement cet évangile apocryphe de Nicodème qui assimile Longin au centurion mentionné dans les Évangiles canoniques et qui commence à lui conférer une « épaisseur » historique, ou plutôt légendaire, qui conduit plus tard Bède, puis Raban Maur et Notker à la rédaction d'une Vie de saint Longin[6].

Représentation dans les artsModifier

Son nom, Longinus, figure sur la fresque que le pape Zacharie (741-752) fit exécuter dans l'église Sainte-Marie-Antique, à Rome. C'est l'une des plus anciennes représentations connues de la Crucifixion.

Il est un des saints patrons de la ville de Mantoue et est représenté sur le tableau de Mantegna intitulé La Vierge de la Victoire où il figure portant ses attributs : un casque et une lance de couleur rouge (celle du sang mais aussi de la symbolique de la Passion).

Tradition de Longin le centurion à MantoueModifier

Selon cette tradition, Longin, qui aurait, après sa guérison, passé sa vie à diffuser la parole évangélique dans le monde, serait arrivé à Mantoue en Italie où il aurait subi le martyre. En 804, le pape Léon III confirma l'authenticité de ses reliques. Au Xe siècle, elles durent être cachées alors que les Hongrois approchaient de la ville pour s'en emparer. C'est en 1048, que l'apôtre saint André serait apparu à un mendiant, nommé Adalberto, lui révélant où avaient été murées les précieuses reliques. Depuis lors, elles sont conservées dans la crypte de l'église Sant'Andrea de Mantoue. [7]

Notes et référencesModifier

  1. (en) M. Bunson, Encyclopedia of the Roman Empire, Facts on File, , p. 244.
  2. Catherine Jolivet-Lévy, Les Églises byzantines de Cappadoce, Éditions du CNRS, , p. 97.
  3. Jacques de Landsberg, L'art en croix : le thème de la crucifixion dans l'histoire de l'art, Renaissance Du Livre, , p. 32.
  4. a b et c « Le martyrologe romain fait mémoire de Saint Longin », Magnificat, no 239,‎ , p. 236.
  5. Éliane Burnet, Régis Burnet, Pour décoder un tableau religieux, Les Éditions Fides, , p. 79.
  6. Gaston Duchet-Suchaux, L'iconographie : études sur les rapports entre textes et images dans l'Occident médiéval, Léopard d'or, , p. 223.
  7. Barbara Furlotti et Guido Rebecchini, L'art à Mantoue, Paris, Hazan, , 278 p. (ISBN 978-2-7541-0016-8), page 12

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

BibliographieModifier