Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Loma.
Loma
Description de cette image, également commentée ci-après
Fillette loma au Libéria

Populations significatives par région
Autres
Langues Lom
Religions Animisme,christianisme
Ethnies liées Kpelle

Les Loma ou Toma sont une population mandingue d'Afrique de l'Ouest, vivant au Liberia – principalement dans le comté de Lofa – et en Guinée forestière autour de Macenta[1].

EthnonymieModifier

Selon les sources et le contexte, on observe plusieurs variantes : Buzi, Buzzi, Logoma, Loma, Lomas, Looma, Lorma, Toale, Toali, Toa, Tomas, Tooma[2].

Les Loma ont été dénommés « Toma » par l’administration coloniale française qui a repris la terminologie de leurs voisins[3].

LanguesModifier

Les populations parlent des langues mandées proches, mais différenciées par les linguistes. En 2006 environ 165 000 locuteurs du loma[4] étaient dénombrés au Liberia, pays anglophone. D'autre part 144 000 personnes parlaient le toma[4] en 1991 en Guinée, pays francophone.

CultureModifier

C'est un peuple forestier dont la société est très hiérarchisée. Loma et Toma ont conservé les religions traditionnelles, mais il y a quelques chrétiens. L'islam est en outre présent chez les Toma de Guinée.[réf. nécessaire]

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. (en) James Stuart Olson, « Loma », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 341-342 (ISBN 9780313279188)
  2. Source RAMEAU, BnF [1]
  3. Henri Moniot, Cahiers d'études africaines, note 3 [2]
  4. a et b (en) Fiche langue[lom]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  5. Château des Sforza
  6. Musée du quai Branly

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Facinet Beavogui, Les Toma (Guinée et Libéria) au temps des négriers et de la colonisation française (XVe-XXe s.), Paris, L’Harmattan, 2002
  • Facinet Beavogui, « Traite esclavagiste transatlantique et esclavage chez les Loma (XVIe- XIXe siècles) », dans Histoire et devenir de l'Afrique. XXe siècle, Travaux en cours, Catherine Coquery-Vidrovitch, O. Goerg et Ch. Tshimanga (dir.), Cahiers d'Afrique noire, n° 19, L'Harmattan, 2000
  • Facinet Beavogui, Contribution à l'histoire des Loma de la Guinée forestière de la fin du XIXe siècle à 1945, Université de Paris 7, 1991, 713 p. (thèse)
  • Facinet Beavogui, Essai d'interprétation des institutions politico-administratives : Loma (Guinée) pendant cinquante années de colonisation française (1908-1958), 1990
  • (it) Vittorio Carini, Le maschere dei Toma/Loma, Gaspari, Udine, 2009, 47 p. (ISBN 978-88-7541-158-9)
  • (en) Gerald Elwin Currens, The Loma farmer : a socioeconomic study of rice cultivation and the use of resources among a people of Northwestern Liberia, Eugene, Or., University of Oregon, 1974 (thèse)
  • Aurélien Gaborit, Bois sacré : initiation dans les forêts guinéennes [exposition, Musée du quai Branly, 4 mars-18 mai 2014], Beaux-Arts éd., Issy-les-Moulineaux, 2014, 41 p. (ISBN 979-1-02040-070-3)
  • Pierre-Dominique Gaisseau (en collab. avec Henri Robillot), Forêt sacrée : magie et rites secrets des Toma, A. Michel, Paris ; impr. de E. Grevin et fils, Lagny-sur-Marne, 1953, 320 p.
  • (en) Christian Kordt Højbjerg, Resisting state iconoclasm among the Loma of Guinea, Durham, N.C., Carolina Academic Press, 2007, 360 p. (ISBN 1594602182)
  • (en) Massayan K. Jorgbor & Patrick K. Manjoe, The Lorma ethnic group: origin and culture, Bishop John Collins Teachers College, Monrovia, 2007, 136 p.
  • (en) Paul Degein Korvah, The history of the Loma people, Oakland, Ca., O Books, 1995, 115 p. (ISBN 1882022076)
  • H. Néel, « Notes sur deux peuplades de la frontière libérienne, les Kissi et les Toma », in L'Anthropologie (Paris), tome XIV, 1913, p. 445-476
  • (en) Robert Selig Leopold, Prescriptive alliance and ritual collaboration in Loma society, 1991, 376 p. (thèse)
  • (nl) Annemieke van Damme, De maskersculptuur binnen het poro-genootschap van de Loma : getuigenis van een ecologisch-culturele aanpassing ? (Poro-masks among the Loma : witness of an ecological-cultural adaptation?), Gent : State University of Ghent, Higher Institute for Art History and Archaeology, Seminar for Ethnic Art, 1987, 32 p. (d’après une thèse)

DiscographieModifier

  • Musique toma, enreg. de Pierre-Dominique Gaisseau, Jean Fichter et Tony Saulnier ; publ. sous la direction de Gilbert Rouget, Vogue, Paris, 1972, 1 disque 33 t + 1 livret bilingue de 7 p. (enregistrements réalisés au cours de deux voyages en Guinée en 1952 et 1953)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :