Ouvrir le menu principal

Loigny-la-Bataille

commune française du département d'Eure-et-Loir

Loigny-la-Bataille
Loigny-la-Bataille
Église Saint-Lucain
Logo monument historique Classé MH (1983),  Inscrit MH (1983).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Canton Voves
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Beauce
Maire
Mandat
Hugues Robert
2014-2020
Code postal 28140
Code commune 28212
Démographie
Population
municipale
208 hab. (2016 en diminution de 6,31 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 26″ nord, 1° 44′ 02″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 139 m
Superficie 18,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Loigny-la-Bataille est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. Elle fait partie d'une zone écologique protégée du réseau Natura 2000. C'est une zone importante pour la conservation des oiseaux de la vallée de la Conie et Beauce centrale.

GéographieModifier

SituationModifier

Territoire de la commune de Loigny-la-Bataille

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophesModifier

La ligne ferroviaire ChartresOrléans a une gare à Orgères-en-Beauce, à 4 km de Loigny-la-Bataille .

ToponymieModifier

Le « pays de Lucain », Lucaniacum au Ve siècle, devient Luigniacum-in-Belsia en 1224, puis Lingny-en-Beausse, saint Lucien de Longny-en-Beauce, Loigny, et après 1870 Loigny-la--Bataille.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Dans l'ancien cimetière de Loigny a été découverte en 1885 une nécropole à incinération et à inhumation[1].

AntiquitéModifier

Une voie romaine de Chartes à Orléans traverse la commune du nord-ouest au sud-est : elle correspond partiellement à la route D3.9 au nord-ouest de Loigny, puis poursuit en plein champ vers Terminiers. Une voie romaine de Châteaudun à Allaines traverse la commune au nord : c'est aujourd'hui la route D927.

Des restes d'habitations gallo-romaines et des tessons de tuiles et monnaies gauloises et romaines ont été découverts[1].

XIXe siècleModifier

Article détaillé : Bataille de Loigny-Lumeau-Poupry.

Le village fut le lieu d'une bataille opposant près de 40 000 soldats français à 35 000 soldats des États allemands le 2 décembre 1870 et qui fit près de 9 000 victimes. C'est lors de cette bataille que le général Louis-Gaston de Sonis ordonna au colonel Athanase de Charette de La Contrie de déployer la bannière du Sacré-Cœur lors de la charge des volontaires de l'Ouest, les anciens zouaves pontificaux.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Hugues Robert SE Agriculteur
Ancien vice-président de la communauté de communes de la Beauce d'Orgères.
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementaleModifier

Loigny fait partie d'une zone écologique protégée du réseau Natura 2000.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 208 habitants[Note 1], en diminution de 6,31 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342335365318363372391381389
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
412430435409437440483508528
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
454426415382374356351400350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
344287238202178174218222208
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Loigny bénéficie du système scolaire intercommunal et du transport scolaire de la communauté de communes du Cœur de Beauce.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Les festivités liées au calendrier agricole à l'époque moderne ont fait la place à l'activité associative du Cœur de Beauce.

ÉconomieModifier

Loigny est inséré dans l'économie agricole de Beauce.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Ensemble mémorialModifier

Le champ de bataille de Loigny est encore aujourd'hui constellé de monuments commémorant les durs combats des 1er et 2 décembre 1870 qui virent s'affronter dans la plaine de Beauce les armées françaises et allemandes. L'ensemble mémorial constitué par l'église, la chapelle mortuaire, la crypte, le musée et le chemin de mémoire fait de Loigny-la-Bataille le premier site mémorial créé en France en souvenir d'une bataille.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Château de GouryModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Saint Lucain
Loigny est le lieu du martyre et de l'hagiographie chrétienne d'un saint céphalophore du Ve siècle : Lucain[10],[11] : à quelques centaines de mètres au sud de Loigny, « ce fut entre Villours et Villepion que fut martyrisé, l'an 407, saint Lucain, généreux missionnaire qui avait eu le courage de se mettre à la suite des Alains et des Suèves pour leur annoncer l'Évangile[12]. » Lucain était un prédicateur chrétien de l'Orléanais et fut condammé à avoir la tête tranchée[13]. « Elle ne fut pas plus tôt abattue que Lucain se leva sur ses pieds, la reprit entre ses mains et la porta comme en triomphe à une demi-lieue de l'endroit où il avait été exécuté ; il la mit sur une pierre qui, en mémoire d'un si grand prodige, a été depuis appelée la Pierre de saint Lucain[14]. » Le « pays de Lucain » (Lucaniacum) est devenu le village de Loigny, avec son église consacrée à Saint-Lucain.
Cet officier très pieux a combattu en 1870 à la tête des zouaves pontificaux et des volontaires de l'Ouest sous l'étendard du Sacré-Cœur de Jésus et la devise Miles Christi (soldat du Christ), aux côtés du futur général de Charette. Grièvement blessé lors du combat, il passa la nuit (-20°) sur le champ de bataille de Loigny à rassurer les soldats blessés eux aussi autour de lui. On lui amputa la jambe le lendemain de ce funeste 2 décembre 1870[15]. Il est anobli par le pape Léon XIII et est titré comte romain et de Sonis en 1880.
Après l'occupation de Rome par les troupes piémontaises (), Charette embarque pour Marseille avec ses troupes. Il négocia avec Gambetta l'emploi des zouaves français au service de la France contre l'Allemagne et fut autorisé à les organiser sous le nom de Légion des volontaires de l'Ouest, corps remarquablement discipliné qui fut attaché au 17e corps d'armée, et se battit bravement avec elle aux batailles de Patay et de Loigny (2 décembre), où il fut grièvement blessé, fait prisonnier, mais s'évada.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Anne Ollagnier, Dominique Joly et Michel Provost (dir.), Carte archéologique de la Gaule : L'Eure-et-Loir, 28, Fondation maison des sciences de l'homme, coll. « Académie des inscriptions et belles-lettres ; Ministère de la culture et de la francophonie ; Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche », , 372 p. (ISBN 2-87754-032-4 et 9782877540322, notice BnF no FRBNF35838160).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Église », notice no PA00097135, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Tableau : la communion des zouaves », notice no PM28000776, base Palissy, ministère français de la Culture.
  8. « Tableau : le général Gaston de Sonis », notice no PM28000777, base Palissy, ministère français de la Culture.
  9. « Château de Goury », notice no PA00097134, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. (la) « De S. Lucano martyre, in dicecesi carnutensi in Gallia ; commentarius criticus », dans Société des Bollandistes, Acta Sanctorum octobris (tomus tertius decimus) : ex latinis et graecis, aliarumque gentium monumentis, servata primigenia veterum scriptorum phrasi, 1765-1883 (notice BnF no FRBNF37571965, lire en ligne), NUMM-6084 p.244-245.
  11. Abbé Théophile Cochard, Les Saints de l'Église d'Orléans, Orléans, Herluison, , X-548 p. ; in-18 p. (notice BnF no FRBNF30252889), p. 73-76.
  12. Bulletin trimestriel, vol. 3, t. 32 à 39, Société archéologique et historique de l'Orléanais, 1859-1862 (notice BnF no FRBNF34422791, lire en ligne)
  13. « Nominis : saint Lucain », sur nominis.cef.fr.
  14. Paul Guérin, Les petits Bollandistes : vies des saints de l'Ancien et du Nouveau Testament, Paris, Bloud et Barra, (notice BnF no FRBNF37268348, lire en ligne).
  15. Abbé Provost, Loigny-la-Bataille, de 1870 à 1912, Lille, Impr. de H. Morel, coll. « Imprimerie catholique », , 535 p. (notice BnF no FRBNF34200620, lire en ligne).