Loi de Brandolini

difficulté à réfuter des informations fausses ou trompeuses

La loi dite de Brandolini ou le principe d'asymétrie des baratins[1] est l’aphorisme selon lequel « la quantité d'énergie nécessaire pour réfuter des sottises […] est supérieure d'un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire »[2],[3]. Ainsi, s'il est facile de créer une fausse information — sur le fond et la forme — en quelques minutes, il faudra probablement plusieurs heures pour démonter chaque point et montrer la fausseté de l'ensemble.

Ce principe critique la technique de propagande qui consiste à diffuser de l'infox facilement et en masse, afin d'exploiter la crédulité d'un certain public en faisant appel à son système de pensée rapide, instinctif et émotionnel[4].

Historique

modifier

Le principe est généralisé pour la première fois le par le programmeur italien Alberto Brandolini sous le titre Bullshit asymmetry principle[5],[6], puis rendu célèbre, après la publication sur Twitter d'une photo montrant une diapositive d'une présentation effectuée par Brandolini lors de la conférence XP2014 organisée par l'Agile Alliance, le [7].

Brandolini formule ce principe après avoir entendu une interview de l'homme politique italien Silvio Berlusconi, dans laquelle il formule de nombreuses affirmations fausses sans que le journaliste l'interrogeant ne le contredise, malgré le travail de nombreux journalistes qui vérifiaient ses propos en parallèle[8].

Ce principe n'est qu'une application moderne de celui énoncé en 1733 par l'écrivain écossais John Arbuthnot dans L'Art du mensonge politique disant que « Le mensonge vole, et la vérité ne le suit qu'en boîtant », maxime elle-même reprise depuis sous différentes formes par d'autres écrivains et penseurs.

Intérêt

modifier

Il ressort de cet aphorisme que la désinformation a un avantage important sur la vérité, car rétablir la vérité est particulièrement coûteux en temps et en énergie[3].

Ce principe est l'une des raisons pour lesquelles il ne faut pas renverser la charge de la preuve[réf. nécessaire][9],[10],[11]. En science et en droit, notamment, la charge de la preuve revient toujours à celui qui affirme, sinon n'importe qui peut affirmer n'importe quoi sans la moindre preuve.

Un autre corollaire est que, dans un débat oral, le principe d'égalité du temps de parole pénalise ceux qui doivent contrecarrer des assertions erronées. La loi de Brandolini est ainsi reformulée par Jean-Marc Jancovici, invité à réagir sur des propos de Jean-Luc Mélenchon : « La loi de Brandolini vous dit que quand vous avez un temps égal pour quelqu'un qui a dit quelque chose d'inexact et quelqu'un qui essaie d'expliquer pourquoi c'est inexact, la personne qui essaie d'expliquer pourquoi c'est inexact perd toujours[12][source secondaire nécessaire]. »

Applications

modifier

Le phénomène est amplifié par le développement des réseaux sociaux.[réf. nécessaire] Il touche notamment la communauté scientifique qui n'a pas les moyens de combattre tous « les mensonges et les inexactitudes » diffusés sur le web mais devrait, selon le biologiste Phil Williamson, exploiter la puissance d'internet pour créer des systèmes de notation modérée s'appliquant à des sites web qui prétendent apporter des informations scientifiques[13].

La technique rhétorique dénoncée par la loi de Brandolini s'apparente au « millefeuille argumentatif »[14] — parfois appelé « Gish gallop » aux États-Unis, une expression de l'anthropologue Eugenie Scott pour fustiger la rhétorique du créationniste Duane Gish[15],[16].

Exemple durant la pandémie de Covid-19

modifier

Durant la pandémie de Covid-19, un journaliste montréalais donne l'exemple d'une vidéo réalisée par une personne sans aucune expertise médicale, contenant de nombreuses erreurs et qui a été vue plus de deux millions de fois. La vérification de chacune des affirmations a nécessité d'appeler des experts, de transcrire les interviews, puis de synthétiser le tout dans un article correctif : « Ce type a mis 15 minutes pour faire sa vidéo et j'ai mis trois jours pour la démonter[8]. »

Rudy Reichstadt mentionne sur le site Conspiracy Watch « la loi de Brandolini illustrée par Christian Perronne » parce que « Perrone tient un discours hallucinant de complotisme, il parle de complot mondial, etc. » et une séquence d'une minute sur Sud Radio, où il prétend qu'il y a plus de fausses couches chez les femmes enceintes ayant reçu le vaccin contre la Covid-19 de Pfizer, a pris plus d'une heure et demie de recherche pour montrer que l'étude menée sur 42 000 personnes ne montre pas plus de fausses couches que dans le reste de la population[17].

Notes et références

modifier
  1. Mathieu Alemany Oliver, « « Hold-up » : les huit personnages clés qui font une bonne théorie du complot », sur theconversation.com, .
  2. Bernard Swynghedauw, « Le principe de Brandolini et les fake news », Medecine sciences: M/S, vol. 36, nos 6-7,‎ , p. 654 (lire en ligne).
  3. a et b Laurent Vercueil, « La loi de Brandolini ou le principe d'asymétrie du baratin : un défi pour les scientifiques », sur www.echosciences-grenoble.fr, (consulté le ) : « La quantité d'énergie nécessaire pour réfuter du baratin est beaucoup plus importante que celle qui a permis de le créer. »
  4. « La « loi de Brandolini » : qu’est-ce que c’est ? », sur laculturegenerale.com, .
  5. Alberto Brandolini, « The bullshit asimmetry... », sur Twitter,
  6. (en) John V. Petrocelli, The life-changing science of detecting bullshit, St. Martin's Publishing Group, (ISBN 978-1-250-27163-1, lire en ligne)
  7. (en) Moxie LaBouche, Your brain on facts: Things you didn't know, things you thought you knew, and things you never knew you never knew, Mango Media Inc., (ISBN 978-1-64250-254-1, lire en ligne)
  8. a et b (en-CA) Matthew Lapierre, « Truth, lies and the disinformation problem that won't go away », sur montrealgazette.com, (consulté le ) : « It took this guy 15 minutes to make his video and it took me three days to fact-check. »
  9. Mireille Delmas-Marty, « La preuve pénale », Droits, Paris, ProQuest, vol. 23,‎ , p. 53 (lire en ligne [PDF], consulté le )
  10. Frédéric Burnier et Brigitte Pesquié, « Test de discrimination et preuve pénale », Horizons stratégiques, vol. n° 5, no 3,‎ , p. 60–67 (ISSN 1958-3370, DOI 10.3917/hori.005.0060)
  11. Thierry Casagrande, « Renversement de la charge de la preuve de l’information donnée au malade par le gastro-entérologue », Acta Endoscopica, vol. 30, no S5,‎ , p. 602–605 (ISSN 0240-642X, DOI 10.1007/BF03022908)
  12. Face-à-Face : Jean-Marc Jancovici, Jean-Marc Jancovici et Apolline de Malherbe sur BFM TV (, 21:10 minutes) Consulté le . La scène se produit à 6:44.
  13. (en) Phil Williamson, « Take the time and effort to correct misinformation », Nature, vol. 540, no 171,‎ (DOI 10.1038/540171a).
  14. « C’est une technique rhétorique qui vise à intimider celui qui y est confronté : il s’agit de le submerger par une série d’arguments empruntés à des champs très diversifiés de la connaissance, pour remplacer la qualité de l’argumentation par la quantité des (fausses) preuves. Histoire, géopolitique, physique, biologie… toutes les sciences sont convoquées – bien entendu, jamais de façon rigoureuse. Il s’agit de créer l’impression que, parmi tous les arguments avancés, "tout ne peut pas être faux", qu’"il n’y a pas de fumée sans feu". »
    Cf « On te manipule », sur gouvernement.fr, .
  15. (en) Mikael Sundström, How not to write a thesis or dissertation: A guide to success through failure, Edward Elgar Publishing, (ISBN 978-1-78990-051-4, lire en ligne).
  16. (en) Eugenie Scott, « Debates and the Globetrotters », sur talkorigins.org, .
  17. Les Déconspirateurs – l'émission #28 avec Clément Freze, Conspiracy Watch, 16 novembre 2022.

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier