Loúka Katséli

femme politique

Loúka Katséli
(el) Λούκα Κατσέλη
Illustration.
Loúka Katséli en 2008.
Fonctions
Ministre grecque du Travail et de la Sécurité sociale

(9 mois et 13 jours)
Premier ministre Giórgos Papandréou
Gouvernement Giórgos Papandréou
Prédécesseur Andréas Lovérdos
Successeur Geórgios Koutroumánis
Ministre de l'Économie, de la Compétitivité et de la Marine

(11 mois)
Premier ministre Giórgos Papandréou
Gouvernement Giórgos Papandréou
Prédécesseur Yánnis Papathanasíou (Économie)
Kostís Hadjidákis (Compétitivité)
Anastásios Papaligoúras (Marine)
Successeur Michális Chryssohoïdis
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Athènes (Grèce)
Nationalité Grec
Parti politique PASOK (1976-2011)

Loúka Katséli
Ministres du Travail de Grèce
Ministres du Développement de la Grèce

Loúka Katséli (en grec moderne : Λούκα Κατσέλη), née le à Athènes, est une femme politique grecque ayant appartenu au Mouvement socialiste panhellénique (PASOK).

Économiste formée aux États-Unis, elle appartient au PASOK entre 1976 et 2011. En 2007, elle est élue députée au Parlement, puis devient ministre de l'Économie deux ans plus tard. En 2010, elle est nommée ministre du Travail, un poste qu'elle quitte en 2011.

Elle fonde en 2012 un parti opposé à l'austérité, dénommé Accord social (KOSY), qui essuie un cuisant revers électoral peu après son lancement. Elle se retire alors de la politique, et préside entre 2015 et 2018 le conseil d'administration de la banque Ethnikí Trápeza.

BiographieModifier

Formation et vie professionnelleModifier

Loúka Katséli naît le à Athènes, capitale du royaume de Grèce.

Elle suit des études d'économie aux États-Unis. Elle obtient son baccalauréat universitaire ès lettres (BA) au Smith College en 1972, puis un doctorat à Princeton six ans plus tard.

Elle travaille comme professeure assistante à l'université Yale entre 1977 et 1985, puis elle est professeure invitée de l'université de Londres en 1986. À partir de 1987, elle enseigne l'économie en Grèce, d'abord à l'université d’économie d’Athènes (1987) puis à l'université nationale capodistrienne d'Athènes.

Elle assume entre 2015 et 2018 la présidence du conseil d'administration de Ethnikí Trápeza, la plus ancienne banque de Grèce.

Vie politiqueModifier

Elle adhère en 1976 au Mouvement socialiste panhellénique (PASOK), fondé deux ans plus tôt par Andréas Papandréou. Entre 1993 et 1996, elle fait partie de ses conseillers.

À l'occasion des élections législatives anticipées du 19 septembre 2007, elle est élue à 55 ans députée de la deuxième circonscription d'Athènes au Parlement. Elle est réélue une deuxième et dernière fois aux élections anticipées du 4 octobre 2009.

MinistreModifier

Trois jours plus tard, Loúka Katséli est choisie par le nouveau Premier ministre Giórgos Papandréou pour prendre la tête d'un grand ministère économique et devient ainsi ministre de l'Économie, de la Compétitivité et de la Marine[1].

Contestée, elle est remplacée lors du remaniement du 7 septembre 2010 par Michális Chryssohoïdis et remplace alors Andréas Lovérdos comme ministre du Travail et de la Sécurité sociale[2].

Expulsion du PASOKModifier

Elle quitte le gouvernement à l'occasion du remaniement du 17 juin 2011, puis est exclue trois mois plus tard du PASOK pour avoir voté contre les nouvelles mesures d'austérité budgétaire. Elle siège alors parmi les non-inscrits.

Le , elle annonce la fondation avec l'ancien ministre socialiste Háris Kastanídis — exclu comme elle du PASOK — d'un nouveau parti, dénommé « Accord social » (KOSY). Aux élections législatives anticipées du 6 mai 2012, le KOSY recueille seulement 0,9 % des voix, loin du seuil de représentation des 3 %. Elle choisit ensuite de soutenir le parti de gauche radicale SYRIZA.

Vie privéeModifier

Loúka Katséli est l'épouse de Gerasimos Arsenis (en), ancien ministre PASOK, avec qui elle a eu deux enfants : Dimitris et Amalia.

Notes et référencesModifier

  1. « Grèce - Un gouvernement de cadres nouveaux et chevronnés », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2019).
  2. « Le premier ministre grec remanie son gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2019).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier