Ouvrir le menu principal

Ottoniens

(Redirigé depuis Liudolfides)
Arbre généalogique des Ottoniens
(Chronica Sancti Pantaleonis, Herzog August Bibliothek, XIIIe siècle).

Les Ottoniens (en allemand : Ottonen), appelés également Ludolphides (Liudolfinger), sont une famille de la noblesse saxonne, les descendants du comte Liudolf († 866), qui est leur premier ancêtre connu avec certitude[1]. À partir de l'an 919, ils dominent sur le royaume de Germanie et la partie orientale de l'Empire d'Occident ; ils vont fonder le Saint-Empire romain germanique et conserver la dignité impériale jusqu'en 1024. La dynastie des Ottoniens tire son nom du prénom des trois empereurs romains germaniques : Otton Ier, fils du roi Henri Ier de Germanie, Otton II et Otton III.

GénéalogieModifier

OrigineModifier

Liudolf (Ludolphe en français) est considéré comme le premier ancêtre connu avec certitude, auquel il est fait référence dans diverses traditions. En tant que comte (Graf) dans le « duché ethnique » de Saxe, la région d'Ostphalie était le centre de son pouvoir où lui et son épouse Oda, d'origine franque fondent l'abbaye de Gandersheim (Brunshausen). L'origine familiale de Liudolf reste inconnue, les écrits de Hrotsvita de Gandersheim omettent de mentionner les noms de ses parents. Plusieurs historiens ont néanmoins formulé des hypothèses sur son ascendance et son possible rattachement à Widukind de Saxe :

  • pour Reinhard Wenskus, il serait le fils d’un Brunhard, peut-être fils du comte Adolf, fils de Thancolf, peut-être fils d’un certain Theodolf ;
  • pour Eduard Hlawitschka, il serait le cousin germain d’un comte saxon Cobbon († vers 845), proche confident du roi Louis II de Germanie et le frère de Warin († 856), abbé de Corvey ;
  • pour Christian Settipani, il serait identique à un autre Liudolf, fils de ce comte Cobbon, lui-même fils du duc saxon Ecbert (811). Les ancêtres de ce dernier sont inconnus.

Toujours selon Christian Settipani, les Ottoniens sont apparentés à Widukind, chef militaire pendant la guerre des Saxons contre Charlemagne au VIIIe siècle. Mathilde de Ringelheim, la deuxième épouse du roi Henri Ier de Germanie et mère de l’empereur Otton Ier, était la fille du comte de Frise occidentale Thierry (Théodoric). Or, ce dernier, frère d’un Immed et d’un Widukind, descendait du chef saxon Widukind. Thierry était sans doute le fils d’un noble saxon nommé Waldbert (c. 840), fils d'un comte Immed, lui-même peut-être fils du comte Abbon (811), dont on sait qu’il avait épousé la fille de Widukind. Par ailleurs, selon Christian Settpinai, l'épouse du comte Immed était peut-être une sœur du comte saxon Waldbert, fils de Wigbert, lui-même fils de Widukind.

En effet, les Ottoniens descendent du roi Henri Ier de Germanie († 936), fils du comte saxon Otton l'Illustre († 912) et neveu du comte Bruno († 880), l'ancêtre présumé des Brunonides. Otton l'Illustre lui-même est le fils du comte Liudolf († 866), d’origine non connue avec certitude. Sa sœur Liutgarde maria le roi carolingien Louis le Jeune.

Tableau généalogiqueModifier

 
La généalogie de l'empereur Henri, La Chronique de Nuremberg (1493).

Henri Ier, dit l'Oiseleur, né vers 876 et mort le à Memleben, roi de Germanie ; ⚭ (I) Hateburge, ⚭ (II) Mathilde de Ringelheim

Liste des souverains ottoniensModifier

Rois de Germanie (année de début et fin de règne)Modifier

Empereurs du Saint-Empire romain germaniqueModifier

  • 962 - † 973 Otton Ier du Saint-Empire.
  • 973 - † 983 Otton II du Saint-Empire. Couronné empereur associé le 25 décembre 967 à Rome.
  • 996 - † 1002 Otton III du Saint-Empire.
  • 1014 - † 1024 Henri II du Saint-Empire.

À la mort d'Henri II, la couronne passe à la dynastie franconienne.

Ludolphides notoiresModifier

Notes et sourcesModifier

  1. LIUDOLF, son of [BRUN[HART] & his wife ---] (-11 Mar 866, bur Brunshausen). Brun was named as father of Liudolf in the early 13th century Gandersheimer Reimchronik[91], but no earlier source has so far been found which confirms the relationship. The Chronicon Hildesheimense records that Liudolf founded the abbey of Gandersheim in 852, first at Brunshausen[92]. Widukind records that "Liudulfus" transferred relics of Pope Innocent to Rome[93]. The Annales Alamannicorum record "Ludolfus dux Saxoniæ avus Heinrici" among those who swore allegiance in 864[94]. The Annales Xantenses record the death in 866 of "Liudolfus comes a septentrione" (cf.EARLY SAXON LEADERS, family of LIUDOLF, later KINGS of GERMANY.

BibliographieModifier

  • Patrick Corbet: Les saints ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et sainteté féminine autour de l'an Mil (Beihefte der Francia, 15), Sigmaringen (Thorbecke) 1986, (ISBN 3-7995-7315-1). En ligne sur perspectivia.net

Articles connexesModifier