Ouvrir le menu principal

Littérature martiniquaise

La littérature martiniquaise fait partie de la littérature francophone. Cette littérature évoque régulièrement les questions identitaires, l'émigration, le rapport à l'Afrique, aux étrangers, au métissage. Les romans s'inspirent souvent de contes traditionnels.

Sommaire

Liste alphabétique d'écrivains martiniquaisModifier

GénérationsModifier

  • René Maran (1887-1960), romancier, poète, biographe, Batouala (1921)

1910Modifier

  • René Ménil (1907-2004), essayiste, philosophe, Légitime défense (1932)
  • Victor Jean-Louis Baghio’o (1910-1994)
  • Aimé Césaire (1913-2008), poète, dramaturge, essayiste, biographe, politique, Cahier d'un retour au pays natal (1939), Les Armes miraculeuses (1946), Discours sur le colonialisme (1950), La Tragédie du roi Christophe (1964)
  • Joseph Zobel (1915-2006), romancier, poète, La Rue Cases-Nègres (1950)
  • Suzanne Césaire (1915-1966), poétesse, dramaturge, essayiste
  • Mayotte Capécia (1916-1955)[3]

1920Modifier

1930Modifier

1940Modifier

1950Modifier

1960Modifier

1970Modifier

ThéâtreModifier

ŒuvresModifier

InstitutionsModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Richard D. E. Burton, Le roman marron : études sur la littérature martiniquaise contemporaine, l'Harmattan, Paris, Montréal, 1997, 282 p. (ISBN 2-7384-5018-0)
  • Luciano C. Picanço, Vers un concept de littérature nationale martiniquaise : évolution de la littérature martiniquaise au XXe siècle : une étude sur l'œuvre d'Aimé Césaire, Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant, P. Lang, New York, 2001, 130 p. (ISBN 0-8204-5030-8)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier