Ouvrir le menu principal

Litoměřice

municipalité tchèque

Litoměřice
Litoměřice
Litoměřice : place de la Paix.
Blason de Litoměřice Drapeau de Litoměřice
 
Administration
Pays Drapeau de la République tchèque République tchèque
Région Flag of Usti nad Labem Region.svg Ústí nad Labem
District Litoměřice
Région historique Bohême
Maire Ladislav Chlupáč
Code postal 412 01
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 24 045 hab. (2018)
Densité 1 337 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 02″ nord, 14° 07′ 52″ est
Altitude 136 m
Superficie 1 799 ha = 17,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte administrative de République tchèque
City locator 14.svg
Litoměřice

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

Voir la carte topographique de République tchèque
City locator 14.svg
Litoměřice
Liens
Site web www.litomerice.cz

Litoměřice (en allemand : Leitmeritz) est une ville de la région d'Ústí nad Labem, en République tchèque, et le chef-lieu du district de Litoměřice. Sa population s'élevait à 24 045 habitants en 2018[1].

GéographieModifier

Litoměřice est située au confluent de l'Elbe et de l'Ohře, à 15 km au sud-est d'Ústí nad Labem et à 56 km au nord-ouest de Prague[2].

La commune est limitée par Hlinná et Žitenice au nord, par Trnovany au nord-est, par Křešice à l'est, par Terezín et Mlékojedy au sud, par Žalhostice, Michalovice, Malíč et Kamýk à l'ouest, et par Miřejovice au nord-ouest[3].

HistoireModifier

 
Ancien hôtel de ville de style gothique – aujourd'hui musée

Litoměřice est l'une des plus anciennes villes de Bohême. Elle occupa le rang de capitale et d'évêché de la région du XIIIe au XVIIe siècle.

L'emplacement idéal pour traverser l'Elbe et le climat relativement doux ont permis une colonisation précoce de la région. Au début du Moyen Âge, Litoměřice était le centre des Lutomericii slaves, qui donneront leur nom à la ville. Dès le Xe siècle, la ville fut intégrée aux possessions des Přemyslides et élargie pour devenir un centre administratif fortifié au nord de la Bohême. Vers 1057, le duc Spytihněv II construisit l'église en pierre de Saint Étienne sur la colline du château et fonda une collégiale, à laquelle il donna de nombreux biens et revenus (provenant notamment des droits de douane de l'Elbe) et des droits.

Vers 1218, la ville est officiellement fondée et organisée autour de la place du marché. Elle est élevée au rang de ville royale en 1229. Les premiers citoyens obtinrent le droit de Magdebourg qui leur accordait autonomie et liberté. Puis commença le développement de la région notamment par le recrutement de colons de Rhénanie et de Basse-Elbe. La ville se développa particulièrement rapidement en raison du commerce des céréales en plein essor et des conditions climatiques favorables pour la vigne comme pour les fruits. En plus de nouvelles églises, des établissements monastiques de frères mineurs conventuels (1233 église St Jacques), de Dominicains (1236, église St. Michael) et de chanoines réguliers de la Sainte-Croix (1257, église Ste Marie) s'installèrent dans la ville. Ces derniers s'occupaient également d'un hôpital au XIVe siècle. Vers le milieu du XIIIe siècle, le développement couvrait également la colline du château. Un incendie dévastateur en 1296 mit un frein au développement de la ville. Dans les années suivantes, les rois de Bohême soutinrent la reconstruction de la ville par des allégements fiscaux et l'octroi de nouveaux droits. Une école urbaine est déjà mentionnée en 1298. Au milieu du XIVe siècle on trouvait également une école de chapitre. A la même époque, les fortifications de la ville sont étendues. Un château royal construit au XIIIe siècle est intégré à cette fortification. En 1397, un nouvel hôtel de ville est construit.

Guerres hussites et guerre de Trente AnsModifier

 
Calice hussite au dessus de la maison du calice

Lors des guerres hussites, Litoměřice sympathisa initialement avec le roi Sigismond de Luxembourg. L'exécution de 17 hussites en 1420 conduit Jan Žižka à faire le siège de la ville. Afin d'éviter de nouvelles confrontations, mais aussi de refléter les changements dans la structure de la population urbaine - la population tchèque augmentait constamment et finissait par l'emporter contre le patriciat allemand -, la ville se joignit administrativement aux villes utraquistes, une faction modérée des hussites. L'opposition germano-tchèque se manifesta également par la brève renonciation au droit de Magdebourg et dans la demande d'exclure les Allemands de toute fonction publique, ce que Sigismund a finalement approuvé en 1436.

Dans la seconde moitié du XVe siècle, Litoměřice se rétablit économiquement. Un péage facturé pour l'utilisation d'un pont en bois au dessus de l'Elbe nouvellement construit apportait de nouveaux revenus. Au début du XVIe siècle, la fortification de la ville fut renforcée et celle-ci comptait désormais 258 maisons. Sur le plan économique et politique, la ville rivalise désormais avec les nobles voisins. La grande majorité de la citoyenneté était utraquiste à cette époque. Il y avait aussi des catholiques et des juifs. Cependant, le quartier juif est pillé en 1541 et en 1546, Litoměřice reçut le privilège royal d'interdire aux juifs de rester dans la ville. A la place de l'école juive, les dirigeants de la ville mirent en place un hôpital municipal.

 
Façade de maison sur la place du marché avec des ornements de sgraffites

L'attitude négative de la ville vis-à-vis de la politique pro-catholique des Habsbourg du roi Ferdinand Ier aboutit au refus de participer à la guerre de Smalkalde. Après la bataille victorieuse du roi à Mühlberg, Litoměřice dut payer de lourdes amendes, effectuer des livraisons d'armes, perdit des sources de revenus importantes et vit la réduction de son autonomie urbaine. Depuis 1548, le droit de faire appel à la ville protestante Magdebourg, alors mise au ban, fut interdit, devenant responsable un conseil d’appel royal au château de Prague (« loi de Prague »). Néanmoins, de nombreux bâtiments de la seconde moitié du XVIe siècle (Schwarzer Adler, vers 1560, la maison du calice - 1570-1580 -), ainsi que la fondation d'une école latine et les liens avec le centre de réforme de Wittenberg témoignent de la richesse et de la culture de la ville.

Au tournant du XVIIe siècle, la majorité des habitants de Litoměřice étaient luthériens. Aux côtés des utraquistes et des Frères de Bohême, la ville s'est positionnée fermement du côté de l'opposition anti-Habsbourg, ce qui a conduit à la participation au soulèvement de 1618-1620. La défaite des protestants lors de la bataille de la montagne blanche entraîna la perte de nombreux privilèges et possessions urbaines. De nombreux citoyens sont alors expropriés et, s'ils refusent de se convertir au catholicisme, expulsés de la ville.

La guerre de Trente Ans a souvent amené des occupations d'armées étrangères, notamment suédoises et saxonnes, toutes liées à la dévastation du pays. La ville et ses environs ont subi des pertes démographiques dramatiques : en 1640, Litoměřice ne compte que 52 habitants, dans les villages urbains de la région, huit habitants seulement.

Contre-réforme et histoire moderneModifier

Après la guerre, une vigoureuse Contre-Réforme fut mise en œuvre dont les principaux vecteurs, comme dans de nombreux autres lieux de Bohême, étaient les jésuites. En 1655, le diocèse de Litoměřice fut érigé canoniquement, son premier évêque Maximilian Rudolf von Schleinitz, déjà nommé en 1647 par l'empereur Ferdinand III. En 1649, un monastère de capucins a été fondé, dans lequel l'église de St. Ludmilla a été créée de 1654 à 1657. Entre 1672 et 1685, l'église dominicaine Saint-Michel a été construite.

La réorganisation catholique s'est généralement accompagnée d'une activité de construction dynamique, pour laquelle de nombreux constructeurs ont été principalement engagés en provenance d'Italie. À partir de 1670, Giovanni Domenico Orsi de Orsini construisit la nouvelle cathédrale Saint Étienne. De 1689 à 1701, Giulio Broggio planifie et réalise la résidence épiscopale. Entre 1689 et 1731, il conçoit également l'église jésuite Ste Marie, qui sera complétée par son fils Octavio Broggio. Le collège des jésuites n'a été achevé qu'en 1770, soit trois ans seulement avant la dissolution de l'Ordre. Octavio Broggio fut également responsable de la construction de l'église Venceslas de 1714 à 1716 sur la colline de la cathédrale et de la baroquisation de l'église de la ville en 1716.

 
Collège jésuite. A partir de 1810, séminaire

La population a augmenté depuis 1650, principalement en raison de l'immigration, même si une épidémie de peste en 1680 entraîne un recul (colonne de la peste sur la place du marché). Les ratios numériques entre habitants allemands et tchèques se déplacent de plus en plus en faveur des Allemands au tournant du XVIIIe siècle. Dans les conflits militaires entre la Prusse et l'Autriche au XVIIIe siècle (notamment à la suite de la bataille de Lobositz), Litoměřice a été plusieurs fois sous occupation militaire et son développement économique a été freiné. La principale source de revenus de la ville reste le commerce des céréales au nord de l'Elbe. À partir de 1780, la construction de la forteresse voisine, Theresienstadt, donne une impulsions aux artisans de la ville.

Les réformes éclairées de Joseph II provoquèrent de profonds changements dans la ville. Déjà en 1773, l'ordre des jésuites était interdit, En 1785, le cloître des Frères mineurs fut supprimé dont les dominicains durent déménager. Ces bâtiments furent transformés entre 1814 et 1816 en tant que bureaux de district. Le retour des réfugiés religieux protestants et l'immigration de citoyens prussiens et saxons fut favorisé par l'administration. L'interdiction faite aux Juifs de rester dans les murs de la ville fut également levée. Dans le domaine culturel et pédagogique, les évêques Emmanuel Ernst von Waldstein, qui créèrent une bibliothèque utilisée par de grands érudits, dont Ferdinand Kindermann von Schulstein (1790-1801), qui en tant que directeur général des écoles normales de Bohème, lui donna un écho bien au-delà de la ville.

XIXe et XXe siècleModifier

 
Vue de la ville vers 1850

Après que les guerres de la coalition eurent affecté le développement économique de la ville au début du XIXe siècle, l'« Elbakte », qui assurait la navigation libre sur le fleuve et ainsi le trafic de vapeurs régulier qui en résultait vers la Saxe de même que la démolition des fortifications de la ville améliorèrent considérablement la situation du trafic. Entre 1787 et 1854, la population de la ville doubla.

Au lycée de Litoměřice travailla de 1800 à 1815, Josef Jungmann, qui enseigna le tchèque pour la première fois dans des écoles de Bohême. Parmi ses étudiants se trouva plus tard à l'université de Prague, le jeune Karel Hynek Mácha, qui décèdera en 1836 à Litoměřice. Le théâtre, construit en 1822, porte son nom.

Les événements révolutionnaires de 1848-1849 aggravèrent l'humeur de la population germano-bohémienne, ce qui s'est traduit par la fondation de nombreuses associations et journaux allemands. La ville présenta un député à l'église Saint-Paul de Francfort où se tenaient les séances du parlement de Francfort. D'autre part, les habitants nationalistes tchèques influencèrent également la vie culturelle de la cité : en 1860, réunis sur la tombe de Mácha, en 1848 et 1868, ils organisèrent des célébrations nationales sur le Říp, auxquelles les Allemands opposèrent en 1862 un festival de gymnastique allemand en l'honneur de Joseph Emanuel Hilscher. Ces expressions d'une opposition croissante des Allemands et des Tchèques se répètent en 1898 à l'occasion de l'anniversaire des événements mentionnés. La partie allemande protesta, en 1880, contre l'ouverture d'une école tchèque et, en 1912, contre sa reconnaissance publique.

La ville resta en grande partie à l'écart du développement industriel tumultueux de la Bohême et resta un lieu de rassemblement pour l'artisanat, l'administration, les écoles et les garnisons. En 1858/59, un pont en fer à l'épreuve des inondations fut construit sur l'Elbe. En 1874, la ville fut rattaché par le chemin de fer du Nord-Ouest autrichien (ÖNWB) au réseau ferroviaire.

À l'époque de la monarchie des Habsbourg, la ville était considérée comme un paradis populaire pour les retraités, car le climat de la région est le plus clément de Bohême. Cela permet également la viticulture sur les pentes de l'Elbe ainsi que l'agriculture productive (y compris la culture fruitière). En 1900, il existait dans la ville, à côté d’autres établissements d’enseignement, une école de culture, de fruits et de viticulture et diverses entreprises manufacturières de taille moyenne.

Jusqu'en 1918, la ville de Leitmeritz - Litoměřice fait partie de l'empire d'Autriche, puis d'Autriche-Hongrie (Cisleithanie après le compromis de 1867), chef-lieu du district de même nom, l'un des 94 Bezirkshauptmannschaften en Bohême[4]. Un deuxième bureau de poste est ouvert à la gare en 1896[5].

 
Occupation allemande, 1938

La majorité de la population de langue allemande de la ville a répondu à la proclamation de la République tchécoslovaque par une auto-déclaration des Allemands en Bohême, qui formèrent une Assemblée nationale dans la ville. Le 11 décembre 1918, une action militaire rapide de la milice du peuple tchécoslovaque mit un terme aux ambitions allemandes. Lors des élections locales de 1919, les partis bourgeois allemands remportèrent la majorité. Les relations germano-tchèque sont restées tendues et se dégradèrent dans les années 30 de plus en plus, les autorités tchécoslovaques répondant par des licenciements et des interdictions. Du côté allemand, le Parti allemand des Sudètes sous la direction de Konrad Henlein eut un grand succès. En juin 1938, il remporta aux municipales 24 des 36 mandats.

Après les accords de Munich, Litoměřice fut annexé en 1938 par le Reich allemand. Plus de 5 000 personnes et institutions tchèques et tchécoslovaques ont quitté la ville. De 1939 à 1945, la ville est le siège du district de Leitmeritz dans le sud-est du Reichsgau de la région d'Ústí nad Labem (Aussig) et le siège du tribunal régional supérieur. Entre mars 1944 et mai 1945, il y avait près de la ville un camp de concentration externe (KZ-Außenlager) du camp de concentration de Flossenbürg. Fut créée une production souterraine d’armements (U-Verlagerung Richard) à environ 2,5 km au nord-ouest du centre-ville située dans un réseau de tunnels d'une mine de calcaire abandonnée. Environ 4 500 des quelque 18 000 détenus du camp de concentration y trouvèrent la mort. En 1964, ces tunnels ont été mis en service en tant que dépôt nucléaire Richard. Au cours des derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes se retirèrent pour échapper à l'avancée de l'Armée rouge. La résistance tchèque prit le contrôle du château le 27 avril 1945 et, au bout de quelques jours, entama des négociations avec le commandant allemand. La Wehrmacht capitula dans la nuit après le 8 mai, et les troupes allemandes s'enfuirent le 9 mai, peu avant l'entrée des troupes soviétiques dans la ville le 10 mai 1945.

La ville a survécu à la guerre presque sans dommage. En raison des décrets Beneš, la plupart des habitants de langue allemande de la ville ont été expropriés et expulsés en 1945 et les années suivantes.

L'administration socialiste de la ville traditionnellement bourgeoise s'appuyait sur des petites et moyennes entreprises d'État adaptées au caractère agricole de l'environnement. Alors que, d'une part, des blocs d'habitations modernes ont été construits à la périphérie de la ville, d'un autre côté, on a préservé le centre-ville historique et ont été rénovés de nombreux bâtiments de manière exemplaire. Ces travaux de rénovation se sont poursuivies après la fin du régime communiste.

En août 2002, une inondation catastrophique touche toute la partie inférieure de la ville (comme la plupart des municipalités et des villes situées le long de l'Elbe) et paralyse complètement le trafic routier ordinairement très intense. Elle touche en particulier le quartier de Želetice situé sur la rive gauche de l'Elbe.

PopulationModifier

Recensements (*) ou estimations de la population[6] :

Évolution démographique
1787 1854 1869 1880 1890 1900 1910
2 8306 06810 81111 72812 20314 06316 595
1921 1930 1950 1961 1970 1980 1991
18 13519 71815 12616 83019 59522 86925 719
2001 2013 2014 2015 2016 2017 2018
24 87924 31624 13624 10124 10624 16824 045

AdministrationModifier

La commune se compose de quatre quartiers :

  • ville de Litoměřice
  • Předměstí
  • Pokratice
  • Za nemocnicí

PatrimoineModifier

Le centre historique de Litoměřice est classé monument historique. Il comprend 44 rues et 9 places.

PersonnalitésModifier

GalerieModifier

JumelagesModifier

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (cs) Population des communes de la République tchèque au 1er janvier 2018.
  2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  3. D'après geoportal.gov.cz.
  4. (de) Wilhelm Klein, Die postalischen Abstempelungen und andere Entwertungsarten auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, Vienne, Briefmarken-Kolbe, 1967.
  5. Leitmeritz 2 - Litomerice 2.
  6. D'après pop-stat.mashke.org. — De 1869 à 1910, les recensements organisés par l'Empire d'Autriche-Hongrie sont officiellement datés du 31 décembre de l'année indiquée.

Liens externesModifier

  • Litoměřice - Czech.cz, Le site web officiel de la République tchèque
  • Alei - Alei.fr, Le site web de l'association Armentières Litomerice Europe Internationale, à Armentières (ville jumelée avec Litoměřice le 1er octobre 2011)