Lithotripsie

La lithotripsie ou lithotritie (du λίθος (lithos), « pierre » et du terere « broyer ») est l'ensemble des techniques utilisées pour éliminer des calculs (rénaux, vésicaux ou biliaires et lithiases salivaires) ou des calcifications (artères coronaires.

Jean-Jacques-Joseph Leroy d'Etiolles construit le premier lithotriteur et, en 1823, le docteur Jean Civiale l'applique avec succès sur le vivant. En 1860, Henri-Ferdinand Dolbeau est chargé de suppléer Civiale dans le service des calculeux à l'hôpital Necker. Initié aux difficultés de la thérapeutique des voies génito-urinaires, il exécute sur cette partie des connaissances chirurgicales une série de travaux, récompensé par la faculté en 1863. Son nom est associé à la lithotripsie de Dolbeau ou lithotripsie périnéale[1]. François Fournier de Lempdes (1783-1861) est aussi crédité comme « inventeur de la lithotritie »[2].

Cette intervention, qui fut très pratiquée, vit ses indications devenir beaucoup moins fréquentes avec les progrès de la chirurgie prostatique et vésicale.

Types d'interventionsModifier

Ces différentes interventions sont :

Les différentes techniquesModifier

Ont été développées :

  • la lithotritie mécanique ;
  • la lithotritie ultrasonique ;
  • la lithotritie électrohydraulique ;
  • la lithotritie par ondes laser[3],[4].

La lithotritie endovasculaire consiste en une procédure d'angioplastie avec un ballon muni d'émetteurs ultrasoniques[5]. Elle peut être appliquée dans le traitement des lésions très calcifiées des artères coronaires en appoint[6].

Notes et référencesModifier

  1. De la lithotritie périnéale, ou Nouvelle manière d'opérer les calculeux, Paris, , 302 p. (lire en ligne).
  2. « Base biographique — BIU Santé, Université de Paris », sur www.biusante.parisdescartes.fr (consulté le )
  3. Paris Match, « Calculs du rein. Un nouveau traitement au laser par les voies naturelles. », sur parismatch.com (consulté le )
  4. « Intérêt et place de la lithotritie endocorporelle Nd:YAG en urétéroscopie souple et semi-rigide : une alternative au laser Holmium:YAG? », sur www.urofrance.org, (consulté le )
  5. Brinton TJ, Ali ZA, Hill JM et al. Feasibility of shockwave coronary intravascular lithotripsy for the treatment of calcified coronary stenoses, Circulation, 2019;139:834-836
  6. Hill JM, Kereiakes DJ, Shlofmitz RA et al. Intravascular lithotripsy for treatment of severely calcified coronary artery disease, J Am Coll Cardiol, 2020;76: 2635-2646

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier