Ouvrir le menu principal

Liste des unités de chasseurs à pied de l'Armée française

page de liste de Wikipédia

Le chasseur à pied est un fantassin de l'armée française, dont la naissance sous sa forme moderne remonte à 1838 avec la création d'un premier bataillon de chasseurs d'Orléans.

Le nombre des unités de ce type augmente rapidement et atteint la valeur de 10 bataillons en 1840, 20 en 1853 et atteint la valeur de 31 bataillons en 1913 toutes spécialités confondues.

Le drapeau commun des chasseurs, mais pas des chasseurs forestiers

Entretemps, les chasseurs d'Orléans sont devenus des chasseurs à pied. Une nouvelle spécialité, le chasseur alpin, est apparue en 1888 par la transformation de 12 bataillons de chasseurs à pied en bataillon alpins de chasseurs à pied. En 1916, l'appellation sera simplifiée et les unités deviendront des bataillons de chasseurs alpins.

En 1875, un décret fixe l'enrôlement des forestiers de l'Administration des Eaux et Forêts en bataillons (métropole) et escadrons montés (Afrique du Nord) de chasseurs forestiers pour servir de guides et d'éclaireurs à l'infanterie.

Lors de la mobilisation de 1914, les différents bataillons de chasseurs formèrent un ou deux bataillons de réservistes chacun, dont les numéros sont ceux des bataillons d'active augmenté de 40, pour le premier bataillon de réservistes, et de 80, pour le second. Ainsi, le 1er BCP, donna naissance au 41e et 81e BCP.

D'autres spécialités de chasseurs apparaîtront plus tard et se développeront au fil des conflits du XXe siècle :

  • chasseurs forestiers entre 1875 et 1924 en tant que troupe d'élite pour servir d'éclaireurs à l'infanterie puis de pourvoyeur en bois aux armées,
  • chasseurs cyclistes en 1903,
  • chasseurs portés en 1937 (infanterie d'accompagnement des chars),
  • chasseurs pyrénéens en 1939,
  • chasseurs parachutistes 1943,
  • chasseurs des États associés vers 1945,
  • chasseurs mécanisés vers 1968 (par changement de nom des unités portées).

Chasseurs à piedModifier

Bataillons d'activeModifier

Bataillons de réserveModifier

Bataillons de marcheModifier

Chasseurs parachutistesModifier

Groupes de chasseursModifier

Avec la mécanisation de l'infanterie apparait avant la guerre les bataillons portés. Ils donneront naissances aux groupes de chasseurs dont l'appellation évoluera au fil du temps en groupes de chasseurs portés en 1960, puis à partir de 1968 groupes de chasseurs mécanisés et enfin, à partir de 1975, groupe de chasseurs.

Sept groupes de chasseurs au total seront constitués :

Chasseurs alpinsModifier

Bataillons d'activeModifier

Bataillons de réserveModifier

Bataillons de marcheModifier

Bataillons territoriauxModifier

 
César Ernest Payan, un officier du 6e BCA territorial en 1914.

Autres spécialités de chasseursModifier

Chasseurs des états associésModifier

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Yvick Herniou & Éric Labayle, Répertoire des corps de troupe de l'armée française pendant la grande guerre, Tome 2, Chasseurs à pied, alpins et cyclistes, Unités d'active de réserve et de territoriale, Éditions Claude Bonnaud, Château-Thierry, 2007, 446 p., broché 14x24 (ISBN 978-2-9519001-2-7)
  • Revue historique de l'armée française, Numéro spécial N°2, Les Chasseurs à pied, Paris, 1966, 196 p.
  • Arnaud de Vial, "les chasseurs et la Guerre d'Algérie", Éditions Jeanne d'Arc. EJA 2010.
    Tome 1 Ceux de Cherchell, (ISBN 2-911794-83-4).
    Tome 2, Le courage des Morts, (ISBN 2-911794-84-2).
  • Yvick Herniou "L'épopée des chasseurs à pied", Muller Editions, 2011, trois tomes.
  • Chef de bataillon Herniou "Ephéméride des chasseurs", Muller Editions, 1993, 585 pages, 197 illustrations, 16,5 x 24,5 cm.

Notes et référencesModifier