Liste des rois d'Ibérie

page de liste de Wikipédia

Les rois d'Ibérie étaient les souverains du royaume d'Ibérie, un pays situé au centre du Caucase, entre la Colchide et l'Albanie du Caucase, dans l'actuelle Géorgie. Fondé en , le royaume d'Ibérie fut dirigé par cinq dynasties en près de neuf siècles d'existence. Successivement vassale de l'Empire romain et de la Perse sassanide, la monarchie fut finalement abolie en .

Liste des roisModifier

La liste des rois d'Ibérie est sujette à de nombreuses questions. Ainsi, de nombreux historiens et généalogistes sont en désaccord avec la source primaire du Kartlis Tskhovreba (XIIe siècle). Le généalogiste géorgien Cyrille Toumanoff proposa ainsi sa propre liste avec une chronologie rectifiée, qui prend également en compte des sources étrangères (grecques, latines, iraniennes et arméniennes) et repose sur une logique plus certaine que la liste primaire[1].

Version du Kartlis TskhovrebaModifier

KartlosidesModifier

Rang Portrait Nom Début de règne Fin de règne Notes
1   Pharnabaze Ier
( - )
Fondateur du Royaume d'Ibérie.
2 Saourmag
( )
Fils du précédent, il aurait régné sur l'Ibérie pendant 75 ans.

NebrotidesModifier

Rang Portrait Nom Début de règne Fin de règne Notes
3 Mirian Ier
Gendre de Sauromace, il aurait régné cinquante ans.
4 Parnadjom
Fils du précédent, règne 19 ans.

ArchacounidesModifier

Rang Portrait Nom Début de règne Fin de règne Notes
5 Archac Ier
6 Artag
Fils du précédent.
7 Bartom Ier
( )
Fils du précédent, assassiné par Mirvan II.

NebrotidesModifier

Rang Portrait Nom Début de règne Fin de règne Notes
8 Mirian II
(vers - )
Fils supposé de Parnadjom. Pour prendre le trône qu'il revendique comme héritier légitime, il assassine le roi et son fils adoptif, Kartam d'Egrissi. Il forcera par la suite la reine à l'épouser.
9 Archac II
( /)
ou Fils du précédent, il est défait et tué par les hommes Aderc, qui reprend le trône.

ArchacounidesModifier

Rang Portrait Nom Début de règne Fin de règne Notes
10   Aderc
( )
ou Fils de Kartam d'Egrissi et petit-fils par conséquent de Bartom Ier. À sa mort, il partage son royaume entre ses deux fils.
Rang Portrait Nom Début de règne Fin de règne Notes
11 Bartom II
( )
Fils du roi Aderc.
12 Kaos
( )
Fils du précédent.
13 Armazel
( )
Fils du précédent.
14 Déroc
( )
Fils du précédent.
15 Mihrdat Ier
( )
Fils du précédent. Il aurait assassiné Parsman II, roi ibère à Armaz, qui lui avait volé son trône, avant d'être à son tour assassiné par les Romains.
Rang Portrait Nom Début de règne Fin de règne Notes
11 Qartam
( )
Fils d'Aderc.
12 Parsman Ier
( )
Fils du précédent.
13 Azorc
( )
Fils du précédent.
14 Amazasp Ier
( )
Fils du précédent.
15   Parsman II le Bon ou le Vaillant ou le Brave
( )
Fils du précédent. Tué par Mihrdat Ier.

ChosroïdesModifier

 
Mirian III

Version de Cyrille ToumanoffModifier

Dans ses études critiques, Cyrille Toumanoff attribue une origine artaxiade au roi « Archac » que les Chroniques géorgiennes considèrent comme un Arsacide. Par ailleurs, il récuse formellement la double dynastie de dix rois qui règnent parallèlement deux par deux, commencent et meurent la même année après avoir régné simultanément à Mtsketa et Armaz pendant cinq générations sur 74 ans.

Au XIXe siècle, Marie-Félicité Brosset, précurseur de l'historiographie géorgienne moderne, dans son Histoire de la Géorgie, doutait déjà de la réalité de cette double royauté récurrente : « les cinq règnes doubles dont l’histoire se termine ici, me paraissent une chose étrange, puisqu’il est impossible d’admettre que les deux rois soient morts précisément dans la même année et n’aient eu chacun qu’un enfant mâle. Si donc d’une part, on n’a rien de positif à opposer à la tradition, de l’autre je crois que la critique peut profiter de la latitude que lui laisse un tel état de chose[3]. »

Cyrille Toumanoff propose enfin d'identifier le roi Mirvan III, le fondateur de la dynastie dite « chosroïde », à un prince mihranide.

PharnabazidesModifier

ArtaxiadesModifier

ArsacidesModifier

MihranidesModifier

 
Vakhtang Ier Gorgassal

Notes et référencesModifier

  1. La critique contemporaine lui reproche toutefois d'être encore resté trop proche des Chroniques géorgiennes.
  2. Il est dit « fils du roi d'Arménie » par la Kartlis Tskhovreba.
  3. Marie-Félicité Brosset, Histoire de la Géorgie, p. 74, note no 3.
  4. Cyrille Toumanoff identifie ce roi inconnu des Chroniques géorgiennes à un prétendant d'origine artaxiade, réelle ou supposée, vassal des Sassanides.
  5. a et b De à , Sauromace II dirigea l'Ibérie occidentale et Mithridate III, l'Ibérie orientale.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier