Liste des princes de Transylvanie

page de liste de Wikipédia

La liste des monarques de Transylvanie réunit les voïvodes et les princes qui ont régné sur la Principauté de Transylvanie.

Prince de Transylvanie
Image illustrative de l’article Liste des princes de Transylvanie
Armoiries de la Transylvanie

Image illustrative de l’article Liste des princes de Transylvanie
François Rákóczi, dernier prince hongrois avant les Habsbourg.

Création 1111
Mandant Diète transylvaine
Abrogation 1867
Premier titulaire Mercurius
Dernier titulaire François-Joseph Ier (empereur d'Autriche)

HistoriqueModifier

Selon la Gesta Hungarorum, le premier duc des Valaques et des Slaves de Transylvanie serait Gelou, vaincu et tué par les Magyars pendant leur conquête du bassin du moyen-Danube, au début du Xe siècle. Le duché de Gelou se soumet à Árpád lors du traité d'Esküllő[1].

Par la suite, la Principauté de Transylvanie, autonome au sein de la Hongrie, conserve ses propres institutions et lois : progressivement l'aristocratie valaque et slave devient hongroise et catholique (puis, ultérieurement, protestante). Élu par la diète de la principauté et vassal du roi de Hongrie qui l'adoube, le monarque transylvain porte initialement le titre slave de voïvode (vajda).

Comme dans les pays voisins, la monarchie transylvaine est élective. Les règnes sont fréquemment brefs et un même voïvode peut être élu plusieurs fois, soit successivement, soit à des moments différents. Il est possible de régner à deux (duumvirat) ou à trois (triumvirat). Certaines familles comptent beaucoup de voïvodes, notamment les Báthory et les Rákóczi.

La plupart des souverains sont magyars et catholiques, mais plusieurs sont d'origine allemande ou roumaine. Les noms de certains monarques se sont perdus[2].

Cette situation perdure jusqu'à la bataille de Mohács, à la suite de laquelle la Hongrie médiévale s'effondre, permettant à la Transylvanie de devenir indépendante. Les voïvodes deviennent princes et accroissent leur pouvoir. Plusieurs accèdent au trône de Hongrie et l'historiographie hongroise moderne donne à la Transylvanie le nom de « royaume de Hongrie orientale ». La principauté doit cependant verser un tribut à l'Empire ottoman à partir de 1571, tout en continuant à mener une politique complètement indépendante.

À la suite du traité de Karlowitz de 1699, la Transylvanie cesse d'être tributaire des Ottomans, et les Habsbourg deviennent suzerains des princes de Transylvanie. Mihály Apafi est le dernier prince à vivre dans une Transylvanie en paix : en 1701, Léopold Ier l'attire à Vienne et le force à lui céder la principauté contre une pension. Cependant, l'absolutisme des Habsbourg et la Contre-réforme mécontentent la noblesse transylvaine tant catholique que protestante, et la guerre pour l'indépendance éclate en 1703. En 1704, Ferenc Rákóczi, protestant, est élu prince par la diète. Il perd son trône en 1711, à la suite de la victoire définitive des impériaux.

À partir de cette date, Charles VI porte le titre de grand-duc de Transylvanie, qui se transmet héréditairement dans la maison de Habsbourg. Vienne nomme directement des gouverneurs pour administrer la Transylvanie. En 1765, à la suite des protestations de la diète transylvaine, l'intitulé est transformé en grand-prince de Transylvanie, ce qui n'empêche pas l'autonomie de la principauté de diminuer encore, la diète n'étant plus guère qu'une chambre d'enregistrement des décisions impériales.

En 1867, sous le règne de François-Joseph Ier, la grande-principauté de Transylvanie est supprimée, ainsi que toutes ses institutions propres, et rattachée au royaume de Hongrie au sein de l'empire d'Autriche-Hongrie jusqu'en 1918.

En 1930, le titre de « grand-duc d'Alba Iulia » est créé pour le jeune Michel de Roumanie, en tant que prince héritier. Alba Iulia est la capitale de la Transylvanie. Le titre est finalement aboli en 1940, lorsque Michel remplace son père Charles II sur le trône de Roumanie.

ListeModifier

VoïvodesModifier

Princes (1570-1711)Modifier

Grands-ducs (1711-1760)Modifier

Grands-princes (1765-1867)Modifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Édouard Sayous, Histoire générale des Hongrois, t. 1, Paris, Librairie académique Didier, (lire en ligne).
  2. Béla Köpeczi, Histoire de la Transylvanie, Budapest, Akadémiai Kiadó, (ISBN 963-05-5901-3).