Liste des navires de la Marine nationale (France)

page de liste de Wikipédia

Cet article dresse la liste des bâtiments de la Marine nationale en service.

La Marine nationale dispose en 2021 de 118 bâtiments de plus de 100 tonnes (dont la moitié de plus de 1 000 tonnes), répartis en deux grandes catégories : les bâtiments de combat (sous-marins, porte-aéronefs, frégates, patrouilleurs, chasseurs de mines, et chalands de débarquement : 80 unités), et les bâtiments de soutien (38 unités)[1],[2]. La liste des bâtiments de surface de plus de 100 tonnes (hors unités portuaires et navires affrétés) correspond, à quelques unités près, à la liste des bâtiments de la Force d'action navale.

Le porte-avions Charles de Gaulle est le navire amiral de la flotte. Trois porte-hélicoptères amphibies (classe Mistral) viennent ensuite, suivis de deux frégates de défense aérienne (classe Horizon) et de huit frégates multi-missions. Cinq frégates légères furtives (classe La Fayette) viennent compléter les bâtiments de combat ainsi que six frégates de surveillance de la classe Floréal. La Marine possède également 16 patrouilleurs et 17 unités de guerre des mines. La flotte sous-marine comprend quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (classe Le Triomphant), et cinq sous-marins nucléaires d'attaque, dont une unité de classe Suffren et quatre unités de classe Rubis[3].

La Marine française représente un tonnage global à pleine charge d'environ 420 000 tonnes, ce qui la place au 7e rang mondial des marines de guerre.
En fin d'article sont listés les bâtiments actuellement en construction ou en phase d'essais et leurs dates prévues de livraison à la Marine nationale.

Le porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle (R91)

PrésentationModifier

 
Le SNLE Téméraire (S617)
 
Le SNA Casabianca (S603)
 
Le SNA Suffren (S635)

Les tonnages indiqués pour chaque classe de bâtiments sont :

  • le tonnage à pleine charge pour les bâtiments de surface ;
  • le déplacement en plongée pour les sous-marins.

La date indiquée après chaque bâtiment est sa date de livraison à la Marine nationale, à l'issue de la période d'essais initiale. L'admission au service actif d'un bâtiment suit sa date de livraison de quelques mois à quelques années, selon la complexité et le degré d'innovation technologique du bâtiment considéré.

Au , la Marine Nationale déployait 60 bâtiments et 7 200 marins, répartis sur 2 mers et 3 océans différents[4].

Sous-marins[3]Modifier

Bâtiments de combat[1]Modifier

Porte-avionModifier

Bâtiments amphibiesModifier

 
Le PHA Mistral (L9013)
 
La FDA Forbin (D620)
 
La FREMM Auvergne (D654)

Frégates de premier rangModifier

Ces frégates ont rang de destroyer (codifié par la lettre D) dans la classification OTAN[5].

Frégates de second rangModifier

 
La frégate légère Surcouf (F711)

Frégates de surveillanceModifier

 
La frégate de surveillance Ventôse (F733)

Patrouilleurs de haute merModifier

 
Le patrouilleur de haute mer Commandant Birot (F796)

Bâtiments de guerre des minesModifier

 
Le CMT Cassiopée (M642)
 
Le BRS Antarès (M770)
 
Le patrouilleur La Combattante (P735)
 
Le patrouilleur La Glorieuse (P686)

Patrouilleurs légersModifier

Bâtiments de soutien[2]Modifier

 
Le BCR Marne (A630)
 
Le BSAOM Champlain (A623)
 
Le BEM Monge (A601)
 
Le Dupuy-de-Lôme (A759)

Bâtiments à usage militaireModifier

Bâtiments de ravitaillementModifier

Bâtiments de soutien et d'assistanceModifier

Bâtiments de mesuresModifier

  • Bâtiment d'essais et de mesures (BEM) :
  • Bâtiment collecteur de renseignements :
  • Bâtiment d'expérimentations de guerre des mines (BEGM) de classe Lapérouse :

Bâtiments de soutien à la plongéeModifier

  • Bâtiment de soutien à la plongée (BSP) :

Bâtiments d'entrainementModifier

  • 2 bâtiments plastrons d'entrainement :
    • VN Partisan - affrété - Brest
    • VN Rebel - affrété - Toulon

Bâtiments de ravitaillement des bases militairesModifier

Bâtiments de service publicModifier

Bâtiments hydrographiques et océanographiquesModifier

Autres bâtiments de soutienModifier

 
Le navire polaire Astrolabe (P800)
  • Navire polaire (usage mixte pour la souveraineté sur les Terres australes et antarctiques françaises) :
  • Chaland releveur d'ancrage (CRA) :
  • Embarcation remonte-filet (ERF), contre la pêche illégale :
    • Y690 Caouanne - Guyane

Bâtiments de service public affrétésModifier

  • 4 bâtiments de soutien et d'assistance affrétés (BSAA) :
    • Argonaute - affrété - Cherbourg
    • Jason - affrété - Toulon
    • Pionnier - affrété - Toulon
    • Sapeur - affrété - Brest
 
L'Abeille Flandre

Bâtiments-écolesModifier

 
Le Guépard (A752)
 
La goélette Belle Poule (A650)

Autres bâtimentsModifier

En outre, la Marine nationale dispose d'une flotte de bâtiments de soutien spécialisés, d'un déplacement unitaire généralement inférieur à 100 tonnes : vedettes de servitude, bateaux pompes, pousseurs, remorqueurs et chalands... La Marine dispose par exemple de 21 vedettes de liaison (VLI) de classe Naïade, 8 chalands multi-missions (CMM) de classe Cigale, 9 vedettes d'intervention pour plongeurs démineurs (VIPD) de classe Dionée, etc.

Gendarmerie maritimeModifier

La Gendarmerie maritime dispose de 5 patrouilleurs, 25 vedettes côtières de surveillance maritime (VCSM), et 8 vedettes de surveillance maritime et portuaire (VSMP).

Bâtiments en construction ou en cours d'essaisModifier

Ce chapitre recense uniquement les bâtiments de plus de 100 tonnes dont la construction est en cours, à l'exclusion des unités planifiées ou commandées mais dont la construction n'a pas encore commencé.
La date figurant entre parenthèses après chaque bâtiment correspond à sa date de livraison prévue à la Marine nationale. Cette date est susceptible d'évoluer en fonction des aléas inhérents à chaque programme.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier