Ouvrir le menu principal

Liste des grands maîtres de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de l'ordre souverain de Malte

page de liste de Wikipédia

Le supérieur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem porte le titre de grand maître depuis 1267. Le grand maître est élu à vie par le chapitre général de l'Ordre. Depuis 1879, il en est de même pour l'ordre souverain de Malte. Ce titre est la plus haute autorité de l’Ordre. Il possède les mêmes droits et le même rang que les cardinaux.

Sommaire

Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1080-1799)Modifier

Article détaillé : Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Cet ordre, créé à Jérusalem vers 1080, est dirigé par un supérieur de l'Ordre. C'est en 1267, que le pape Clément IV accorde le titre de grand maître au supérieur de l'Ordre. Le grand maître est élu à vie, dès qu'un chapitre général peut être réuni après le décès du grand maître. Il en sera ainsi jusqu'à l'abdication, en 1799, du dernier grand maître de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Ferdinand de Hompesch.

Titre Portrait Nom Période Maison cheftaine
1er recteur   Frère Gérard[1] 1099–1120 Jérusalem
1er intérim Pierre de Barcelone[2] 1120–1121/22
2e intérim[2]   Frère Roger 1121/22-1123
2e supérieur   Raymond du Puy 1118/21/23–1160
3e supérieur   Auger de Balben 1160–1163
4e supérieur   Arnaud de Comps 1162–1163
n'ayant jamais existé[3]
5e supérieur   Gilbert d'Aissailly 1162/63–1170
6e supérieur   Caste de Murols c. 1170–1172
7e supérieur   Joubert de Syrie 1172–1177
8e supérieur   Roger de Moulins 1177–1187
mort au combat
lieutenant ad interim Guillaume Borrel 1187
mort au combat
lieutenant ad interim   Hermangard d'Asp 1187/88-1188
9e supérieur   Hermangard d'Asp[4] 1188–1190 Tyr[5] ou Margat[6],[7]
10e supérieur   Garnier de Naplouse 1190–1192
11e supérieur   Geoffroy de Donjon 1193–1202
12e supérieur   Alfonso de Portugal 1202–1206
Démision
Saint-Jean-d'Acre
13e supérieur   Geoffroy le Rat 1206–1207
14e supérieur   Garin de Montaigu 1207–1228
15e supérieur   Bertrand de Thessy 1228–1231
16e supérieur   Guérin Lebrun 1231–1236
17e supérieur   Bertrand de Comps 1236–1240
18e supérieur   Pierre de Vieille-Bride 1240–1242
19e supérieur   Guillaume de Chateauneuf 1242–1258
lieutenant ad interim Jean de Ronay[8] 1244-1250
20e supérieur   Hugues Revel 1258–1267
20e grand maître   Hugues Revel 1267–1277
21e grand maître   Nicolas Lorgne 1277–1284
lieutenant ad interim Jacques de Taxi[9] 1284-1285
22e grand maître
à Saint-Jean-d'Acre
  Jean de Villiers 1284–1291
22e grand maître
à Chypre
  Jean de Villiers 1291–1294 Chypre
23e grand maître   Eudes des Pins 1294–1296
24e grand maître   Guillaume de Villaret 1296–1305[10]
25e grand maître
à Chypre
  Foulques de Villaret 1305–1310
25e grand maître
à Rhodes
  Foulques de Villaret 1310–1319 Rhodes
Grand maître
non reconnu
  Maurice de Pagnac 1317–1319
26e grand maître   Hélion de Villeneuve 1319–1346
27e grand maître   Dieudonné de Gozon 1346–1353
28e grand maître   Pierre de Corneillan 1353–1355
29e grand maître   Roger des Pins 1355–1365
30e grand maître   Raymond Bérenger 1365–1374
31e grand maître   Robert de Juilly 1374–1376
32e grand maître   Juan Fernández de Heredia 1376–1396
33e grand maître   Riccardo Caracciolo[11] 1383–1395
Anti-grand maître
Non élu
  Bartolomeo Carafa della Spina 1395-1405
Anti-grand maître
Non élu
Nicolas Orsini di Campodifiore 1405-1409
34e Grand Maître   Philibert de Naillac 1396–1421
35e Grand Maître   Antonio Fluvian de la Riviere 1421–1437
36e Grand Maître   Jean de Lastic 1437–1454
37e Grand Maître   Jacques de Milly 1454–1461
38e Grand Maître   Piero Raimondo Zacosta 1461–1467
39e Grand Maître   Giovanni Battista Orsini 1467–1476
40e Grand Maître   Pierre d'Aubusson 1476–1503
41st Grand Maître   Emery d'Amboise 1503–1512
42nd Grand Maître   Guy de Blanchefort 1512–1513
43rd Grand Maître   Fabrizio del Carretto 1513–1521
44th Grand Master   Philippe Villiers de L'Isle-Adam 1521–1534 Malte
45th Grand Master   Pierino de Ponte 1534–1535
46th Grand Master   Didier de Saint-Jaille 1535–1536
47th Grand Master   Juan de Homedes 1536–1553
48th Grand Master   Claude de la Sengle 1553–1557
49th Grand Master   Jean de Valette 1557–1568
50th Grand Master   Pietro del Monte 1568–1572
51st Grand Master   Jean L'Evesque de La Cassière 1572–1581
Anti-Grand Maître Mathurin Romegas 1581
52nd Grand Master   Hugues Loubenx de Verdalle 1581–1595
53rd Grand Master   Martin Garzez 1595–1601
54th Grand Master   Alof de Wignacourt 1601–1622
55th Grand Master   Luis Mendes de Vasconcellos 1622–1623
56th Grand Master   Antoine de Paule 1623–1636
57th Grand Master   Jean-Paul de Lascaris-Castellar 1636–1657
58th Grand Master   Martin de Redin 1657–1660
59th Grand Master   Annet de Clermont-Gessan 1660-1660
60th Grand Master   Rafael Cottoner y de Oleza 1660–1663
61st Grand Master   Nicolas Cottoner y de Oleza 1663–1680
62nd Grand Master   Gregorio Carafa 1680–1690
63rd Grand Master   Adrien de Wignacourt 1690–1697
64th Grand Master   Raimondo Perellos y Roccafull 1697–1720
65th Grand Master   Marc'Antonio Zondadari 1720–1722
66th Grand Master   António Manoel de Vilhena 1722–1736
67th Grand Master   Raymond Despuig 1736–1741
68th Grand Master   Manuel Pinto da Fonseca 1741–1773
69th Grand Master   Francisco Ximenes de Texada 1773–1775
70th Grand Master   Emmanuel de Rohan-Polduc 1775–1797
71st Grand Master   Ferdinand de Hompesch 1797–1799

Ordre de facto (1798-1879)Modifier

À partir de l'abdication, en 1799, du dernier grand maître de l'Ordre, Ferdinand de Hompesch, l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem perdure de facto sous la responsabilité de Paul Ier de Russie. À partir de 1801, le statut de l'Ordre est discuté par les historiens jusqu'à la réélection d'un grand maître en 1879. Entre 1805 et 1879, aucun grand maître n'est élu à la tête de l'Ordre qui ne dispose plus de territoire depuis 1798, le pape ayant suspendu toute élection. Pour certains auteurs l'Ordre n'a plus d'existence légale à partir du décès de Tommasi. Devant cet « État sans territoire », le pape Léon XI lui accorde en 1826 un couvent et une église à Ferrare en Italie. En 1834, bien ancré en Italie, l'Ordre installe définitivement son état-major à Rome avec la bénédiction papale.

Titre Portrait Nom Période Maison cheftaine
72nd Grand Master

de facto

  Paul Ier de Russie 1798–1801 Saint-Pétersbourg
Intérim Nikolaï Saltykov 1801–1803
73rd Grand Master   Giovanni Battista Tommasi 1803–1805 Messine et Catane
Interim Guiseppe Caracciolo di Sant'Erasmo 1805 Catane
Intérim Innico Maria Guevara-Suardo 1805–1814
Intérim Andrea Di Giovanni y Centellés 1814–1821
Intérim Antoine Busca 1821–1834 Ferrare
Intérim Carlo Candida 1834–1845 Rome
Intérim Filippo di Colloredo-Mels 1845–1864
Intérim Alessandro Borgia 1865–1871
Intérim Giovanni Battista Ceschi a Santa Croce 1871–1879

Ordre souverain de Malte (depuis 1879)Modifier

 
Frà Andrew Willoughby Ninian Bertie, grand-maître de 1988 à 2008.

À partir de 1864, l'organisation en « langues » de l'ordre de Malte disparaît au profit de la création d’« associations nationales » ou de « prieurés ». En 1879, le pape Léon XIII rétablit la dignité de grand maître qui était vacante depuis la mort de Tommassi en 1805. Pour certains historiens, qui reprennent la position de l'ordre souverain de Malte, ce rétablissement est un des signes de la renaissance de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans l'ordre de Malte.

En 1951, le cardinal Nicola Canali, grand maître de l’ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem et grand prieur de l’ordre souverain de Malte à Rome, essaie en vain de se faire élire grand maître de l’ordre souverain de Malte[12] ; mais le cumul de ces fonctions avec celle du Saint-Sépulcre est incompatible. Ses desseins échouent, mais il en résulte une profonde crise de dix ans sans élection d'un grand maître à la tête de l'Ordre. C'est en 1953 que l'Ordre obtient la reconnaissance de sa souveraineté par le tribunal cardinalice.

 
Matthew Festing, grand-maître de 2008 à 2017.

L'approbation, en 1961, par le pape Jean XXIII, de la charte constitutionnelle actuelle donne à l'ordre souverain de Malte toutes ses capacités d'être et d'action. Cet acte est le fondement constitutionnel actuel de l'ordre souverain de Malte et définit son organisation contemporaine[13]. Les 104 États avec lesquels l'ordre souverain de Malte entretient des relations diplomatiques reconnaissent au grand maître les prérogatives, les immunités et les honneurs dus aux chefs d'État.

Titre Portrait Nom Période Maison cheftaine
74th Grand Master   Giovanni Battista Ceschi
a Santa Croce
1879–1905 Rome
75th Grand Master   Galeazzo von Thun und Hohenstein 1905–1931
76th Grand Master Ludovico Chigi Albani della Rovere 1931–1951
Intérim Antonio Hercolani Fava Simonetti 1951–1955
Intérim Ernesto Paternò Castello di Carcaci 1955–1962
77th Grand Master Angelo de Mojana di Cologna 1962–1988
Intérim Giancarlo Pallavicini 1988
78th Grand Master   Andrew Bertie 1988–2008
Intérim Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto 2008
79th Grand Master   Matthew Festing 2008–2017
Intérim Ludwig Hoffmann von Rumerstein 2017
80th Grand Master   Giacomo Dalla Torre del Tempio di Sanguinetto 2018–présent

AnnexesModifier

RéférencesModifier

  1. B. Gallimard Flavigny, op. cit., p. 17
  2. a et b B. Gallimard Flavigny, op. cit., p. 25
  3. Prier et combattre, p. 389
  4. Provisor, i.e. Overseer
  5. Delaville Le Roulx (1904) p. 100
  6. Delaville Le Roulx (1904) p. 118
  7. Delaville Le Roulx (1904) p. 123
  8. lieutenant de l'Ordre ad interim pendant la captivité de Guillaume de Chateauneuf
  9. Commandant-lieutenant de l'Ordre ad interim pendant l'absence de Jean de Villiers en Terre sainte
  10. G. de Villaret a été élu en 1296, mais refusant de se présenter au grand couvent à Rhodes, il ne devient officiellement grand maître qu'au chapitre général d'Avignon qui s'est tenu en 1300 (voir les détails dans l'article : Guillaume_de_Villaret#Élection_comme_grand_maître)
  11. Quelquefois considéré comme un anti-grand maître
  12. Bertrand Galimard Flavigny, op. cit., p. 265.
  13. Charte constitutionnelle de l'Ordre Sourerain de Malte (1961) p. 9.

Sources bibliographiquesModifier

  • Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l'ordre de Malte, Perrin, Paris, 2006
  • Alain Demurger, Les Hospitaliers. De Jérusalem à Rhodes, 1050-1317, Tallandier, Paris, 2013

Lien externeModifier