Liste des diocèses et archidiocèses d'Italie

page de liste de Wikipédia
Provinces ecclésiastiques actuelles en territoire italien (les territoires délimitées en noir sur cette carte sont les régions administratives italiennes et non les régions ecclésiastiques).
Les provinces ecclésiastiques italiennes en 1915.

L'article recense les diocèses et les autres églises particulières de l'Église catholique ayant leur siège en Italie.

Présentation généraleModifier

Au 1er mai 2013, l'Église catholique en Italie compte 225 églises particulières, auxquelles s'ajoutent un ordinariat militaire — l'Ordinariat militaire en Italie — ainsi qu'une prélature personnelle — l'Opus Dei.

222 sont des églises particulières de l'Église latine, régie par le code de droit canonique. Les trois autres — l'éparchie de Lungro, l'éparchie de Piana degli Albanesi et l'abbaye territoriale Sainte-Marie de Grottaferrata — sont les trois églises particulières de l'Église grecque-catholique italo-albanaise, une des Églises catholiques orientales régies par le code des canons des Églises orientales.

TerritoireModifier

Les 225 églises particulières ayant leur siège en Italie couvre l'intégralité de la République italienne ainsi que le Vatican, qui est compris dans le diocèse de Rome dont le siège est la basilique Saint-Jean-de-Latran, et la République de Saint-Marin, qui est comprise dans le diocèse de Saint-Marin-Montefeltro dont le siège est à Pennabilli.

RitesModifier

Trois églises particulières — l'éparchie de Lungro, l'éparchie de Piana degli Albanesi et l'abbaye territoriale Sainte-Marie de Grottaferrata — suivent le rite byzantin.

Le rite ambrosien est suivi dans la majeure partie de l'archidiocèse de Milan, dans une partie du diocèse de Bergame — notamment le vicariat de Calolzio-Caprino — ainsi que dans quelques paroisses des diocèses de Lodi, Novara et Sulmona.

Les autres églises particulières suivent le rite romain.

TypesModifier

Les 225 églises particulières se répartissent comme suit :

Le diocèse de Rome, dont le pape est l'évêque, présente la particularité d'être aussi :

  • le siège apostolique ;
  • le patriarcat de l'Église latine, bien qu'en 2006, le pape Benoît XVI ait renoncé, pour lui et ses successeurs, à porter le titre de patriarche d'Occident[1] ;
  • le siège primatial d'Italie ;
  • un archidiocèse métropolitain ayant pour suffragants les sept diocèses suburbicaires ;

Régions et provinces ecclésiastiquesModifier

Provinces ecclésiastiquesModifier

L'Église catholique en Italie compte quarante-deux sièges métropolitains et autant de provinces ecclésiastiques.

L'archidiocèse métropolitain d'Udine présente la particularité de ne pas avoir de suffragant.

193 églises particulières sont suffragantes d'un des quarante-et-un autres sièges métropolitains.

Les vingt-deux églises particulières restantes sont exemptes et relèvent directement du Saint-Siège.

Liste des archidiocèses et diocèses par région ecclésiastiqueModifier

Région ecclésiastique d'Abruzzes-MoliseModifier

Région ecclésiastique de la BasilicateModifier

Région ecclésiastique de CalabreModifier

Région ecclésiastique de CampanieModifier

Région ecclésiastique d'Émilie-RomagneModifier

Région ecclésiastique du LatiumModifier

Diocèses suburbicaires :

Archidiocèses, diocèses et abbayes dépendants directement du Saint-Siège :

Région ecclésiastique de LigurieModifier

Région ecclésiastique de LombardieModifier

Région ecclésiastique des MarchesModifier

Région ecclésiastique d'OmbrieModifier

Diocèses dépendants directement du Saint-Siège

Région ecclésiastique du Piémont-Val d'AosteModifier

Région ecclésiastique des PouillesModifier

Région ecclésiastique de SardaigneModifier

Région ecclésiastique de SicileModifier

Région ecclésiastique de ToscaneModifier

Région ecclésiastique de TrivenetoModifier

La question de la réduction du nombre de diocèses en ItalieModifier

Le nombre important de diocèses en Italie (la France, pour un territoire plus vaste et plus peuplé, en compte environ deux fois moins), et la taille réduite de certains d'entre eux, fait que la question de la réduction de leur nombre se pose dès le pontificat de Paul VI, suite aux réformes du concile Vatican II[2]. Un travail en cours au sein de la Conférence épiscopale italienne et de la Congrégation pour les évêques doit permettre de redéfinir la carte des diocèses en Italie, en réduisant leur nombre[3].

Notes et référencesModifier

  1. (fr) Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, Communiqué concernant la suppression du titre « Patriarche d’Occident » dans l’Annuaire pontifical 2006.
  2. « Vers une réduction du nombre des diocèses en Italie », sur cath.ch, (consulté le 14 août 2018)
  3. « Vers une réduction du nombre de diocèses en Italie », sur www.la-croix.com, (consulté le 14 août 2018)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

sur chiesacattolica.it :

Sur www.catholic-hierarchy.org :

Sur www.gcatholic.org :