Liste des commanderies templières dans la région Centre-Val de Loire

page de liste de Wikipédia
Cette liste recense toutes les commanderies et maisons de l'Ordre du Temple qui ont existé dans la région Centre-Val de Loire.
Centre-Val de Loire-Position.png

Faits marquants et HistoireModifier

Contexte historiqueModifier

Il est important de distinguer deux périodes qui ont marqué l'histoire de cette région à l'époque des templiers. Tout d'abord celle qui correspond aux premières implantations au XIIe siècle et pendant laquelle l'ouest de la région était sous contrôle des Plantagenêts, à savoir les possessions du comté d'Anjou. Ensuite le XIIIe siècle qui débute avec la conquête de ces territoires par le roi de France Philippe Auguste et leur intégration au domaine royal français.

Pendant ces deux siècles qui coïncident avec l'existence des templiers, il y avait dans cette région:

Certaines de ces commanderies relevaient donc de la province d'Aquitaine-Poitou, d'autres de la province de France (cf. liste des maîtres de province).

CommanderiesModifier

  : Cet édifice a été classé au titre des Monuments historiques.

Commanderie Ville actuelle (ou à proximité) Département actuel Observations Protection / inscription
Amboise Amboise Indre-et-Loire Mentionnée dans une charte de 1219: domus militiœ Templi de Ambazia,[2]
Arville Arville Loir-et-Cher [3],[4]   Notice no PA00098323, base Mérimée, ministère français de la Culture
Ballan Ballan-Miré Indre-et-Loire mention d'une maison, de sa chapelle et de la réception d'un frère:quem vidit recipi in capella domus templi de Balo[5]
Beddes
« La Baude »
Beddes Cher Domus Templi de Bilda, Bilheda, Belda[6]
Preceptor de Bilde et de Ryales (Hospitaliers, 1374-75)[7],[N 1]
Le Temple de Beddes, membre de Farges (XVIIe et XVIIIe siècles)[8]
46° 35′ 46″ N, 2° 12′ 37″ E
Chartres Chartres Eure-et-Loir Baillie de Chartres ou du Chartrain[9],[10]
Châtillon Châtillon-Coligny Loiret [À vérifier][N 2]
Transformé en Hôtel-Dieu en 1375
47° 49′ 15″ N, 2° 50′ 42″ E
 Notice no IA00124346, base Mérimée, ministère français de la Culture
Farges-Allichamps Farges-Allichamps Cher Notice no IA00011081, base Mérimée, ministère français de la Culture
Fresne Blancafort Cher Notice no PA18000024, base Mérimée, ministère français de la Culture
Fretay (Frecoy) Loches Indre-et-Loire [11],[12]
Gien Gien Loiret [13]
Jussy-le-Chaudrier Jussy-le-Chaudrier Cher également désignée commanderie des Bordes, mais seulement à partir du XVIe siècle, sous les Hospitaliers inscrit Notice no PA00135283, base Mérimée, ministère français de la Culture
Le Temple-près-Mondoubleau Le Temple Loir-et-Cher [14],[15]
L'Epinat Barrou Indre-et-Loire [Emplacement incertain][N 3]
Domus Templi de Lespinaze(1217)
Domus militiae Templi de Spinaceto (1220)
Templariis de Spinacio (1231)
Domus Espinacii (1288)
Notice no IA37001160, base Mérimée, ministère français de la Culture
ou /
Varennes-sur-Fouzon Indre
L'Île-Bouchard L'Île-Bouchard Indre-et-Loire [19],[20]
Montbouy Montbouy Loiret De preceptore Montis Boin / Montis Boyni (1295) )[21]
preceptor de Monte Boini, Senosensis diocesis / Domus de Monte Boini (procès, 1307)[22]
47° 51′ 41″ N, 2° 49′ 06″ E
L'Ormeteau Reuilly Indre [23]
La Boissière Châteaudun Eure-et-Loir [4],[24],[25]
Fratres Milice Templi de Buxeria juxta Castridunum (1231)
Capella domus Templi de Buxeria Carnotensis diocesis (v. 1285 / 1311)
Notice no PA00097022, base Mérimée, ministère français de la Culture
Saint-Marc d'Orléans Orléans Loiret [26],[27],[28]
Sours Sours Eure-et-Loir [29],[10]
Villedieu-en-Dreugesin Laons Eure-et-Loir Dite aussi Villedieu-en-Drouais[30]
Templariis de Villa Dei (c.1180)[31]
Domus milicie Templi de Villa-Dei in Dorguesino (1273)[N 4]
Localisation en région Centre-Val de Loire
(Liens vers les articles correspondants)

Autres biensModifier

Il s'agit des biens ayant appartenu aux templiers autres que les commanderies ou pour lesquels on manque de preuves permettant d'affirmer qu'il s'agissait bien de commanderies. Si on se réfère à la définition que donne l'historien Alain Demurger, de nombreux biens pouvaient dépendre d'une seule et même commanderie[35] (églises, granges, maisons, moulins, seigneuries). Pour ne citer qu'un exemple, la résidence du commandeur n'était pas toujours dans la commanderie comme pour Ballan dont il est arrivé qu'elle soit à Tours.

La liste ci-dessous précise également, quand c'est possible, dans quel territoire ils se trouvaient même si dans certains cas, les limites ont pu évoluer au cours du temps.

CherModifier

Possessions templières dans le Cher
  Commanderie   autre possession
  • Au sein de la seigneurie d'Issoudun:
    • La Maison du Temple de Soulas du côté de Berry-Bouy en allant sur La motte. Ce fut en effet une ancienne dépendance des Templiers, puis à l'Ordre de Malte[41], commune de Berry-Bouy.
  • Dans les terres relevant de la ville royale de Bourges et de son archevêché:
    • La Maison du Temple de La Bruyère (Domus Templi de Villa de Brueria, 1195)[39] dite aussi Le Temple d'Ardenais, lieux-dits Le Temple et La Chapelle du Temple, commune d'Ardenais [à vérifier][N 5]
    • La Maison du Temple d'Osmery[42]
    • La Maison de la commanderie: une maison, à l'intérieur du cloître de la cathédrale de Bourges, attestée dès 1201[43]
    • La Maison du Temple de Bourges, rue Porte Jaune, sur le territoire de l'archevêque, et située dans l'enceinte du cloître Saint-Étienne[44],[45].
    • La Commanderie du Temple de Beddes appelée aussi de La Baude[6], écart nommé « Le Temple » sur la commune de Beddes[8] et ses dépendances:

Eure-et-LoirModifier

Il y avait une baillie templière dite baillie de Chartres / Baillie du Chartrain (domorum milicie Templi in Bailliva Carnotensi, 1273)[N 7] avec un commandeur à sa tête. Son autorité s'étendait sur les commanderies principales de Sours et d'Arville en Loir-et-Cher[46] ainsi que sur les possessions dans le comté de Dreux, à savoir ce qui dépendait de la maison du Temple de Villedieu-en-Dreugesin au diocèse de Chartres[33].

Possessions templières en Eure-et-Loir
  Commanderie   autre possession

IndreModifier

Possessions templières dans l'Indre
  Commanderie   autre possession
  • Des biens à Issoudun[62], chef-lieu de la seigneurie du même nom:
    • La baillie de L'Ormeteau, commune de Reuilly[63]
    • La Maison du Temple de Villepruère, commune de Ménétréols-sous-Vatan, possession de la Commanderie de L'Ormeteau.
    • La Maison du Temple de Châteauroux, dont il ne reste rien aujourd'hui, également possession de la Commanderie de L'Ormeteau.
    • La Motte-aux-Templiers (membre de la Commanderie de L'Ormeteau), près de Preuilly, dans le Cher.
  • Maison du Temple de Beauvais[64], Beauvais, commune de Buzançais
  • Maison du Temple du Blizon, château de Blizon entre Mézières-en-Brenne et Martizay
    • Domus Templi de Blisone (1207), domus de Freteyo (Fretay) et de Blisone (1253)
  • Maison du Temple de Riollais dans le diocèse de Bourges[66], hameau de Riolat, commune de Vicq-Exemplet[67],[N 10]
    • Domo Templi de Roleis Bituricensis diocesis (procès)[68]
  • Maison du Temple de Valençay, Le Bas-Bourg, commune de Valençay[69]
    • Domo Templi de Valenchay (1225), preceptor domus Templi de Valenceio (1227), Li habitan du bourg du temple de Valencyaco (1312)

Indre-et-LoireModifier

Possessions templières en Indre-et-Loire
  Commanderie   autre possession


  • Maison du Temple de Beaulieu-lès-Loches[70] qui devait dépendre de la Commanderie de Fretay[19].
  • Maison du Temple de La Chastre-aux-Grolles, commune de Verneuil-sur-Indre, qui dépendait de également de la Commanderie de Fretay.
  • Maison du Temple de Dolus-le-Sec, commune de Dolus-le-Sec[71]
  • Maison du Temple de Francueil, commune de Bléré, dépendante de la Commanderie d'Amboise[72]
  • Maison du Temple de Tours dépendante de la Commanderie de Ballan.
  • Maison du Temple de Noizay[12], dans le canton de Vouvray

LoiretModifier

Possessions templières dans le Loiret
  Commanderie   autre possession

Loir-et-CherModifier

Possessions templières dans le Loir-et-Cher
  Commanderie   autre possession


  • Au sein du comté de Blois:
    • Les maisons du Temple de Blois et de Villejoint (devenu un quartier de Blois)[81]
    • Maison du Temple de Bonroy-Farineau, fondée en 1229[82], commune de Bourré.
    • Maison du Temple de Millancey, devenue Commanderie de Villeloup sous les Hospitaliers, ce domaine situé sur la commune de Millançay comptait une maison du Temple, une chapelle dédiée à Saint Marc, et des terres au nord de l'étang de Mordeset[83].
    • Maison du Temple-sous-Fambron, au sud de la commune de La Ferté-Saint-Cyr, également désignée Maison du Temple de Saint-Cyr-Semblecy, ou Temple de Cormérie[84]
    • Maison du Temple de Villetroche, commune de Maves[85]
    • Seigneurie du Temple de Saugirard sur la commune de Pruniers-en-Sologne (47° 18′ 13″ N, 1° 37′ 13″ E)[86]: la terre et seigneurie de Saugirard était possédée en commun au XIIe siècle, par les Templiers et le seigneur Étienne Bochard de Selles. Mais finalement, celui-ci fit don aux Templiers de tout ce qu'il pouvait avoir à Saugirard, « apud Saltum Girardi », par ses lettres datées de l'année 1177. Les Templiers possédaient également la dime de Saugirard, dont une partie leur avait été cédée par Odomet le Roux, ainsi qu'il résulte des lettres de l'abbé de Selles, de l'année 1220. Le domaine de Saugirard se composait en 1456, alors qu'il était possession des Hospitaliers, d'une maison sur les bords de la Sauldre, avec une chapelle dédiée à saint Jean-Baptiste, de deux moulins à blé, d'un pressoir, et d'un clos de vigne[83]. Le village templier de Villedieu (ancienne commune française de Loir-et-Cher, aujourd'hui intégrée à Gièvres - 47° 16′ 36″ N, 1° 38′ 24″ E) aurait été fondé par la Commanderie de Saugirard[87],[88].


Articles connexesModifier

BibliographieModifier

NotesModifier

  1. On trouve aussi pour la période hospitalière le nom d'un commandeur: Pierre Le Clerc, commandeur de Riollais et Beddes et chancelier de l'ordre, cf. Joseph Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers à Rhodes, 1310-1421, E. Leroux, 1913, p. 322.
  2. Assertion développée par l'historien Paul Gâche mais pas de source primaire connue. Aucune charte ne mentionne une domus Templi de Châtillon, contrairement à celle de Montbouy qui se trouvait à proximité. On ne trouve pas plus Châtillon dans l'enquête de 1373 sur les biens hospitaliers dans le grand prieuré de France.
  3. Il existe deux propriétés de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem avec le nom de l'Épinat: La commanderie de Saint-Jean-de-l'Épinat, écart de l'Épinat, commune de Barrou en Indre-et-Loire[16] qui devient une commanderie du grand prieuré d'Aquitaine après la dévolution des biens de l'ordre du Temple et pour finir un membre de la commanderie du Blison. La plupart des sources indique une origine templière alors qu'en 1267, on trouve déjà « L’Hospital de l’Espinacerie » dans une donation à l'abbaye de Merci-Dieu de soixante arpents de landes qui se trouvent entre la maison de l’Hôpital appelé l’Espinacerie, et la rivière la Claise (cette rivière se situe à l'est, elle passe au Grand-Pressigny). L'origine hospitalière paraît probable d'autant que la deuxième propriété des hospitaliers, à savoir L'Épinat / Lespinat, connu comme membre de la commanderie de Villefranche-sur-Cher (grand prieuré d'Auvergne)[17] se trouvait à Varennes-sur-Fouzon dans l'Indre[18]. Or en 1243 (époque templière), on trouve mention de la « Milice Templi de l’Espiaz de Valençay », Valençay à quatre kilomètres au sud de ce lieu. La confusion entre les deux lieux paraît très plausible. La plupart des chartes relatives aux templiers de L'Épinat sont conservées aux archives du département de l'Indre. Le comte de Toulgoët-Tréanna et plus récemment le docteur Bernard Jouve, « Les Templiers dans l’Indre », Revue de l’académie du Centre, 1992, identifient la commanderie d'origine templière comme étant celle qui se trouve dans l'Indre alors que la base Mérimée et des auteurs comme Alain Jacquet, Templiers et Hospitaliers en Touraine, 2002 donne une origine templière à celle qui se trouve en Indre-et-Loire.
  4. « priori [sic] Templi Jerusalem apud Villam Dei manente » (1165)[32] ; « Domus milicie Templi de Villa-Dei in Dorguesino, Carnotensis diocesis » (1273)[33] ; « de preceptore Ville-Dei in Dorgessino » (1296)[34].
  5. La maison du Temple de la Bruyère se trouvait plutôt près de Braize dans l'Allier si on suit l'opinion de Trudon des Ormes et si on se fit aux informations toponymiques données par la carte de Cassini (Bruere et La Commanderie).
  6. Au cours du procès, on apprend que Raymond de Bassignac, dernier commandeur de Beddes (La baude) a effectué des receptions de nouveaux frères dans la chapelle de la Forêt-du-Temple donc cette maison en dépendait. Baillie de Beddes ?
  7. On trouve auparavant (1254) un « praeceptor domorum militiae Templi Aurelianensis et Carnotensis » à savoir un commandeur des maisons du Temple dans l'Orléanais et le Chartrain puis en 1286 un « magistro domus milicie Templi de Soors, et de toto Chartain » qui était donc le commandeur de la maison du Temple de Sours et de tout le Chartrain.
  8. Information suspecte dans la mesure où aucune charte ne vient attester le lien avec les templiers. De plus, il y avait une abbaye à Bonneval (V. Bigot, Histoire abrégée de l'abbaye de Saint-Florentin de Bonneval, 1875, lire sur Google Livres) . En 1198, son abbé vendit aux templiers les vignes que l'abbaye détenait à la Boissière près de Châteaudun, cf. Métais 1902, p. 36-37 (doc. 29). il y avait aussi des maisons appartenant aux templiers de La Boissière.
  9. Il faudrait consulter le Ms 3367, Inventaire général des titres, papiers et procédures de la commanderie de la Villedieu-en-Dreugesin pour vérifier la mention des templiers dans des lettres de l'official de Dreux en juin 1285 car la maison de Dreux est dite de l'hôpital ancien dans l'inventaire de 1373. Le commentaire sur ce document publié par Charles Métais ne permet pas de trancher (Métais 1902, p. 193-194 (doc. 181)). On peut supposer que le fief de La Croix ait été distinct de celui de la Chapelle Saint-Denis à l'époque templière avant d'être réunis après la dévolution des biens de l'ordre du Temple. Ce qui est certain, c'est que la chapelle Saint-Denis est une possession de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem depuis 1179.
  10. Après la dévolution des biens du Temple, on trouve en 1374-75 un commandeur de Bilde (Beddes) et de Ryales (Riolat) puis ces deux commanderies deviennent membres de la commanderie de Farges (Riollas). D'après Niepce :« Riollais en Berry à une lieue de Châteaumeillant, membre de Farges » , actuellement le hameau de Riolat.
  11. L'auteur le plus récent à mentionner cet Hôpital de Bou est Philippe Jourdain, Les ordres religieux et militaires en Orléanais, 1995, p. 37. Il reprend l'information publiée par Mannier 1872, p. 160 mais corrige la localité qu'il identifie comme étant Bou et non pas Saint-Cyr-en-Val. La source primaire provient du Ms. 5024, suppl n°26 aux archives nationales (relatif à la commanderie de Saint-Marc d'Orléans). La rue Saint-Marc à Bou pourrait rappeler la présence des Hospitaliers. Il y a en revanche un lieu-dit appelé « la commanderie », au sud de Saint-Cyr-en-Val sur la D108. Cette donation aux templiers par un certain Archembaud Gobib est attestée par des lettres de l'évêque Manassès de Garlande or cet individu vraisemblablement établi dans le diocèse d'Orléans pourrait très bien avoir possédé des biens dans le diocèse de Chartres. La distance Brou/ Orléans à vol d'oiseau n'étant que de 65 kilomètres. Ni l'Hôpital de Bou, ni Le Temple de Brou n'apparaissent dans les possessions de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1373 (enquête dans le grand prieuré de France).

RéférencesModifier

  1. Appellation qui prend tout son sens plus tardivement lorsqu'il devient un duché en 1360
  2. Carré de Busserolle 1878, p. 29-30
  3. Demurger 2008, p. 164
  4. a b et c Trudon des Ormes 1898, p. 163, disponible sur Gallica
  5. Michelet 1851, p. 206-207
  6. a et b Trudon des Ormes 1899, p. 558, disponible sur Gallica ; Michelet 1841, p. 232, 236, disponible sur Gallica
    Avec une erreur de localisation de la part de Trudon des Ormes qui lui donne le nom de La Baude. Ce n'est pas la commune de Charly. Il s'agit en fait du Temple de Beddes que l'on retrouve ensuite comme commanderie réunie avec celle de Riolat (Riollais, Riales, Ryales) au temps des Hospitaliers puis comme membre de Farges.
  7. Georges Guigue, Inventaire-Sommaire des archives départementales antérieures à 1790 : Rhône - Archives Ecclésiastiques - Série H - H1 à H 702 - Ordre de Malte -Langue d'Auvergne, t. I, (lire en ligne), p. 197 (H. 244.)
    Ce document comptable permet de connaître le nom des principales commanderies de la langue d'Auvergne au XIVe siècle.
  8. a et b Léopold Niepce, Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Lyon, Genève, Bâle, Librairie Générale Henri Geors, , 352 p. (présentation en ligne), p. 306
  9. Trudon des Ormes 1898, p. 164-165, disponible sur Gallica
  10. a et b Michelet 1841, p. 485
  11. Michelet 1841, p. 223. domus de Frecoy prope Loches, domus de Fretay
  12. a et b Trudon des Ormes 1899, p. 508, disponible sur Gallica
  13. Mémoire de l'Orléanais 1858, p. 220
  14. Métais (Archives), 1902, p. 3
  15. Bulletin archéologique d'Eure-et-Loir 1983, p. 137
  16. 46° 53′ 51″ N, 0° 45′ 27″ E
  17. Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1907-1908, p. 153-156, disponible sur Gallica
  18. 47° 12′ 19″ N, 1° 33′ 25″ E
  19. a et b Jacquet 2002, p. à préciser
  20. Trudon des Ormes 1899, p. 509, disponible sur Gallica
  21. Léopold Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers ([Reproduction en fac-similé]), , p. 176-177 (doc. 29),disponible sur Gallica
    04 et 05 juillet 1295 dans Journal du trésor du Temple (12 mars 1295 - 4 juillet 1296), p. 162-210
  22. Michelet 1841, p. 291, 293, disponible sur Gallica
    On trouve également un frère Robert de Montbouy du diocèse de Sens (Robertus de Monte Boyni Senonsensis), p. 108 .
  23. Métais (Templiers), 1902
  24. Demurger, 2008, op. cit., p. 294
  25. Métais (Templiers), 1902, p. XLI-XLIX
  26. Bergeron 2011, p. 74
  27. Trudon des Ormes 1898, p. 161, disponible sur Gallica
  28. a et b Mannier 1872, p. 157
  29. Trudon des Ormes 1898, p. 165, disponible sur Gallica
  30. Métais (Templiers), 1902, p. XLIX-LVIII
  31. Métais (Templiers), 1902, p. 12-13 (doc. 6), lire en ligne
  32. Métais (Templiers), 1902, p. 4-7 (doc. 2), lire sur www.templiers.net
  33. a et b Métais (Templiers), 1902, p. 184-185 (doc. 172), lire en ligne sur www.templiers.org.free.fr
    Dans cette charte de l'année 1273, on trouve frère Guillaume Bocelli, commandeur des maisons du Temple dans la baillie de Chartres puis suit frère Laurent, commandeur de la maison du Temple de Villedieu-en-Dreugesin.
  34. Delisle 1889, p. 198 (doc. 29),disponible sur Gallica
    03 février 1296 dans Journal du trésor du Temple. 12 mars 1295 - 4 juillet 1296, p. 162-210
  35. Demurger, 2008, op. cit., p. 153-155
  36. E. Vignat, « Les Seigneurs d'Avor en Berry », Revue historique, nobilaire et géographique, 3e série, t. 2,‎ , p. 467-468, 474 (lire en ligne)
  37. Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1907-1908, p. 148-153, disponible sur Gallica
  38. Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1911, p. 203-205, disponible sur Gallica
  39. a et b Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1907-1908, p. 118-123, 168 (doc. 2), disponible sur Gallica
    chartes datées de 1195 et de 1260 dans le Cartulaire archiépiscopal de Bourges, conservées aux Archives départementales du Cher.
  40. Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule : 18. Cher, Editions MSH, , 370 p. (ISBN 978-2-8775-4016-2, lire en ligne), p. 276, ne pas confondre avec la Maison forte de Mornay.
  41. Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1907-1908, p. 131-132, 167 (doc. 1), disponible sur Gallica
    charte datant d'henry de Sully, Cartulaire archiépiscopal de Bourges, conservé aux Archives départementales du Cher.
  42. Albert Huchet, Le chartrier ancien de Fontmorigny, abbaye de l'ordre de Cîteaux, Vrin, , 451 p. (lire en ligne), p. 283
  43. Roland Narboux, « Les Templiers à Bourges » dans l'encyclopédie de Bourges en ligne, 2009
  44. Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1907-1908, p. 130-133, disponible sur Gallica
  45. Louis Hector Chaudru de Raynal, Histoire du Berry depuis les temps les plus anciens jusqu'en 1789, vol. 2, Editions F.E.R.N, (lire en ligne), p. 265
  46. Folliot 1983
  47. Folliot 1983, p. 103
  48. Métais (Templiers), 1902, p. à préciser
  49. Notice no PA00096979, base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. L. Servat, « Bonneval et Châteaudun: notes archéologiques », Bulletin monumental dirigé par Eugène Lefèvre-Pontalis sous les auspices de la société française d'archéologie, vol. 76,‎ , p. 518, disponible sur Gallica
    les templiers possédaient des terres à Bonneval (entre le village et la léproserie), cf. Métais 1902, p. 103-104 (doc. 85) et des maisons dépendantes de la commanderie de La Boissière (Folliot 1983, p. 106).
  51. Métais (Templiers), 1902, p. LI, 135 (doc. 112),
  52. Métais (Templiers), 1902, p. XLVII, 56-57 (doc. 46)
    Située au 5, rue Chartraine (ex rue du Temple).
  53. Mannier 1872, p. 140-141
  54. Métais (Templiers), 1902, p. L, 4-7 (doc. 2)
  55. Mannier 1872, p. 132-133
  56. Cartulaire de l'abbaye Saint-Vincent-au-Bois, cf. Lucien Merlet, Dictionnaire Topographique du département d'Eure-et-Loir, Paris, Imprimerie Impériale, 1861, lire sur archive.org
  57. Anne-Marie Legras, L'enquête pontificale de 1373 sur l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem : édition et commentaires des documents relatifs au Grand Prieuré de France, CNRS, , 524 p. (OCLC 493684954, présentation en ligne), p. 320
  58. Mannier 1872, p. 125-126
  59. Métais (Templiers), 1902, p. LIII-LIV
  60. Métais (Templiers), 1902, p. XLVII
  61. Mannier 1872, p. 144
  62. Beugnot, 1839, p. Olim n°644
  63. Fr. Michaud-Fréjaville, « La commanderie de L'Ormeteau en Berry à la fin du Moyen Âge », dans Les ordres militaires : la vie rurale et le peuplement en Europe occidentale (XIIe-XVIIIe siècle), Dépôt et diffusion, Comité départemental du tourisme du Gers, , 260 p. (ISBN 978-2-8527-6030-1, présentation en ligne), p. 215-...
  64. Trudon des Ormes 1899, p. 557, disponible sur Gallica
  65. Michelet 1851, p. 182-183, disponible sur Gallica
  66. Trudon des Ormes 1899, p. 559, disponible sur Gallica ; Michelet 1841, p. 235, disponible sur Gallica
    « Domo Templi de Roleis Bituricensis diocesis ».
  67. Niepce 1883, p. 337
  68. Michelet 1841, p. 235, disponible sur Gallica
  69. Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1907-1908, p. 156-161, disponible sur Gallica
  70. Notice no PA00097566, base Mérimée, ministère français de la Culture
  71. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine - Tome II, Tours, impr. de Rouillé-Ladevèze, 1878-1884, disponible sur Gallica, p. 470
  72. à confirmer, car l'appartenance à l'Ordre du Temple n'est pas confirmée dans l'ouvrage de Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine - Tome III, Tours, impr. de Rouillé-Ladevèze, 1878-1884, disponible sur Gallica, p. 132
  73. a et b Mannier 1872, p. 173
  74. Mannier 1872, p. 164
  75. Mannier 1872, p. 166
  76. Mannier 1872, p. 167
  77. Mannier 1872, p. 174
  78. Mannier 1872, p. 160
  79. a et b Mannier 1872, p. 77
  80. Mannier 1872, p. 73
  81. Métais (Archives), 1902, p. 207
  82. Carré de Busserolle 1878, p. 373
  83. a et b Mannier 1872, p. 169
  84. Mannier 1872, p. 171
  85. Mannier 1872, p. 153
  86. Mémoire de l'Orléanais 1863, p. 360
  87. sur le village de Villedieu, voir le site t3m.voila.net dédié aux templiers
  88. Le Goazre (comte de Toulgoët-Tréanna) 1907-1908, p. 161-, disponible sur Gallica
  89. Notice no PA00098324, base Mérimée, ministère français de la Culture
  90. Pétigny, 1849, p. 264-265
  91. a et b Bulletin archéologique d'Eure-et-Loir 1983, p. 116
  92. Notice no PA00098474, base Mérimée, ministère français de la Culture
  93. Mannier 1872, p. 149
  94. Notice no PA00098646, base Mérimée, ministère français de la Culture
  95. Trudon des Ormes 1899, p. 507, disponible sur Gallica
  96. Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, p. 74-5