Liste des chefs du gouvernement luxembourgeois

page de liste de Wikimedia

Cette page dresse la liste des Premiers ministres du Luxembourg par ordre chronologique depuis le XIXe siècle.

Le Premier ministre du Luxembourg est le chef du gouvernement. Le titulaire du poste choisit les autres membres de son gouvernement et préside les réunions du Conseil de gouvernement.

L'ancien gouverneur Gaspard-Théodore-Ignace de La Fontaine est considéré comme le premier chef du gouvernement, la fonction qu'il exerce est celle de président du Conseil de gouvernement. En 1857, le titre de la fonction est raccourci au profit de « Président du gouvernement ». En 1915, à la suite de la mort de Paul Eyschen, Mathias Mongenast le remplace en tant que « président du Conseil de gouvernement faisan-fonction ». Ce n'est que depuis le et Jacques Santer que le chef du gouvernement porte officiellement le titre de « Premier ministre ».

Liste des chefs du gouvernementModifier

Légende (partis politiques)

Note : les tableaux ci-dessous, mettent en regard les dates de mandats avec les gouvernements respectifs des Premiers ministres (par exemple : le gouvernement Simons officie du au  ; puis Charles-Mathias Simons procède à un remaniement ministériel). Les dates de la dernière lignes (« Élections ») font référence à la date des élections (s'il y en a eu) leur ayant permis d'arriver au pouvoir ou de s'y maintenir.

Règnes de Guillaume II (1840-1849) et Guillaume III (1849-1890)Modifier

Portrait Titulaire
(naissance - mort)
Dates du mandat

Élections
Gouvernement Notes
1   Gaspard-Théodore-Ignace de La Fontaine
( - )
La Fontaine Gouverneur du Luxembourg (1842-1848)[N 1]. Considéré comme le premier chef du gouvernement, il exerce les fonctions de Président du Conseil et d'administrateur général des Affaires étrangères, de la Justice et des Cultes. Il est contraint de démissionner à la suite d'une motion de censure[N 2].
avril 1848
2   Jean-Jacques Willmar
( - )
Willmar Membre de l'Assemblée des États (1841-1848). Député luxembourgeois au Parlement de Francfort (1848). Président du Conseil, administrateur général des Affaires étrangères, de la Justice et des Cultes et provisoirement des Affaires de l'instruction publique[N 3]. Il est démis de ces fonctions par le roi grand-duc[N 4].
septembre 1848 · 1851
3   Charles-Mathias Simons
( - )
Simons Membre du Conseil de gouvernement (1843-1848). Membre de l'Assemblée constituante (1848). Président du Conseil, administrateur général des Affaires étrangères (à partir de 1857 : ministre d'État, Président du gouvernement et directeur général des Affaires étrangères), chargé provisoirement de l'Intérieur du au et provisoirement de la Justice et des Travaux publics du au [N 5]. Coup d'État (1856). Constitution révisée (1856). Il démissionne de ses fonctions[N 6].
1854 · 1857 · 1860
4   Victor de Tornaco
( - )
Tornaco Membre de l'Assemblée des États (1841-1848 ; 1857-1860). Membre de la Chambre des députés (1848-1856). Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères, directeur général des Travaux publics jusqu'au [N 7]. Crise luxembourgeoise (1867). Traité de Londres (1867). Il est contraint de démissionner à la suite du rejet d'une proposition de loi sur la réorganisation militaire à la Chambre des députés[N 8].
1863 · 1866
5   Emmanuel Servais
( - )
Servais Membre de l'Assemblée des États (1841-1848). Membre de l'Assemblée nationale constituante (1848). Député au Parlement de Francfort (1849). Administrateur général des Finances (1853-1857). Membre du Conseil d'État (1857-1890). Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères, chargé provisoirement des Finances du au [N 9]. Révision de la Constitution (1868). Création de l'Institut grand-ducal (1868). Il démissionne de ses fonctions[N 10].
1868 · 1869 · 1872
6   Félix de Blochausen
( - )
Blochausen Directeur général de l'Intérieur (1866-1867). Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères, chargé provisoirement de certains services de la Direction générale de la Justice du au et de certains services de la Direction générale des Finances du au [N 11]. Introduction de la scolarité obligatoire au Grand-Duché pour les enfants de 6 à 12 ans (1881). Il est contraint de démissionner à la suite de la divulgation de transactions douteuses par la presse, des spéculations qui pourraient être assimilées à un délit d'initié[N 12].
1875 · 1878 · 1881 · 1884
7   Édouard Thilges
( - )
Thilges Administrateur général des Affaires communales (1854-1856). Membre du Conseil d'État (1857-1904). Directeur général de l'Intérieur et de la Justice (1859-1860). Directeur général des Affaires communales (1867-1870). Président du Conseil d'État (1872-1895). Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères[N 13]. Il démissionne de ses fonctions en raison de problèmes de santé[N 14].
1887

Règnes de Adolphe (1890-1905), Guillaume IV (1905-1912) et Marie-Adélaïde (1912-1919)Modifier

Portrait Titulaire
(naissance - mort)
Dates du mandat

Élections
Gouvernement Notes
8   Paul Eyschen
( - )
Eyschen Membre de l'Assemblée des États (1866). Chargé d'affaires auprès du gouvernement de l'Empire allemand (1875-1888). Directeur général de la Justice, chargé provisoirement de certains services de la Direction générale des Finances du au (1876-1888)[N 15]. Considéré comme la plus longue fonction de chef du gouvernement, il exerce, entre autres, les fonctions de ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères. Construction du pont Adolphe (1900-1903). Fondation du Parti socialiste à Esch-sur-Alzette (1902). Fondation de la Ligue libérale (1904). Fondation du Parti de la droite (1914). Invasion du Grand-Duché par les troupes allemandes (). Occupation allemande du Luxembourg pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918). Il meurt dans l'exercice de ses fonctions[N 16].
1890 · 1893 · 1896 · 1899 · 1902 · 1905 · 1908 · 1911 · 1914
9   Mathias Mongenast
( - )
Mongenast Directeur général des Finances, chargé provisoirement de certains services de la Direction générale des Travaux publics du au . (1882-1915)[N 17]. Considéré comme la plus courte fonction de chef du gouvernement, il est le Président du gouvernement faisant fonction à la suite du décès de Paul Eyschen. Il démissionne de ses fonctions[N 18].
10   Hubert Loutsch
( - )
Loutsch Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères[N 19]. Gouvernement minoritaire. Il est contraint de démissionner à la suite d'un vote négatif concernant la confiance au gouvernement[N 18].
1915
11   Victor Thorn
( - )
Thorn Procureur d'État (1883). Membre du Conseil d'État (1885-1930). Directeur général des Travaux publics (1888-1892). Procureur général (1899). Président du Conseil d'État (1914-1930). Directeur général de la Justice et des Travaux publics (1915)[N 20]. Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères et de la Justice. Gouvernement d'Union nationale. Il démissionne de ses fonctions[N 21].
12   Léon Kauffmann
( - )
Kauffman Directeur des Contributions (1910). Membre du Conseil d'État (1915-1952). Directeur général des Finances (1916-1917)[N 22]. Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères, des Cultes et des Finances. Bombardement de Clausen ()[1]. Offensive alliée sous le commandement du maréchal Foch (). Élections pour la Chambre constituante ( et ). Il démissionne de ses fonctions[N 23].

Règnes de Charlotte (1919-1964), Jean (1964-2000) et Henri (depuis 2000)Modifier

Portrait Titulaire
(naissance - mort)
Dates du mandat

Élections
Parti politique Gouvernement Coalition Notes
13   Émile Reuter
( - )
RP Reuter RPLLn Président de l'Association populaire catholique (1903). Membre de la Chambre des députés (1911). Membre fondateur du Parti de la droite (1914)[N 24]. Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères et de l'Intérieur, à partir du , directeur général des Affaires étrangères. Armistice (). Abdication de la grande-duchesse Marie-Adélaïde en faveur de sa sœur Charlotte (). Constitution révisée (). Premières élections démocratiques au suffrage universel (). Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) (1921) Admission des premières femmes au barreau de Luxembourg (1923). Création de chambres professionnelles à base élective (1924)[2]. Il est contraint de démissionner à la suite du rejet de la convention ferroviaire par les parlementaires[N 25].
RP
1919 · 1922
14   Pierre Prüm
( - )
ONP Prüm ONPOLRSPn Membre de la Chambre des députés (1913-1923 ; 1937-1939). Quitte le Parti de la droite et fonde le Parti national indépendant (1918)[N 26]. Considéré comme le plus jeune chef du gouvernement, il exerce, entre autres, les fonctions de ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères, de l'Intérieur et de l'Agriculture. Il démissionne de ses fonctions[N 27].
1925
15   Joseph Bech
( - )
RP Bech RPLLn Membre de la Chambre des députés (1914-1921 ; 1924-1925). Directeur général de l'Intérieur et de l'Instruction publique (1921-1925). Membre de la section historique de l'Institut grand-ducal (1927-1975)[N 28]. Ministre d'État, Président du gouvernement, directeur général des Affaires étrangères, de l'Instruction publique et de l'Agriculture. Fondation de la Compagnie grand-ducale d'électricité du Luxembourg, Cegedel (1928). Création de la Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion (Radio Luxembourg) qui obtient du gouvernement le monopole de la radiodiffusion (1931). Référendum sur la « loi muselière » (1937). Il démissionne à la suite de l'échec du référendum[N 29].
RPRLPn
RPRLP
1928 · 1931 · 1934 · 1937
16   Pierre Dupong
( - )
RP Dupong-Krier RPAPRLP Membre fondateur du Parti de la droite (1914). Membre de la Chambre des députés (1916-1917 ; 1919-1925). Directeur général, puis, à partir de 1936, Ministre des Finances, de la Prévoyance sociale et du Travail (1926-1937)[N 30]. Ministre d'État, Président du gouvernement. Création de Conseils de prud'hommes (1938)[3]. Fêtes commémoratives du centenaire de l'indépendance (1939). Invasion du Luxembourg par l'Allemagne nazie (). Occupation allemande du Luxembourg pendant la Seconde Guerre mondiale (en) (1940-1945). Gustav Simon est nommé Chef der Zivilverwaltung (). Recensement de la population par l'occupant (lb) (). Gustav Simon introduit le service militaire obligatoire au Luxembourg (). Grèves spontanées pour protester contre l'enrôlement de force (). Signature de la convention du Benelux à Londres ()[4]. Libération de la ville de Luxembourg (). Offensive allemande des Ardennes (). Libération de Vianden (). Institution d'une Assemblée consultative (). Capitulation sans condition de l'Allemagne (). Fondation de la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL) (). Il meurt dans l'exercice de ses fonctions[N 31].
RPAP
CSV Gouvernement en exil
Gouvernement de la Libération CSVLSAP
CSVLSAPn
Gouvernement d'Union nationale CSVLSAPGDKPLn
CSVLSAPGDKPL
Dupong-Schaus CSVGD
Dupong-Bodson CSVLSAP
1945 · 1948 · 1951
  Joseph Bech
( - )
CSV Bech-Bodson CSVLSAP Ministre des Affaires étrangères (1937-1947). Ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur (1947-1951). Ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et de la Force armée (1951-1953). Ministre d'État, Président du gouvernement. Début des émissions de Télé-Luxembourg (1955). Il démissionne de ses fonctions[N 32].
1954
17   Pierre Frieden
( - )
CSV Frieden CSVLSAP Professeur au Gymnase de Diekirch, à l'Athénée de Luxembourg et aux Cours supérieurs (1919-1940). Ministre de l'Instruction publique (1944-1945). Ministre de l'Éducation nationale (1945). Membre du Conseil d'État (1945-1948). Ministre de l'Éducation nationale (1948-1951). Ministre de l'Éducation nationale, de la Population et de la Famille, et de l'Intérieur (1951-1958)[N 33]. Ministre d'État, Président du gouvernement. Organisation de la Bibliothèque nationale et des Archives de l'État (1958). Il meurt dans l'exercice de ses fonctions[N 34].
1959
18   Pierre Werner
( - )
CSV Werner-Schaus I CSVDP Employé à la Banque générale (1939). Commissaire au contrôle des banques (1945). Ministre des Finances et de la Force armée (1953-1959)[N 35]. Président du gouvernement, ministre d'État. Fêtes du millénaire de la ville de Luxembourg (1963). Institution d'un Conseil économique et social (1966). Abolition du service militaire obligatoire (1967). Les élections du bouleversent le paysage politique, le Parti populaire chrétien-social passe dans l'opposition[N 36].
Werner-Cravatte CSVLSAP
Werner-Schaus II DPLSAP
1964 · 1968
19   Gaston Thorn
( - )
DP Thorn-Vouel-Berg DPLSAP Membre de la Chambre des députés (1959-1964 ; 1964-1968). Échevin de la ville de Luxembourg (1961-1963). Ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur, ministre de la Fonction publique, ministre de l'Éducation physique et des Sports (1969-1974)[N 37]. Président du gouvernement, ministre d'État. Élection de Gaston Thorn à la présidence de l'Assemblée générale des Nations unies (1975). Abolition de la peine de mort (1979)[5].
1974
  Pierre Werner
( - )
CSV Werner-Thorn-Flesch CSVDP Président du gouvernement, ministre d'État[N 35]. Gaston Thorn est nommé président de la Commission des Communautés européennes (1980). Dévaluation de 8,5 % des francs belge et luxembourgeois (1982). Loi sur le régime des langues (1984)[6]. Il démissionne de ses fonctions et se retire de la vie politique active[N 38].
1979
20   Jacques Santer
(né le )
CSV Santer-Poos I CSVLSAP Secrétaire d'État au ministère d'État, au Travail et à la Sécurité sociale (1972-1974). Ministre des Finances, ministre du Travail et de la Sécurité sociale ; ministre de la Famille, du Logement social et de la Solidarité sociale a.i. du au (1979-1984)[N 39]. Président du gouvernement, ministre d'État, ministre des Finances (à partir du  : Premier ministre, ministre d'État, ministre du Trésor et ministre des Affaires culturelles). Série d'attentats au Luxembourg (1985)[7]. Attribution du prix Charlemagne au peuple luxembourgeois (1986)[8]. Festivités du 150e anniversaire de l'indépendance (1989). RTL diffuse pour la première fois un journal télévisé quotidien en langue luxembourgeoise (1991). Il démissionne de ses fonctions en raison de sa nomination à la présidence de la Commission européenne[N 40].
Santer-Poos II
Santer-Poos III
1984 · 1989 · 1994
21   Jean-Claude Juncker
(né le )
CSV Juncker-Poos I CSVLSAP Secrétaire d'État au Travail et à la Sécurité sociale (1982-1984). Ministre du Travail, délégué aux Finances et chargé du Budget (1984-1989). Ministre des Finances et du Travail (1989-1995). Gouverneur de la Banque mondiale (1995). Président du Parti populaire chrétien-social (1990-1995)[N 41]. Premier ministre, ministre d'État. Convention de Schengen (1995)[9]. Présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union européenne ( au ). Création de la Banque centrale du Luxembourg (1998)[10]. Fusion de la police et de la gendarmerie en un seul corps appelé police grand-ducale (2000). Entrée en circulation de l'euro (2002). Présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union européenne ( au ). Référendum sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe (). Loi sur l'euthanasie et l'assistance au suicide (2009). Il démissionne de ses fonctions à la suite d'un scandale concernant les services de renseignement[11].
Juncker-Poos II
Juncker-Polfer CSVDP
Juncker-Asselborn I CSVLSAP
Juncker-Asselborn II
1999 · 2004 · 2009
22   Xavier Bettel
(né le )
DP Bettel-Schneider DPLSAPGréng Membre de la Chambre des députés (2004-2013). Bourgmestre de la ville de Luxembourg (2011-2013). Premier ministre, ministre d'État. Luxembourg Leaks (2014). Présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union européenne ( au ). Référendum constitutionnel (2015)[12]. Pandémie de Covid-19 (2020)[13].
Bettel-Schneider-Braz
Bettel-Schneider-Bausch
en cours Bettel-Kersch-Bausch
2013 · 2018

Frises chronologiquesModifier

XIXe siècleModifier

Paul EyschenÉdouard ThilgesFélix de BlochausenEmmanuel ServaisVictor de TornacoCharles-Mathias SimonsJean-Jacques WillmarGaspard-Théodore-Ignace de La Fontaine

XXe siècle et XXIe siècleModifier

Xavier BettelJean-Claude JunckerJacques SanterPierre WernerGaston ThornPierre WernerPierre FriedenJoseph BechPierre DupongPierre DupongJoseph BechPierre PrümÉmile ReuterLéon KauffmanVictor ThornHubert LoutschMathias Mongenast

Observations généralesModifier

Records
Décès pendant le mandat

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Thewes 2011, p. 15.
  2. Thewes 2011, p. 16.
  3. Thewes 2011, p. 19.
  4. Thewes 2011, p. 20.
  5. Thewes 2011, p. 27.
  6. Thewes 2011, p. 28.
  7. Thewes 2011, p. 33.
  8. Thewes 2011, p. 34.
  9. Thewes 2011, p. 41.
  10. Thewes 2011, p. 42.
  11. Thewes 2011, p. 47.
  12. Thewes 2011, p. 48.
  13. Thewes 2011, p. 51.
  14. Thewes 2011, p. 52.
  15. Thewes 2011, p. 63.
  16. Thewes 2011, p. 64.
  17. Thewes 2011, p. 65.
  18. a et b Thewes 2011, p. 66.
  19. Thewes 2011, p. 67.
  20. Thewes 2011, p. 71.
  21. Thewes 2011, p. 69.
  22. Thewes 2011, p. 75.
  23. Thewes 2011, p. 76.
  24. Thewes 2011, p. 87.
  25. Thewes 2011, p. 88.
  26. Thewes 2011, p. 91.
  27. Thewes 2011, p. 92.
  28. Thewes 2011, p. 102.
  29. Thewes 2011, p. 104.
  30. Thewes 2011, p. 109.
  31. Thewes 2011, p. 140.
  32. Thewes 2011, p. 148.
  33. Thewes 2011, p. 151.
  34. Thewes 2011, p. 152.
  35. a et b Thewes 2011, p. 159.
  36. Thewes 2011, p. 182.
  37. Thewes 2011, p. 191.
  38. Thewes 2011, p. 204.
  39. Thewes 2011, p. 209.
  40. Thewes 2011, p. 222.
  41. Thewes 2011, p. 231.

RéférencesModifier

  1. « Images de la Première Guerre mondiale: Europeana dévoile ses perles », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Loi du 4 avril 1924 portant création de chambres professionnelles à base élective », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  3. « Arrêté grand-ducal du 31 décembre 1938, ayant pour objet la création de Conseils de Prud'hommes », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  4. « Les pays du Benelux fêtent 60 ans d'alliance », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Marc Auxenfants, « Il y a 40 ans, le Luxembourg abolissait la peine de mort », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Loi du 24 février 1984 sur le régime des langues », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial (consulté le ).
  7. Jean-Pierre Stroobants, « Luxembourg : le procès des mystérieux attentats, trente ans après », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Marc Vanacker, « Il y a trente ans: Le peuple luxembourgeois reçoit le prix Charlemagne », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Louise Couvelaire, « Il y a trente ans, ils signaient Schengen », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Loi du 23 décembre 1998 relative au statut monétaire et à la Banque centrale du Luxembourg », sur http://legilux.public.lu/, Mémorial, (consulté le ).
  11. Jean-Pierre Stroobants, « Fragilisé par un scandale touchant les services secrets du Luxembourg, Juncker démissionne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Jean-Pierre Stroobants, « Revers électoral pour le premier ministre du Luxembourg », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Le Luxembourg combat le coronavirus », sur https://www.wort.lu/, Luxemburger Wort, (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Ouvrages généraux
Ouvrages spécialisés

Articles connexesModifier

Lien externeModifier