Liste des canonnières françaises

page de liste de Wikipédia

Cette liste présente les canonnières « modernes » ayant été en service dans la Marine française.

La date entre parenthèses est la date de lancement.

CanonnièresModifier

 
Canonnière, classe « Surprise ».
  • Classe Kenney 4 unités
    • Kenney (1863) - Rayée en 1868
    • Bourdais (1863) - Rayée en 1868
    • Le Brethon (1863) - Rayée en 1869
    • Tardif (1863) - Rayée en 1868
  • Classe Crocodile 8 unités
    • Crocodile (1874) - Rayée en 1899
    • Monette (1884) - Rayée en 1888
    • Lutin (1877) - Transférée au Cambodge en 1897
    • Lynx (1878) - Rayée en 1899
    • Aspic (1880) - Rayée en 1906
    • Capricorne (1882) - Rayée en 1907
    • Sagittaire (1881) - Rayée en 1896
    • Vipère (1881) - Rayée en 1905
  • Classe Comète 5 unités
    • Comète (1882) - Rayée en 1909
    • Gabès (1884) - Rayée en 1902
    • Lion (1884) - Rayée en 1904
    • Météore (1885) - Rayée en 1900
    • Scorpion (1884) -Rayée en 1904
  • Gabriel Charmes
  • Classe Surprise 3 unités
  • Classe Achelaos 4 canonnières grecques saisies en 1916
    • Acheloos (1884) - Rendue à la Grèce en 1918
    • Alpheos (1884) - Rendue à la Grèce en 1918
    • Eurotas (1884) - Rendue à la Grèce en 1918
    • Peneios (1884) - Rendue à la Grèce en 1918

Canonnières anti-sous-marinesModifier

  • Classe Ardent (reclassées « avisos de 2e classe » en 1939)
    • Agile (1916) - rayé des listes en 1933
    • Alerte (1916) - rayé des listes en 1936
    • Ardent (1916) - rayé des listes en 1936
    • Audacieuse (1917) - démoli en 1940
    • Batailleuse (1917) - coulé comme cible en 1938
    • Belliqueuse (1916) - rayé des listes en 1928
    • Boudeuse (1916) - vendu à la Roumanie en 1920
    • Capricieuse (1916) - rayé des listes en 1934
    • Courageuse (1916) - rayé des listes en 1920
    • Curieuse (1916) - rayé des listes en 1926
    • Dédaigneuse (1917) - sabordé en 1942
    • Emporté (1916) - rayé des listes en 1928
    • Espiègle (1917) - rayé des listes en 1920
    • Étourdi (1917) - sabordé en 1940
    • Éveillé (1917) - rayé des listes en 1928
    • Gracieuse (1916) - rayé des listes en 1938
    • Impétueuse (1917) - rayé des listes en 1938
    • Inconstant (1916) - rayé des listes en 1933
    • Malicieuse (1916) - rayé des listes en 1939
    • Moqueuse (1916) - échoué en 1923
    • Railleuse (1916) - rayé des listes en 1920
    • Sans Souci (1916) - rayé des listes en 1936
    • Tapageuse (1917) - FNFL 1942, démoli en 1944
  • Classe Friponne (reclassées avisos ultérieurement)

Canonnières fluvialesModifier

 
La canonnière La Mutine (1890, Indochine).
  • Javelot (1866) - Désarmée en 1900
  • Classe Berthe-de-Villiers 5 unités
    • Berthe-de-Villiers (1884) - Rayée des listes dans les années 1900
    • Garnier (1884) - Rayée des listes dans les années 1890
    • Henri-Rivière 1884) - Rayée des listes dans les années 1890
    • Jacquin (1884) - Rayée des listes dans les années 1900
    • Moulun (1884) - Rayée des listes dans les années 1890
  • Classe Estoc 3 unités
    • Estoc (1884) - Rayée des listes dans les années 1900
    • Mutine (1884) - Rayée des listes dans les années 1890
    • Rafale (1884) - Rayée des listes dans les années 1890
  • Classe Niger 2 unités
    • Niger (1884) - Rayée des listes dans les années 1900
    • Mage (1888) - Rayée des listes dans les années 1900
  • Classe Doucet 5 unités
    • Bobillot (1885) - Rayée des listes dans les années 1890
    • Cuvellier (1885) - Rayée des listes dans les années 1890
    • Doucet (1885) - Rayée des listes dans les années 1900
    • Raynaud (1885) - Rayée des listes dans les années 1890
    • Rollandes (1885) - Rayée des listes dans les années 1900
  • Classe Opale
    • Opale (1892) - Rayée des listes dans les années 1900
    • Onyx (1893) - Rayée des listes dans les années 1900
 
L' Aisne en 1919 à Tancarville.
 
La Furieuse (F) en 1917.
  • Classe A 8 unités
    • A (Ardente, 1915) - Rayée en 1918
    • B (Brutale, 1915) - Rayée en 1918
    • C (Cruelle, 1915) - Renommée Aisne en 1918 et rayée en 1930
    • D (Décidée, 1915) - Rayée en 1918
    • F (Furieuse, 1915) - Rayée en 1918
    • G (Guerrière, 1915) - Renommée Marne en 1918 et rayée en 1930
    • H (1915) - Renommée Oise en 1918 et rayée en 1930
    • I (1915) - Renommée Somme en 1918 et rayée en 1930
  • Classe K 4 unités
    • K (1915) - Rayée des listes en 1918
    • L (1915) - Rayée des listes en 1918
    • M (1915) - Rayée des listes en 1918
    • O (1915) - Rayée des listes en 1918
  • Classe Mytho
    • Mytho (1933) - Coulé en 1945
    • Tourane (1936) - Sabordé en 1945

Canonnières de Chine (1900-1945)Modifier

À la suite de l'installation des Européens en Chine, au cours du XIXe siècle, l'utilité de disposer de navires armés capables de naviguer sur le Fleuve Jaune et sur le Fleuve Bleu fut reconnue. Les Français vont en mettre en œuvre, à partir de navires achetés sur place, construits en Grande-Bretagne ou en France[1].

 
HMS Woodcock, modèle pour les canonnières « Argus » et « Vigilante » (1900).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le remorqueur « Lieutenant Contal » est rebaptisé lors de sa transformation en canonnière (1905) et devient le « Pei-Ho ».
  2. Commandées en Angleterre, aux chantiers Thornycroft, ce sont des canonnières de type britannique « Woodcock ».

RéférencesModifier

  1. Les renseignements présentés ici sont tirés de l'ouvrage de l'amiral Estival.
  2. Estival 2001, p. 34-37.
  3. Estival 2001, p. 38-40.
  4. Estival 2001, p. 41-43.
  5. Estival 2001, p. 44-47.
  6. Estival 2001, p. 48-49.
  7. Estival 2001, p. 52-55.
  8. Estival 2001, p. 56-59.
  9. Estival 2001, p. 60-63.
  10. Estival 2001, p. 64-67.
  11. Estival 2001, p. 68.
  12. Estival 2001, p. 69-71.

BibliographieModifier

  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'histoire maritime, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 978-2-221-91285-0)
  • (en) Roger Chesneau et Eugène M. Koleśnik, Conway's All the World's Fighting Ships (1860-1905), [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921), [détail de l’édition]
  • Hervé Barbier, Les Canonnières françaises du Yang-Tsé. De Shangaï à Chongqing (1900-1941), Les Indes Savantes, 2004
  • Bernard Estival, Les canonnières de Chine : 1900-1945, Nantes, Marines Éditions, , 180 p. (ISBN 978-2-909576-74-9)
  • Arnaud d'Antin de Vaillac (Capitaine de vaisseau (R): Les canonnières du Yang-Tsé. Editions France-Empire, 1972 (269 pages)
  • G. de Carsalade du Pont (Capitaine de vaisseau(E.R.): La Marine française sur le haut-Yang tsé. Académie de Marine, Paris 7, 1963
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Toulon, chez l'auteur, , 527 + 591 p., 2 tomes (ISBN 2-9525917-0-9 et 2-9525917-1-7, présentation en ligne).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier