Liste des cadrans solaires d'Évreux

page de liste de Wikimédia

La ville d'Évreux est bien pourvue depuis le Moyen Âge en cadrans solaires.

Reste d'un cadran solaire du XIIIe siècle dans le couvent des capucins à Évreux, ancien monastère franciscain, vestige du patrimoine gnomique ébroïcien.

Centre-ville modifier

  • deux cadrans solaires sur la face ouest de la cathédrale Notre-Dame d'Évreux.
  • Cadran solaire de l'orangerie dans le jardin botanique[1],[2]
  • Cadran solaire du couvent des capucin face à la gare d'Évreux-Normandie avec la devise VITA FUGIT SICUT UMBRA « La vie s'enfuit comme l'ombre »
  • Cadran solaire de la grange saint Thomas à Évreux avec pour devise :"L'ombre danse est rie de nous"
  • Cadran solaire dans le lieu dit de la filandiere avec pour devise :"TEMPUS FGIT" "Le temps s'enfuit"
  • Cadran solaire du presbytère de la cathédrale d'Évreux avec la devise "SOL LUCET OMNIBUS" "Le soleil luit pour tous"[3].

Nétreville modifier

  • Cadran solaire en arc de cercle signé céphéus dattent de 1990 inscrit en chiffre romain MCMXC

Note et référence modifier

Références modifier

  1. Gianni Burattoni et Yves Abrioux, « Couleurs, jardin, ville », Interfaces. Image-Texte-Language, vol. 9, no 1,‎ , p. 7–17 (DOI 10.3406/inter.1996.1041, lire en ligne, consulté le )
  2. « Édifice religieux - CLOÎTRE DES CAPUCINS - Évreux », sur www.petitfute.com (consulté le )
  3. Antoinette Sangouard et Jacques Sangouard, « Les sources normandes dans l’achèvement de la cathédrale d’Albi à la fin du Moyen Âge », Bulletin Monumental, vol. 169, no 4,‎ , p. 319–334 (DOI 10.3406/bulmo.2011.8005, lire en ligne, consulté le )

Bibliographie modifier

Article connexe modifier

Lien externe modifier