Ouvrir le menu principal

Liste des abbés de Saint-Bénigne de Dijon

page de liste de Wikimedia

Cette liste des abbés de l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon couvre la période qui va de la fondation vers 535 à l'abbatiat de Guillaume en 989. Elle n'est pas totalement complète et exacte, non plus que l'orthographe des noms (assez libre à l'époque). Elle a été dressée à partir des chartes, qui ont été sujettes à des interprétations.

Sommaire

Abbés réguliersModifier

VIe siècleModifier

VIIe siècleModifier

  • (6e) : Bobolenus
  • (7e) : Richimar
  • (8e) : Æthebius
  • (9e) : Vidradus
  • (10e) : Hugo
  • (11e) : Odoleus
  • (12e) : Maurinus
  • (13e) : Wefchilamnus
  • (14e) : Aghbertus

VIIIe siècleModifier

  • (15e) : Bonolenus
  • (16e) : Gosvinus ou Godinus
  • (17e) : Thanottardus
  • (18e) : Aridius
  • (19e) : Hilderrannus
  • (20e) : Waldricus, évêque de Langres.

IXe siècleModifier

  • (21e) : Appolinaire († ). Abbé de Flavigny, et de Saint-Jean-de-Réome à Moutiers-Saint-Jean (817-825).
  • (22e) : Herregaudus, archidiacre de Langres vers 810.
  • (23e) : Herlebertus, chorévêque.
  • (24e) : Ingelramnus, chorévêque vers 810.
  • (25e) : Guido
  • (26e) : Teutraldus, évêque de Langres vers 850.
  • (27e) : Frodinus, vers 860.
  • (28e) : Bertilon († ~878), chorévêque, réformateur de l'abbaye et restaurateur de la première basilique.
  • (29e) : Saron, coadjuteur de Bertilon, puis abbé de Pothières.
  • (30e) : Ingon, vers 880.
  • (31e) : Hilderrannus, vers 881.
  • (32e) : Godefridus
  • (33e) : Walo
  • (34e) : Lantier, vers 895.

Xe siècleModifier

  • (35e) : Fulheictus
  • (36e) : Godradus, vers 912.
  • (37e) : Gozvinus († ~919).
  • (38e) : Panto († ~922).
  • (39e) : Suavus († ~932).

XIe siècleModifier

XIIe siècleModifier

  • (51e) : Adémar
  • (52e) : Henri
  • (53e) : Hugues-Béraud
  • (54e) 1129-1142 : Pierre Ier de Genève, auteur de la seconde réfection de l'église romane. Son tombeau fut transféré au-dessus du tympan de l'ancienne porte du cloître.
  • (55e) 1142-1145 : Pierre II de Beaune
  • (56e) 1145-1175 : Philippe
  • (57e) ~1175- ? : Jean
  • (58e) ? -1188 (†) : Aymon
  • (59e) 1188-1204 : Pierre III de Grancey. Il confirme en 1191 que les dîmes de Joux sont à l'abbaye de Moutiers-Saint-Jean et que Mathias, fils du maire de Chablis, renonce aux deux tiers des dîmes qu'il contestait aux moines de Moutiers[2]. Ses armoiries sont : « D'or au lion d'azur, couronné, armé et lampassé de gueules ».

XIIIe siècleModifier

XIVe siècleModifier

  • (74e) 1301-1304 : Giralde
  • (75e) 1304-1307 : Henri d'Arc
  • (76e) 1307-1310 : Millon de Bissey, auparavant abbé de Molesme (d'après l'abbé L. Chomton[5]).
  • (77e) 1310-1310 : Jean
  • (78e) 1310-1341 : Othon de Énegret. Ses armoiries sont : «  D'argent à la bande d'azur ».
  • (79e) 1341- ~1350 : Pierre VI de Ranzeville
  • (80e) ~1350 - ? : Pierre VII. En 1369, il rétablit la concorde entre Provence et Dauphiné. Il joue un grand rôle dans la pacification pendant les crises pape vs. antipape d'Avignon.
  • (81e) ~1363 - ? : Jean de Cloies dit aussi de Vaux. Ses armes sont : « À une clef posée en pal, le panneton en haut et à dextre, accompagné de trois oiseaux, deux en chef, un en pointe ».
  • (82e) 1371-1372 : Guillaume de Giac (? - 1376). Il a un frère, Pierre II de Giac, chancelier de France et favori du roi Charles VII. Un autre frère est Jean de Giac († 1383). Ses armoiries sont : «  D'or à la bande d'azur, accompagnée de six merlettes de sable, trois en chef, trois en pointe ».
  • (83e) 1372-1379 : Pierre VIII de Corbeton
  • (84e) 1379-1417 : Alexandre de Montagu. Ses armoiries sont : « Bordé d'or et d'azur de six pièces à la bordure de gueules, qui est de Bourgogne ancien, avec un canton à dextre, d'argent chargé de huit hermines posées 3, 2 et 3 qui est de Montagu-Sombernon »

XVe siècleModifier

  • (85e) 1417-1421 : Jean de la Marche
  • (86e) 1421-1434 : Étienne de la Feuillée. Ses armoiries sont : « de... à la bande de... chargée de cinq besaux à l'orle de... de... à la fasce de... à la bordure de... »
  • (87e) 1434-1438 : Pierre IX Brenot
  • (88e) 1439-1468 : Hugues de Montconis. Ses armoiries sont : « De gueules à deux fasces, l'une d'or en..., près du chef et l'autre d'argent ».
  • (89e) 1468-1474 : Humbert de Saubiez
  • (90e) 1474-1476 : Gauthier de Fallerans. Ses armoiries sont : « D'argent à la bande de sable, alias de gueules, côtoyée de deux bâtons ou côtoyée de sable au lambel à cinq pendants ».
  • (91e) 1476-1478 : Philibert Hugonet, évêque de Mâcon. Ses armoiries sont : « Vairé d'or et d'azur à la bande de gueules brochant sur le tout ».
  • (92e) 1478-1484 : Louis de Dinteville. Ses armoiries sont : « De sable à deux lions léopardés d'or, l'un sur l'autre ».
  • (93e) 1488-1490 : Pierre de Foix, évêque de Vannes et cardinal. Ses armoiries sont :

Parti :

  1. Écartelé :
    1. de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (de Navarre) ;
    2. d'or aux trois pals de gueules (d'Aragon) ;
    3. d'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur passant l'une sur l'autre (de Béarn) ;
    4. d'azur à trois fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules brochant sur le tout (d'Évreux) ;
    Sur le tout d'or aux deux lions léopardés de gueules, armés et lampassés d'azur, passant l'un sur l'autre (de Bigorre) ;
  2. Écartelé en sautoir :
    1. et 4. d'or aux quatre pals de gueules (de Foix) ;
    2. de gueules au château d'or ouvert et ajouré d'azur (de Castille) ;
    3. d'argent au lion de pourpre armé, lampassé et couronné d'or (de Léon)[6]
  • (94e) 1490-1507 : Claude de Charmes. Il continue d'administrer l'abbaye sous son successeur et décède en 1519. Ses armoiries sont : «  D'argent à une lande de gueules, chargée de trois quintefeuilles d'or  ».

XVIe siècleModifier

  • (95e) 1507-1519 : Charles de Baissey, neveu du précédent. Ses armoiries sont : «  D'azur à trois quintefeuilles d'argent, posées 2 & 1 ».
  • (96e) 1520-1525 : René de Bresche, dernier abbé régulier. Ses armoiries sont : «  D'or au chevron de gueules accompagné de trois aiglettes d'azur becquées et membrées de gueules qui est celui de la Trémouille ». René de Bresche appartient à cette maison.

Abbés commendatairesModifier

XVIe siècleModifier

XVIIe siècleModifier

XVIIIe siècleModifier

Notes et référencesModifier

  1. Rivet donne pour date de la mort de Jarenton en 1112 ou 1113. Voir D. Antoine Rivet (bénédictin), Histoire de la Vie & des Écrits de Javenton, abbé de Saint-Bénigne de Dijon, t. IX, p. 526-554.
  2. Archives de l'Yonne, fonds de Quincy, Cartulaire général de l'Yonne.
  3. L'abbé Claude Courtépée le donne comme 64e abbé de St Bénigne. Voir Claude Courtépée, Description historique et topographiue du duché de Bourgogne : Dijon, le Dijonois, une notice du bailliage de Beaune, et l'histoire de cette ville, vol. 2, Dijon, L.N. Frantin, 1777 (lire en ligne), p. 312.
  4. Courtépée, op.cit, p.312
  5. Abbé L. Chomton, Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon.
  6. (it) « Foix (de) (Fuxo) fra Pietro, juniore », sur araldicavaticana.com (consulté le 12 février 2012).

BibliographieModifier

  • Abbé L. Chomton, Histoire de l'église Saint-Bénigne de Dijon, Dijon, 1900, liste des abbés., p. 455 et suivantes.

Articles connexesModifier