Ouvrir le menu principal

Liste des compagnons de la Libération

page de liste de Wikipédia
(Redirigé depuis Liste des Compagnons de la Libération)
Article général Pour des articles plus généraux, voir Compagnon de la Libération et Ordre de la Libération.
Croix de la Libération.

Mille trente-huit personnes, cinq communes et dix-huit unités combattantes ont été nommées compagnons de la Libération car elles se sont « signalées dans l'œuvre de libération de la France et de son Empire[a] » durant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi ces 1 038 compagnons, 271 l'ont été à titre posthume, soixante n'étaient pas Français au moment d'être nommés[2] et six sont des femmes.

Sommaire

Unités militairesModifier

CommunesModifier

 
Plaque avec la liste des compagnons, au musée de l'Armée, à Paris.

Les cinq « collectivités civiles » décorées sont les communes de[3] :

Femmes compagnonsModifier

Les compagnonsModifier

AModifier

BModifier

CModifier

DModifier

EModifier

FModifier

GModifier

HModifier

IModifier

JModifier

KModifier

LModifier

MModifier

NModifier

OModifier

PModifier

QModifier

RModifier

SModifier

TModifier

UModifier

VModifier

WModifier

ZModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Article 1er de l'ordonnance de [1].
  2. Laure Diebold a pour nom de jeune fille « Laure Mutschler » ; son nom est parfois orthographié « Diebolt ».
  3. Sir Winston Churchill a été nommé en 1958 alors que la liste était forclose depuis 1946, en raison de la grandeur de ses actions.
  4. Le résistant Paul Aribaud ayant comme pseudonyme « Duchene » a parfois été confondu avec Antoine Duchêne.
  5. a et b D'après l'article du Monde de Benoît Hopquin[9] ; l'identité exacte et notamment la certitude du prénom de ces compagnons de la Libération a été perdue, malgré les recherches de Vladimir Trouplin, le conservateur du musée de l'ordre de la Libération.
  6. Ou « N'Gargué », « NGargué », « Gargue », « NGargue », « N'Gargue », peut-être prénommé Félicien[10].
  7. Il a été nommé compagnon de la Libération à titre posthume en 1960 alors que la liste était forclose depuis 1946.
  8. Son nom complet est « Olivier Harty de Pierrebourg ».
  9. Peut-être prénommé Ange[12].

RéférencesModifier

  1. « Ordre de la Libération - L'admission dans l'ordre - Critères d'admission », sur ordredelaliberation.fr, (consulté le 5 juillet 2014).
  2. « Liste des compagnons étrangers et d'origine étrangère », sur ordredelaliberation.fr.
  3. « Les communes », sur ordredelaliberation.fr, ordre de la Libération (consulté le 1er juillet 2016).
  4. « Nantes », citation, historique et discours prononcé par le général de Gaulle le 14 janvier 1946 à Nantes, sur ordredelaliberation.fr, ordre de la Libération (consulté le 1er juillet 2016).
  5. « Grenoble », citation, historique et discours prononcé par le général de Gaulle le 5 novembre 1944 à Grenoble, sur ordredelaliberation.fr, ordre de la Libération (consulté le 1er juillet 2016).
  6. « Paris », citation et historique, sur ordredelaliberation.fr, ordre de la Libération (consulté le 1er juillet 2016).
  7. « Vassieux-en-Vercors », citation et historique, sur ordredelaliberation.fr, ordre de la Libération (consulté le 1er juillet 2016).
  8. « Île-de-Sein », citation, historique et déclaration du général de Gaulle sur l'île de Sein le 30 août 1946, sur ordredelaliberation.fr, ordre de la Libération (consulté le 1er juillet 2016).
  9. « À la recherche des héros disparus », sur lemonde.fr, Le Monde,
  10. « Notice de Gargué », sur ordredelaliberation.fr.
  11. « Albert Grand, compagnon de la Libération », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Pâtissier à ses débuts, il s’était engagé en juin 1934 au titre du Régiment d’Artillerie coloniale du Levant. Il entend l’Appel du général de Gaulle à Largeau, au Tchad, Dès août 1940, il assure par sa décision, le ralliement à la France libre du personnel sous ses ordres. Combattant au sein de l’infanterie coloniale, il s’était distingué au sein des forces du général Leclerc. Promu sous-lieutenant en janvier 1945, il a terminé la guerre en Allemagne, à Berchtesgaden ».
  12. « Notice de Pois », sur ordredelaliberation.fr.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier