Liste des évêques de Léon

page de liste de Wikipédia

Le diocèse de Léon a existé du VIe siècle jusqu'en 1790 et couvrait le territoire de l'actuel Finistère. La loi sur la constitution civile du clergé, votée le par l'Assemblée nationale constituante instituait un diocèse par département. Amputé des paroisses situées dans le département des Côtes-du-Nord, le diocèse de Léon sera uni à celui de Cornouaille et à une partie de celui de Tréguier pour former le diocèse du Finistère, cette décision sera confirmée par le Concordat de 1801 qui entérinera l'existence de cette nouvelle circonscription sous le nom de diocèse de Quimper et Léon.

Liste des évêquesModifier

La présente liste des évêques de Saint-Pol-de-Léon est donnée par Albert le Grand est, pour plusieurs noms en italiques ci-dessous, d'une authenticité impossible à vérifier. Pour les premiers titulaires, jusqu'à Saint Gouesnou inclus, bien que les premières sources écrites soient tardives, la constance des traditions, et spécialement du culte dont ils sont l'objet, est un argument de très grand poids.

Les blasons des évêques de Léon sont consultables sur un site Internet[1].

Haut Moyen ÂgeModifier

  • saint Paul Aurélien, ou Pol Aurélien, ou Pol de Léon, VIe siècle ;
  • saint Jaoua et Tigernomaglus, du vivant de saint Pol qui s'était retiré dans son abbaye
  • saint Paul II ;
  • Cetomerinus/Cetomerimus ;
  • saint Houardon ;
  • saint Goueznou ou Guinou ou Gouesnou, mort probablement en 675 à Quimperlé ;
  • Gilbert ;
  • Guyomark ;
  • Léonorius ;
  • Libéralis (déposé de 850 à 866, mort en 867) ;
  • Dotwoion, 850-866 ;
  • Hinvoret, 884 ;
  • Isaias ;
  • saint Goulven (Xe siècle) (?) ;
  • saint Thénénan, successeur de saint Goulven ;
  • Hesdren, avant 940 transféré à Nantes par Alain Barbetorte;
  • Conan, mort vers 945 ;
  • Jacques ou Jacobus Transmarinus mort vers 950 ;
  • Mabbon, se retire vers 960;
  • Paulinien (?) ;
  • Constantin ou Rethwalatr ou Dresdcand, en 990 évêques cités sans précision de siège parmi les neuf évêques de Bretagne ayant soucrit comme témoins à une charte de Conan Ier en faveur de l'abbaye du Mont Saint-Michel.
  • Eudon, 995, après en 1019 ;

Moyen Âge centralModifier

Moyen Âge tardifModifier

Époque moderneModifier

Fin et rattachementModifier

Depuis 1790, le siège est supprimé et rattaché à celui de Quimper au sein du diocèse de Quimper et Léon. La liste des évêques est présentée comme liste des évêques de Quimper et Léon.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. https://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf_divers/blasons-leon.pdf
  2. Louis Moreri, "Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane", tome 2, 1732, https://books.google.fr/books?id=-0dKmBsVwp4C&pg=PA319&lpg=PA319&dq=Concile+de+Dol&source=bl&ots=XTBEQ9LTXb&sig=qAgfaiVjakPWMqU22rCksUHkU0A&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwih_q7V68TXAhXFMBoKHZrnA5kQ6AEISzAF#v=onepage&q=Concile%20de%20Dol&f=false
  3. Dès le 22 mars 1472, cependant il est possible qu'il s'agissait du 22 mars 1473, car l'année 1473 se commença le 18 avril, le jour de Pâques. Lettres patentes de Louis XI, La Croix-Saint-Ouen, le 13 juin 1474

Source partielleModifier

  • André Oheix, Les Évêques de Léon aux Xe et XIe siècles (Extr. des «Mémoires de l'Association bretonne», Congrès de Saint-Pol-de-Léon, septembre 1911), Nantes, L. Durance, , 12 p., In-8° (BNF 34104658).

Articles connexesModifier