Liste des édifices bénédictins en Belgique

Cet article présente la liste des édifices bénédictins en Belgique, actifs ou ayant existé sur le territoire belge actuel, c'est-à-dire des monastères, des abbayes et des prieurés qui suivent la règle de saint Benoît, mais sans tenir compte des communautés cisterciennes et trappistes. Avant l'établissement de tels édifices, des constructions intermédiaires ont pu voir le jour et servir de point d'ancrage (oratoire, ermitage, chapelle, église, cloître, sanctuaire, cellule monastique, collégiale, abbatiale, ferme, etc).

Ces édifices bénédictins ont formé, à différentes époques, des congrégations ou des groupements, dont les principaux, pour les édifices belges, sont la Congrégation de l'Annonciation, la Congrégation de Bursfelde, la Congrégation de Subiaco Mont-Cassin et la Congrégation Mère de la Paix.

Pour chaque édifice bénédictin, il est précisé sa localisation, la mention de moines ou de moniales associée aux dates de début et de fin du statut d'édifice bénédictin, l'indication si la communauté est toujours active et son groupement éventuel. Enfin, sur deux ou trois lignes, il est évoqué l'origine du rassemblement de la communauté.

Drapeau de la Belgique BelgiqueModifier

  Région de Bruxelles-CapitaleModifier

  • Abbaye de l'Assomption Notre-Dame de Bruxelles, moniales (1599-?) (Bruxelles), bénédictines anglaises[1].
  • Abbaye de Forest (Forest), moniales bénédictines entre 1105 et 1796, l'abbaye n'étant plus en activité
    Sur un terrain offert par Gislebert d’Alost, l’abbé d’Afflighem fonde en 1105 une communauté de moniales nobles, regroupant des sœurs et épouses de nobles de la région, partis eux en croisade. Le village de Forest ne compte alors que quelques maisons au bord du Geleytsbeek, près d’une chapelle consacrée à sainte Alène et d’une petite église paroissiale de bois dédiée à Saint-Denis.
 
 
Forest
Édifices bénédictins sur la carte de la Région de Bruxelles.

  Région flamandeModifier

  Province d'AnversModifier

  • Abbaye de Bonheiden (Bonheiden), moniales bénédictines toujours en activité depuis 1975, dans cette abbaye membre de la congrégation de Subiaco Mont-Cassin
    L'abbaye a été construite en 1965 en tant que maison rédemptoriste puis a été transférée aux bénédictins en 1975, avant de partager les bâtiments de l'établissement avec la communauté laïque de Moriya en 2015.
 
 
Anvers
 
Bonheiden
Édifices bénédictins sur la carte de la province d'Anvers.

  Province du Brabant flamandModifier

  • Abbaye Maria-Mediatrix-en-Sainte-Wivine d'Affligem (Affligem), moniales bénédictines toujours en activité
  • Abbaye du Mont César / Keizersberg (Louvain) : habitée par des moines bénédictins depuis 1899, l'abbaye est toujours en activité (congrégation de Subiaco)
    Le site a abrité un château-fort démoli sous l'empereur Joseph II en 1782. Neuf moines venus de l'abbaye de Maredsous s'y installèrent en 1888, construisant de nouveaux bâtiments l'année suivante en incorporant les ruines d'une commanderie de Templiers qui surplombait le côté est de la colline.
 
 
Louvain
 
Affligem
 
Kortenberg
 
Sainte-Wivine
 
Mont-César
 
Vlierbeek
Édifices bénédictins sur la carte du Brabant flamand.

  Province de Flandre-OccidentaleModifier

  • Prieuré Notre-Dame de Béthanie, bénédictines missionnaires
  • Abbaye Saint-André de Bruges (quartier Sint-Andries à Bruges, puis lieu-dit Zevenkerken à Loppem), moines bénédictins depuis 1117 et toujours en activité
    La charte du prieuré est signée le 22 février 1100 et le comte Robert II de Flandre la ratifie en juin de la même année. Il est décidé de le construire sur le site de l'actuelle église Saint-André-et-Sainte-Anne. Les premiers moines arrivent le 17 août 1117. En 1185, le prieuré est élevé au rang d'abbaye, et en 1188, l'abbaye devient indépendante de son abbaye-mère d'Affligem.
  • Abbaye Sainte-Godelieve de Bruges (Bruges), moniales bénédictines entre 1623 et 2013
    Les origines de l’abbaye remontent bien au-delà de 1623, quand des religieuses qui suivaient la Règle de Saint-Benoît s’étaient installées à Gistel au XIe siècle, sur les lieux où sainte Godelieve vécut et mourut en martyr. Ce n’est que durant la seconde moitié du XVIe siècle que la congrégation a quitté Gistel pour chercher refuge et sécurité dans la ville fortifiée de Bruges.
  • Béguinage de Bruges (appelé aussi monastère de la Vigne) (Bruges), moniales bénédictines depuis 1927 et toujours en activité
    Vers 1225, un groupe de jeunes filles sans ressource forme une association pieuse de béguines. Elles s’installent près d’un cours d’eau, en un endroit isolé appelé La Vigne, un peu à l’extérieur de la ville, et gagnent leur vie en travaillant la laine pour les tisserands. La comtesse de Flandre, Marguerite de Constantinople, les prend sous sa protection en 1245.
  • Abbaye Notre-Dame des Dunes (Coxyde puis Bruges), moines bénédictins depuis 1127 jusqu'en 1138
    En 1107, un ermite bénédictin, Ligier, et ses disciples, installent leur ermitage au milieu de dunes sauvages dans une région peu habitée de la Flandre-Occidentale : quelques huttes et une petite chapelle. Vingt ans plus tard (1127), l’abbé Foulques, successeur de Ligier, construit une chapelle et des bâtiments plus solides.
  • Abbaye Sainte-Godelieve de Gistel (Gistel), moniales bénédictines à partir du XIe siècle, aujourd'hui moniales et moines au sein de la congrégation Mère de la Paix
    Un château aurait été témoin, en 1070, du meurtre de Godelieve perpétré par le seigneur Bertulphe, son mari, qui lui reprochait d'être chrétienne. Un monastère aurait alors été établi à cet endroit, fondé par la fille de Godelieve.
  • Abbaye Notre-Dame-de-la-Paix de Menin (ou des Saints-Anges), moniales
  • Abbaye Saint-Pierre-et-Notre-Dame de Merkem (section Merkem, Houthulst), moniales
  • Abbaye Notre-Dame de Messines (Messines), moniales bénédictines déjà en 1065, date d'existence d'une crypte romane
  • Abbaye Notre-Dame de Piété (Poperinge), moniales bénédictines depuis 1635, l'institution est relevée en 1805
    C'est à l'origine un prieuré fondé en 1635.
  • Abbaye du Sacré-Cœur de Steenbrugge (quartier Steenbrugge, Bruges), moines encore en activité ?
  • Abbaye des Dames irlandaises d'Ypres (Ypres), moniales
  • Abbaye Saint-Jean-au-Mont d'Ypres (Ypres), moines
  • Abbaye Sainte-Marie de Zonnebeke (Zonnebeke), moniales
 
 
Bruges
 
Zevenkerken
 
Béguinage de Bruges
 
Notre-Dame des Dunes
 
Gistel
 
Oudenburg
Édifices bénédictins sur la carte de Flandre-Occidentale.


  Province de Flandre-OrientaleModifier

  • Abbaye des Saints-Pierre-et-Paul de Termonde (Termonde), moines bénédictins depuis 1837 et toujours en activité en 2016
    Fondée en 1837 par Dom Veremundus D'Haens, moine bénédictin natif du lieu, l'abbaye s'est d'abord installée dans l'ancien couvent des Capucins de Termonde. À partir de 1886, des constructions nouvelles ont vu le jour.
  • Abbaye Saint-Sauveur d'Éname (section Nederename, Audenarde), moines bénédictins présents depuis 1063, abbaye dorénavant détruite
    Dans le conflit qui oppose la France et la Flandre, l'abbaye d'Eenaeme est rasée en 1054 et annexée à la Flandre. À l’emplacement d’Eenaeme, afin de pacifier la région, du temps de Baudouin V, en 1063, on érige un cloître.
  • Abbaye des Dames anglaises de Gand, moniales
  • Abbaye Notre-Dame du Rijke Gasthuis de Gand, moniales
  • Abbaye Saint-Pierre (puis Saint-Adrien) de Grammont (Grammont), moines
  • Abbaye Saint-Géry de Haaltert (Haaltert), moines
  • Abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Renaix (Renaix), moines
  • Abbaye de Tronchiennes (ancien village Tronchiennes, Gand), moines bénédictins depuis la fondation jusqu'en 884, désaffectée en 2016
    Selon une source, l'abbaye fut d'abord un monastère bénédictin du VIIe siècle, détruit par les normands et convertit en chapitre séculier en 884.
 
 
Baudeloo
 
Gand
 
Dendermonde
 
Éname
 
Saint-Bavon de Gand
 
Saint-Pierre de Gand
Édifices bénédictins sur la carte de Flandre-Orientale.

  Province de LimbourgModifier

  • Abbaye d'Aldeneik (Maaseik), moniales bénédictines entre 728 et 952
    Dans les années 720, les deux sœurs Harlindis et Relindis fondent un ermitage le long de la Meuse, sur un territoire appartenant à leur père. Avec l'appui de Willibrord d'Utrecht, l'abbaye est officiellement fondée en 728.
  • Abbaye de Saint-Trond (Saint-Trond), moines bénédictins depuis 938 jusqu'en 1793
    Trudon, fils de Wicbolde, au retour de Metz où il a été ordonné prêtre bâtit, en 656, dans sa propriété, un prieuré monastique avec église qui devient le centre de ses activités missionnaires dans la Hesbaye. Quelques moines missionnaires vivent alors avec lui lorsqu’ils ne circulent pas dans la région.
  • Abbaye Sainte-Catherine de Saint-Trond, moniales
  • Abbaye de Tongres (Tongres), moines

 

 
Hasselt
 
Aldeneik
 
Munsterbilzen
 
Saint-Trond
Édifices bénédictins sur la carte de Limbourg.

  Région wallonneModifier

  Province du Brabant wallonModifier

  • Monastère Saint-André de Clerlande (Ottignies-Louvain-la-Neuve), moines bénédictins depuis 1970 et toujours en activité
    Il s'agit d'un prieuré fondé en 1970 par l’abbaye Saint-André de Bruges. En 1966, un premier groupe de moines s’installe dans des locaux provisoires. C’est le début de la vie monastique. En 1970, des bâtiments adaptés à une vie monastique moderne, telle que souhaitée par le concile Vatican II, sont construits au cœur du bois de Lauzelle. Ces bâtiments permettent d’envisager une vie monastique bénédictine plus souple et dans un cadre plus simple et dépouillé que celui d’une grande abbaye.
  • Abbaye Santa-Maria de Cortenberg, moniales (1095-?)
  • Monastère de Rixensart (Rixensart), moniales
 
 
Wavre
 
Clerlande
 
Basse-Wavre
Édifices bénédictins sur la carte du Brabant wallon.

  Province de HainautModifier

  • Abbaye de la Sainte-Trinité et de Saint-Géry d'Aubechies (section Aubechies, Belœil), moines
  • Abbaye La Paix de Jésus (Blandain), moniales bénédictines depuis 1904 et toujours en activité
    Le prieuré d'origine fondé en 1904 se situe dans le prolongement d'un établissement de moniales bénédictines créé en 1612 à Arras puis transféré à Douai. Statut d'abbaye obtenu en 1912.
  • Abbaye Sainte-Monégonde de Chimay, moines
  • Abbaye de Ghislenghien (section Ghislenghien, Ath), moniales bénédictines de sa fondation vers 1126 jusqu'en 1481
    Le monastère, fondé vers 1126 par Ide de Chièvres et Ide d'Ath, est réservé aux nobles dames bénédictines.
  • Prieuré de Heigne (hameau de Heigne, section Jumet, Charleroi), moines bénédictins depuis 1231 jusqu'à la Révolution française
    Au XIIe siècle, Heigne est un lieu de pèlerinage relativement important. Une véritable vénération à la Vierge fait que, très tôt, un petit sanctuaire en bois y est construit. Ce sanctuaire devenant trop petit, les moines de l'abbaye de Lobbes construisent une église en remplacement. En 1231, cette église de Heigne est séparée de l'église paroissiale et donnée à l'abbaye de Lobbes.
  • Abbaye Saint-Pierre de Lobbes (Lobbes), moines bénédictins depuis 654 jusqu'en 1794
    Un monastère est créé en pays mérovingien, autour d’un brigand devenu ermite, Landelin, dont l’austère vie de sainteté religieuse impressionne et attire des adeptes. Accompagné des disciples Adelin et Domitien, il y construit un oratoire et quelques petites cellules pour y garder et vénérer les reliques de saints qu’il a ramenées de son troisième pèlerinage à Rome.
  • Abbaye de la Paix-Notre-Dame de Mons (Mons), moniales
  • Abbaye de Saint-Ghislain (ou Saint-Pierre-Saint-Paul de la Celle) (Saint-Ghislain), moines bénédictins depuis le Xe siècle jusqu'en 1796
    Saint Ghislain, le fondateur, est d’origine franque. Il s’installe comme ermite dans une forêt du Hainaut. La présence de disciples près de sa cellule forme une petite communauté autour de ce qui est appelé la Celle Saint-Pierre. L’endroit lui est donné par le roi d’Austrasie. Généreux, le roi Dagobert Ier soutient la fondation. Le monastère est construit vers 650.
  • Abbaye Saint-Martin de Tournai (Tournai), moines bénédictins depuis à partir de 1095 jusqu'en 1797
    Dès le IVe siècle, saint Piat, mort à Tournai vers 286, évangélisait la région de Tournai, alors bourg romain ayant une certaine importance. Une nouvelle évangélisation commence au VIIe siècle avec saint Éloi, évêque de Noyon et de Tournai, qui, pour promouvoir l’activité missionnaire dans la région du Tournaisis fonde ce monastère.
 
 
Mons
 
Aulne
 
Ghislenghien
 
Lobbes
 
Broqueroie
 
St-Ghislain
 
Tournai
Édifices bénédictins sur la carte de Hainaut.

  Province de LiègeModifier

  • Abbaye de Malmedy (Malmedy), moines bénédictins depuis le Xe siècle jusqu'en 1796
    Avec le soutien du roi d’Austrasie, Sigebert III, Saint Remacle, un moine venu d’Aquitaine fonde entre 647 et 650 deux monastères, l’un à Stavelot et l’autre à Malmedy, alors une contrée inhabitée. Les moines suivent probablement les coutumes introduites par les moines missionnaires irlandais de saint Colomban.
  • Abbaye Saint-Jacques de Liège (Liège), moines bénédictins du XIe siècle jusqu'en 1785
    Cette abbaye doit sa fondation à Balderic II qui la fit édifié vers 1016, à la pointe de l'île, en marge de la cité, soucieux d'établir un équilibre entre les deux modes de vie religieuse qui opposait le clergé régulier au clergé séculier. Baudry, fils de Louis De Loos, élu évêque de Liège en 1008, accepta cette fondation.
  • Abbaye de la Paix Notre-Dame de Liège (Liège), moniales bénédictines à partir de 1627 et toujours en activité
    La construction de l'abbatiale débute en 1677 d'après les plans d'Aldegonde Desmoulins qui devient ainsi la première femme architecte.
  • Abbaye de Stavelot (Stavelot), moines bénédictins depuis le Xe siècle jusqu'en 1804
    Cette abbaye est fondée en 651 par saint Remacle. En 685 est construite la première église abbatiale par l'abbé Goduin. Dès cette époque, les donations royales (Childéric II en 670) avaient doté l'abbaye d'un domaine que les immunités mérovingiennes et carolingiennes soustrayaient à l'action directe des fonctionnaires.
 
 
Liège
 
Malmedy
 
Stavelot
 
Saint-Victor
Édifices bénédictins sur la carte de la Province de Liège.
 
 
La Paix Notre-Dame
 
Saint-Jacques de Liège
 
Saint-Laurent de Liège
Édifices bénédictins sur la carte de la Ville de Liège.

















  Province de LuxembourgModifier

  • Monastère d'Hurtebise (Saint-Hubert), moniales bénédictines depuis 1935 et toujours en activité (congrégation de l'Annonciation)
    Des moniales reprennent en 1935 une ancienne ferme sur le plateau d'Hurtebise, situé à 550 mètres d'altitude, pour y construire en 1938 un nouveau monastère.
  • Prieuré de Muno (section Muno, Florenville), moines bénédictins depuis 1053 jusqu'à la fin du XVIe siècle
    Ce prieuré entouré d'ifs est établi en 1053 par des Bénédictins.
  • Abbaye de Saint-Hubert (Saint-Hubert), moines bénédictins depuis 817 jusqu'en 1797
    Selon une légende, en 687, Plectrude s’arrête auprès d’un ruisseau de son domaine pour s’y reposer, puis découvre à ses pieds un billet cousu de fil d'or. Plus tard, son mari, Pépin, consulte son aumônier, Bérégise, qui y voit un message du ciel, Pépin accordant alors une charte de fondation et chargeant son aumônier de fonder là une communauté religieuse qui habitera donc plus tard dans une abbaye.

 

 
Arlon
 
Saint-Hubert
 
Hurtebise
 
Orval
Édifices bénédictins sur la carte de Luxembourg.

  Province de NamurModifier

  • Abbaye d'Andenne (Andenne), moines et moniales bénédictins depuis 692, jusqu'à une congrégation noble de chanoinesse avant 1101
    L'abbaye fut fondée par sainte Begge, veuve d'Ansegisel vers 692, adoptant d'abord une organisation mixte.
  • Abbaye Saint-Hadelin de Celles-sur-Lesse (Celles), moines
  • Abbaye de Chevetogne (village section Chevetogne, Ciney), moines bénédictins de rites latin et byzantin depuis 1901 et toujours en activité
    À l'origine, c'est un château construit au XIXe siècle par le bourgmestre de Chevetogne, Charles Delvaux de Fenffe, à l'intérieur duquel les moines bénédictins de l'abbaye Saint-Martin de Ligugé viennent trouver refuge après avoir été chassés de France.
  • Prieuré d'Ermeton-sur-Biert (section Ermeton-sur-Biert, Mettet), moniales bénédictines toujours en activité
    À l'origine, il s'agit du château féodal d'Oultremont (XIVe siècle et pour l'essentiel XVIe siècle) restauré en 1632, 1754 et 1903, ensuite transformé en prieuré en 1936 et racheté par les moniales en 1942.
  • Abbaye de Florennes (Florennes), moines bénédictins entre 1027 et 1796
    Des religieux conduits par un Gérard, chanoine à la cathédrale de Reims et fils du seigneur de Florennes, s’installent vers 1010 à Florennes. Ils reçoivent alors la charge pastorale de l'église. L'abbaye leur est cédée en 1025, la fondation officielle datant de 1027.
  • Abbaye Saint-Pierre et Exupère de Gembloux (Gembloux), moines bénédictins de 936 à 1796
    Saint Guibert, originaire de Lorraine et lassé de sa carrière militaire, s'installa comme ermite dans un domaine familial, à Gembloux. Des disciples venant à lui, il décida de construire un monastère, fit un séjour à l'abbaye bénédictine de Gorze en Lorraine et y ramena le moine Erluin comme premier supérieur pour son monastère.
  • Abbaye Notre-Dame de Malonne (Malonne), ???
  • Abbaye Sainte-Scholastique de Maredret (village Maredret, Anhée), moniales bénédictines depuis 1893 et toujours en activité (congrégation de l'Annonciation)
    C'est sous l'impulsion d'Agnès de Hemptinne que naît le projet d'établir une communauté de moniales bénédictines sur une des collines surplombant le village de Maredret et la vallée de la Molignée. La première pierre de l'abbaye est posée le 5 août 1891 sur un terrain offert par la famille Desclée. La construction s'étale jusqu'en 1936.
  • Abbaye du Saint Désert de la Marlagne (section Wépion, Namur), moniales bénédictines à partir de 1919
    C'est une ancienne abbaye située sur le plateau de la Marlagne, habitée un temps par des moniales bénédictines, à compter de 1919, lesquelles se sont fixées plus tard au prieuré d'Ermeton-sur-Biert.
  • Abbaye de Waulsort (section Waulsort, Hastière), moines bénédictins depuis le Xe siècle jusqu'en 1793.
    Un groupe d’une douzaine de moines conduits par saint Maccalan arrivent d’Écosse et s’installent en Haute-Meuse vers 940. Ils sont invités par Eilbert de Florennes, qui souhaite fonder une abbaye en réparation d’une mauvaise action commise. Une charte datant de 946, octroyée par l’empereur Othon le Grand ratifie cette fondation.
 
 
Namur
 
Brogne
 
Andenne
 
Chevetogne
 
Gembloux
 
Maredret
 
Maredsous
 
Waulsort
 
Ermeton-sur-Biert
 
Marlagne
Édifices bénédictins sur la carte de la Province de Namur.

A rangerModifier

  • Abbaye de Moorsel (Flandre-Orientale ou Brabant flamand ?), moniales

Notes et référencesModifier

  1. Monastère créé après la suppression des communautés britanniques sous Henri VIII.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :