Lioux

commune française du département de Vaucluse

Lioux
Lioux
Église et falaise de Lioux.
Blason de Lioux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Apt-Luberon
Maire
Mandat
Francis Farge
2020-2026
Code postal 84220
Code commune 84066
Démographie
Gentilé Liouxois, Liouxoises
Population
municipale
290 hab. (2018 en augmentation de 16,94 % par rapport à 2013)
Densité 7,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 51″ nord, 5° 18′ 10″ est
Altitude 315 m
Min. 237 m
Max. 885 m
Superficie 38,89 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Apt
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Lioux
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Lioux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lioux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lioux

Lioux est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

GéographieModifier

Lioux est un petit village au nord d'Apt et au pied sud des plateaux des monts de Vaucluse. Le village fait partie du périmètre du parc naturel régional du Luberon.

Le village est au pied de la falaise de la Madeleine (orientée nord-est - sud-ouest).

Le village de Joucas est à 7 km, Murs est à 9 km, Roussillon à 9 km, Saint-Saturnin-lès-Apt à 10 km et Gordes à 11 km.

Communes limitrophes de Lioux
Méthamis Monieux
 
Murs Saint-Saturnin-lès-Apt

Accès et transportsModifier

La gare TGV la plus proche est la gare d'Avignon TGV. La commune est desservie par les sorties de l'autoroute A7 à Avignon Sud ou Cavaillon.

ReliefModifier

 
La combe de Lioux.

Le territoire de la commune est caractérisé par un fort vallonnement de forêts et de bois entre lesquels les ruisseaux se fraient un passage dans les combes (la Cigalière, Vaumale, etc.).

L'élément du relief le plus marquant de la commune est la falaise de la Madeleine qui culmine à près de 100 mètres de haut. Il existe d'autres falaises sur la commune le long de la grande combe de Lioux.

Le Grand Adrech (890 m), (876 m), Chante Coucou (769 m)[Quoi ?]

Occupation des solsModifier

Plusieurs forêts domaniales : Javon, Saint-Lambert et Eymians.

SismicitéModifier

 
Falaise de la Madeleine.

La falaise de la Madeleine à Lioux, longue de sept kilomètres et d'une hauteur culminant à 80 mètres, est une faille orientée NE-SO. Elle est constituée de calcaire du bédoulien (aptien inférieur) à faciès urgonien. Elle a fonctionné de l'éocène à l'oligocène[1].

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse, dont celui de l'Isle-sur-la-Sorgue auquel appartient la commune, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2]

GéologieModifier

La formation de la falaise de la Madeleine a été datée d'environ 30 millions d'années[3]. Géologiquement, c'est le résultat de la poussée qui a formé les monts de Vaucluse[4].

Panorama de la falaise de la Madeleine.

ClimatModifier

La commune est située dans la zone d'influence du climat méditerranéen. Après une année 2007 caractérisée par une très faible pluviométrie, 435 mm d'eau en pays d'Apt, 2008 avec 1 202 mm, soit 2,8 fois plus, se place juste derrière l'année 1968. Quant à la moyenne des températures, elle augmente de 0,5°, l'hiver et le printemps ayant été très doux. Le temps pluvieux a affecté la durée de l'ensoleillement avec une centaine d'heures en dessous de la normale[5].

Relevé météorologique d'Apt
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 4 6 9 13 16 19 19 16 13 7 4 10,7
Température moyenne (°C) 7 8 11 13,5 18 21,5 24,5 24,5 21,5 17 11 8 15,5
Température maximale moyenne (°C) 11 12 16 18 23 27 30 30 25 21 15 12 19,2
Précipitations (mm) 35,3 21,3 21,9 40,6 26,7 14,6 8,2 18,3 57 52,3 39,1 25,6 361,1
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
11
3
35,3
 
 
 
12
4
21,3
 
 
 
16
6
21,9
 
 
 
18
9
40,6
 
 
 
23
13
26,7
 
 
 
27
16
14,6
 
 
 
30
19
8,2
 
 
 
30
19
18,3
 
 
 
25
16
57
 
 
 
21
13
52,3
 
 
 
15
7
39,1
 
 
 
12
4
25,6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Lioux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (85,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (78,1 %), zones agricoles hétérogènes (13 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,4 %), prairies (1,1 %), cultures permanentes (0,4 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

ToponymieModifier

Cité en 960 sous la forme Leuca, au XIIe Leu, puis Lhieous et enfin Lueux au XIVe siècle.

Nom de personne gaulois Leucus selon Ernest Nègre[13] sous-entendu Leucis (terris) au locatif pluriel « aux terres de Leucis ». Le nom est issu du gaulois leuca (brillant, clair) que l'on rencontre dans le nom de tribu des Leuques et dans l'épithète gauloise de Mars Leucotius[14].

Homonymie étymologique avec Lieoux (Haute-Garonne), Liouc (Gard, de Leuco 1156.), Lieuche (Alpes-Maritimes, Leuca)[15].

HistoireModifier

 
Le village, vu du haut de la falaise.

Contraint de contourner la route proche de la côte, Hannibal serait passé par Lioux pour gagner la route des Alpes. C'est pourquoi l'éléphant est présent sur les armoiries de la ville.

  • Le Fief des d'Agoult, puis des Astouaud.

Au début du XVIe siècle, le nord du territoire actuel, dont Javon, est cédé aux Baroncelli (devenus depuis Baroncelli-Javon) alors qu'il faisait partie du Comtat Venaissin.

HéraldiqueModifier

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

Coupé : au premier d'azur à la barre d'or, au second d'argent à un éléphant aussi d'azur.

Politique et administrationModifier

 
Mairie de Lioux.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1985 en cours Francis Farge DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

FiscalitéModifier

L'imposition des ménages et des entreprises à Lioux en 2009[16]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 3,12 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 6,80 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 41,47 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 16,38 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[17]).

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 290 habitants[Note 2], en augmentation de 16,94 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +1,79 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
299301321444423491469463467
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
531499511456471497432384361
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
322356373273225235319322362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
197176213197324248251251243
2017 2018 - - - - - - -
288290-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

 
Terroir agricole de la commune.

Plantations : oliviers, amandiers et arbres fruitiers divers.

Élevages ovins et caprins.

Centre national d'élevage de Baumelles (gibier).

La commune produit des vins AOC ventoux. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément, le label vin de pays d'Aigues[22].

Vie localeModifier

École primaire quartier Lacombe.

Sur la commune peuvent se pratiquer la spéléologie, la randonnée.

Lieux et monumentsModifier

 
Sortie du village de Lioux, vers la falaise.

Sur la commune :

  • La falaise de la Madeleine : falaise de calcaire gris. L'escalade y est interdite ;
  • Le château Parrotier du XVIIIe siècle avec tours rondes (privé). Il appartient au couturier Pierre Cardin) ;
  • Le château de Javon (Renaissance - privé) ;
  • Le château Saint-Lambert (privé) et sa chapelle ;
  • Les ruines du château du Castellas (XVIe siècle) ;
  • Les vestiges (tours) d'anciens moulins à vent.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

NotesModifier


RéférencesModifier

  1. La falaise de la Madeleine à Lioux sur le site lithotheque.ac-aix-marseille.fr
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. La falaise de Lioux sur le site cityzeum.com
  4. La faille de la Madeleine sur le site provence-luberon-news.com
  5. Roland Sautel, Le Pays d'Apt, n° 191, février 2009, p. 13.
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Toponymie générale de la France, Volume I, Librairie Droz 1991. p. 230.
  14. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003.
  15. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1978. p. 401.
  16. « Impôts locaux à Lioux », taxes.com.
  17. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.

BibliographieModifier

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986, , 475 p. (ISBN 2-903044-27-9)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique des communes du département de Vaucluse, Avignon, Seguin Ainé, , 400 p. (lire en ligne)
  • Francis Berjot, Lucien Bourgue, Émile Obled, Robert Harbonnier, Christiane Faivet, Michel Wannery, Yvette Dalou, Préface de Jean-Denis Bredin de l'Académie Française, Une terre de Provence sous la Révolution. Le pays d'Apt, Apt, n° spécial d'Archipal,