Ouvrir le menu principal

Lioubov Sobol

avocate et femme politique russe
Lioubov Sobol
Соболь, Любовь.png
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Любовь Эдуардовна СобольVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Любовь Эдуардовна ФеденёваVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Faculté de droit de l'université d'État de Moscou (d)
Université de droit de Moscou O. I. Koutafine (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Militante politique, juriste, avocate, femme politique, personnalitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Sergueï Mokhov (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Parti du progrès
Russie du futur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Taille
1,75 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction
100 Women ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Lioubov Edouardovna Sobol (en russe : Любовь Эдуардовна Соболь), née le 13 septembre 1987, est une avocate, militante anti-corruption et personnalité politique russe alliée d'Alexeï Navalny.

BiographieModifier

Lioubov Sobol est née à Lobnia, dans l'oblast de Moscou. Elle étudie à la Faculté de droit de l'université Lomonosov de Moscou, dont elle sort diplômée en 2011. La même année, elle rejoint le projet de la Fondation anti-corruption qui cherche des preuves de corruption dans les appels d'offres publics.

En 2005, membre d’une commission électorale locale, elle voit les fraudes[1].

En 2011, l'édition russe du magazine Forbes la cite parmi les « héroïnes de l'année », alors que presque personne ne la connaît[2].

En 2016, Lioubov Sobol s'intéresse à l'oligarque Evgueni Prigojine (en), un proche du président Poutine à la tête du Groupe Wagner, qui propose les services de mercenaires russes en Syrie, en Ukraine et en Centrafrique[3].

En 2016, son mari, l'anthropologue, Sergueï Mokhov (ru) échappe à une tentative d'empoisonnement[4],[3].

En 2019, elle se représente aux élections de la Douma de la ville de Moscou, dans la même circonscription que l'homme politique Sergueï Mitrokhine[5]. Cependant son inscription à l'élection lui est refusée, officiellement pour des vices de forme[1]. Elle entame alors une grève de la faim mi-juillet qu'elle termine au bout de 4 semaines, le 14 août 2019.

Lioubov Sobol reçoit le 3 septembre 2019 une amende de 300 000 roubles (4 000 euros) pour avoir initié des manifestations sans avoir obtenu l’accord des autorités[6].

RéférencesModifier

  1. a et b Benoît Vitkine, « Lioubov Sobol, l’intransigeante avocate de l’opposition russe », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Evan Gershkovich, « Don’t Call Lyubov Sobol Navalny’s Press Secretary », sur The Moscow Times,
  3. a et b « Lioubov Sobo, l’opposante russe qui a filmé son arrestation », Le Figaro,
  4. (en) Will STEWART, « First photo of would-be assassin of Putin critic: Victim fears HIV », sur Express.co.uk, Express.co.uk, (consulté le 17 août 2019)
  5. (en) « Two prominent activists are planning to run for the same Moscow City Duma seat, prompting tensions among opposition supporters », Meduza (consulté le 17 août 2019)
  6. « Manifestations à Moscou : premières lourdes condamnations pour violences contre la police », Libération,

Liens externesModifier