Linda McMahon

femme d'affaires et femme politique américaine

Linda McMahon
Illustration.
Portrait officiel de Linda McMahon (2017).
Fonctions
Administratrice de la
Small Business Administration

(2 ans, 1 mois et 29 jours)
Président Donald Trump
Gouvernement Administration Trump
Prédécesseur Maria Contreras-Sweet (en)
Successeur Chris Pilkerton (en) (intérim)
Jovita Carranza
Biographie
Nom de naissance Linda Marie Edwards
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance New Bern (Caroline du Nord, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Conjoint Vince McMahon
Enfants Shane McMahon
Stephanie McMahon-Levesque

Linda Marie Edwards-McMahon, née le à New Bern (Caroline du Nord), est une femme d'affaires et femme politique américaine.

Épouse du promoteur de catch (lutte professionnelle) Vince McMahon, elle occupe le poste de vice-présidente de la World Wrestling Federation / Entertainment (WWF puis WWE à partir de 2002) et dirige la compagnie en 1997. Elle s'est notamment présentée aux élections sénatoriales de 2010 et 2012 dans le Connecticut, pour le Parti républicain. Elle est administratrice de la Small Business Administration entre 2017 et 2019.

BiographieModifier

Études et carrière professionnelleModifier

Linda McMahon est l'enfant unique d'Henry et Evelyn Edwards.

Elle est diplômée en science de l'éducation de l'East Carolina University. Elle est mariée à Vince McMahon, président de la World Wrestling Entertainment (WWE). Ils ont deux enfants, Shane et Stephanie et vivent à Greenwich dans le Connecticut. Elle a été directrice générale de la WWE, poste qu'elle occupe entre 1994 et 2010.

McMahon est membre de la direction de cette société depuis 1980 et s'investit dans les actions caritatives de la WWE. Elle s'est mariée à Vince McMahon le .

En 2005, elle a été nommée au The Make-A-Wish Foundation of America National Advisory Council et a reçu le trophée de Arthur M. Sackler du Connecticut Grand Opera and Orchestra (en) pour le soutien de la WWE à ses programmes d'art. Linda McMahon est également responsable de la création des programmes éducatifs de WWE's Get R.E.A.L. ainsi que des programmes d'alphabétisation et de la campagne de WWE's SmackDown! Your Vote!

En 2009, elle quitte le poste de directeur général de la WWE pour se présenter au Sénat des États-Unis[1] et fonder Women’s Leadership Live, une association soutenant les femmes entrepreneurs[2].

Campagnes sénatorialesModifier

Le , elle déclare sa candidature pour obtenir la nomination du Parti républicain à l'élection sénatoriale de 2010 dans le Connecticut[3]. Défaite par le démocrate Richard Blumenthal, elle a investi 47 millions de dollars de sa poche dans la campagne, ce qui reste moins que le record de Meg Whitman en Californie[4].

Candidate pour l'autre siège de sénateur du Connecticut en 2012, elle est battue par le représentant démocrate Chris Murphy[5]. Par deux fois, elle est battue avec environ 12 points de retard sur son adversaire démocrate, après avoir dépensé au total près de 100 millions de dollars de sa fortune personnelle[6].

Administration TrumpModifier

Lors des primaires présidentielle républicaines de 2016, elle soutient d'abord Chris Christie avant de se ranger derrière Donald Trump, dont elle soutient la campagne à hauteur de plusieurs millions de dollars[1].

Une fois élu président, Donald Trump lui propose un poste dans son administration pour gérer les questions liées aux PME, à la tête de la Small Business Administration[7]. Elle est confirmée par le Sénat le par 81 voix (sur 100). Outre les sénateurs républicains, de nombreux démocrates soutiennent sa candidature en raison de son expérience de dirigeante d'entreprise, parmi ceux-ci se trouvent ses anciens adversaires Blumenthal et Murphy[2].

En mars 2019, elle annonce son départ de l'administration Trump pour rejoindre le super PAC America First Action, qui soutient la réélection de Trump en 2020. National Public Radio note que McMahon s'est faite remarquée pour son travail au sein de la Small Business Administration, voyageant souvent pour défendre la politique du gouvernement. Sa démission prend effet le suivant[1],[8].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) Andrew Restuccia, Eliana Johnson, Alex Isenstadt et Daniel Lippman, « Linda McMahon to leave Cabinet for Trump 2020 PAC », sur politico.com, Politico (consulté le 16 avril 2020).
  2. a et b (en) Bridget Bowman, « Why Democrats Didn’t Go to the Mat on Linda McMahon », sur rollcall.com, Roll Call, (consulté le 16 avril 2020).
  3. (en) « Linda McMahon’s Company », sur The New Yorker, (consulté le 31 mars 2017).
  4. (en) Dan Eggen, « Money doesn't buy many wins for self-funded candidates », sur washingtonpost.com, (consulté le 12 décembre 2016).
  5. (en) Peter Applebome, « Murphy Defeats McMahon After Bitter U.S. Senate Race in Connecticut », sur nytimes.com, (consulté le 14 février 2017).
  6. (en) Dan Freedman, « Blumenthal, Murphy, McMahon make nice », sur ctpost.com, (consulté le 14 février 2017).
  7. Alexandre Decroix, « Des rings de la WWE à "ministre" de Trump : qui est Linda McMahon ? », sur lci.fr, LCI, (consulté le 16 avril 2020).
  8. (en) Scott Horsley, « Linda McMahon To Quit Small Business Administration, Join Pro-Trump SuperPAC », sur npr.org, National Public Radio, (consulté le 16 avril 2020).

Liens externesModifier