Limbé

Ville du Cameroun

Limbé
Limbé
Un espace touristique à Limbé.
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Sud-Ouest
Département Fako
Démographie
Population 384 500 hab. (est. 2019)
Géographie
Coordonnées 4° 00′ nord, 9° 13′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Limbé
Géolocalisation sur la carte : Région du Sud-Ouest (Cameroun)
Voir sur la carte administrative de Sud-Ouest (Cameroun)
City locator 14.svg
Limbé
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Limbé
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Limbé

Limbé, jadis Victoria de 1857 à 1982, est une ville côtière baignée par le golfe du Biafra, fondée en 1857 sur le flanc sud du mont Cameroun, elle se présente comme une station balnéaire très prisée. Chef-lieu du département du Fako dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, elle a le statut de communauté urbaine constituée de trois communes d'arrondissement.

GéographieModifier

 
Limite de la communauté urbaine de Limbé

Limbé est située entre mer et montagne au pied du Mont Cameroun sur les rives de la baie d'Ambas. Elle est à 70 km à l'ouest de Douala, à laquelle elle est reliée par la route nationale 3. Elle est la deuxième ville en importance de la région du Sud-Ouest, après Buéa.

HistoireModifier

 
Victoria (Kamerun allemand avant 1908)

La ville portuaire de Limbé, appelée « Victoria »[1], a été fondée par le missionnaire anglais Alfred Saker, sur les terres achetées au roi William 1er de Bimbia, pour y implanter des infrastructures à l'instar des églises, écoles, hôpitaux, logements et imprimerie. Le monument Alfred Saker sur le front de mer a été inauguré en 1958 pour le centenaire de la fondation de la ville par le Gouverneur général du Nigeria britannique James Robertson[2]. En 1884, lors de l'établissement du Kamerun allemand , la ville et ses environs demeurent britanniques. Le 7 mai 1886, la Grande-Bretagne et l'Allemagne échangent Victoria et ses environs contre des droits allemands sur la rivière Forcados au Nigeria et à Sainte-Lucie, KwaZulu-Natal en Afrique du Sud. Située sur la côte ouest du Cameroun, la ville fut rebaptisée le , « Limbé » – nom dérivé, dit-on, de la rivière qui la traverse.

ClimatModifier

Le climat de Limbé est de type tropical , Af dans la classification de Koppen. La température moyenne annuelle est de 21,6°. Le climat se caractérise par des précipitations très abondantes, avec plus de 20 jours de pluie par mois.

Températures et précipitations moyennes à Bonadikombo - altitude : 252 m - latitude: 4°03' N
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 20,5 20,9 21,1 21,1 20,9 19,9 19,3 19,1 19,5 20 20,4 20,5 20,3
Température maximale moyenne (°C) 24,8 25,2 25,2 25,1 24,5 23,1 22,2 22 22,7 23,5 24,2 24,6 23,9
Précipitations (mm) 106 131 232 292 363 446 547 509 434 441 282 139 3 922
Source : Tableau climatique (en °C et mm, moyennes mensuelles) fr.climate-data.org


PopulationModifier

Limbé a connu une forte croissance démographique. La ville comptait 26 988 habitants en 1976, puis 44 561 en 1987 et, selon une estimation, environ 84 500 en 2001[3].

Lors du recensement de 2005, Limbé 1 comptait 93 255 personnes, Limbé 2 : 16 401 et Limbé 3 : 8 554, soit un total de 118 210 habitants[4]. L'évolution de la population urbaine est relevée par les travaux du département de Géographie de l'Université de Montréal[5].

Évolution démographique
1935 1953 1964 1967 1976 1987 1998 2001 2005
3 1318 02515 91919 52526 98844 56146 20384 500118 210

AdministrationModifier

 
Mairie de Limbe au Cameroun

Elle est érigée en Communauté urbaine de Limbé en 2008[6].

LanguesModifier

Le Cameroun étant un pays bilingue, l'anglais et le français sont langues officielles. Néanmoins, Limbé ayant été sous mandat britannique, l'anglais est parlé par la majorité de la population.

IntérêtsModifier

Limbé est située dans une baie contre le flanc de la chaîne volcanique. Des plages de sable noir constitue la façade maritime de la ville, faisant de Limbé, avec Kribi, les stations balnéaires les plus populaires du Cameroun. La coopération anglaise entretient là-bas deux parcs naturels, le Limbe Wildlife Center [7]et le jardin botanique de Limbé.

ÉconomieModifier

Près de Limbe, se trouve la SONARA (la société nationale des raffineries).

Le port de Limbe est l'un des ports maritimes du Cameroun, les autres étant ceux de Douala, Tiko, et le port en eaux profond kribi, déjà opérationnel.

Centrale thermiqueModifier

Limbe accueille la seconde plus grosse centrale thermique à fioul lourd du Cameroun, après celle de Yassa-Dibamba. Construite par AES Sonel en 2004 dans le cadre du plan d'urgence énergétique, afin de remédier aux trop nombreux « délestages » et coupures de courant, elle présente une capacité nominale de 85 MW[8].

Le groupe Eranove (anciennement Finagestion) a annoncé en 2015 son intention de construire une seconde centrale, à gaz, d'une capacité de 315 MW[9],[10].

TourismeModifier

 
Artisanat camerounais
  Vidéo externe
  Cameroon In 4k : Welcome To Limbe Episode 1 - Drone Aerial footage - Cameroun | 22 août 2021 by 237showbiz

Les autorités prennent des initiatives pour l'accueil des touristes[11],[12].


SportModifier

Le nouveau stade de Limbe, financé par l'Exim sank of China, une entreprise publique chinoise[13] est présenté comme stade de réserve pour la Coupe d'Afrique des nations de football 2019, bien que l'organisation soit repousser suite à la pendemie à Coronavirus .

Science et Enseignement supérieurModifier

Depuis , Limbé accueille le quatrième centre d'excellence[14] de l'Institut africain des sciences mathématiques.

Personnalités liées à LimbéModifier

JumelagesModifier

La ville dispose d'une convention de partenariat avec :

Notes et référencesModifier

  1. (en) Victoria: Southern Cameroons, 1858-1958, published for the Victoria Centenary Committee by the Basel Mission Book Depot, 1958, 103 p.
  2. (en) Anthony Ndi, The Golden Age of Southern Cameroon p.44, Spears Media Press, États-Unis, 2016
  3. (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh et Mark W. Delancey, « Limbe (formerly Victoria) », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, Lanham, Md, 2010 (4e éd.), p. 238-239 (ISBN 9780810873995)
  4. Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  5. HB Nguendo Yangsi, Christopher R Bryant, Visages et défis des principales villes camerounaises, Université de Montréal, juin 2008
  6. Décret no 2008/025 du 17 janvier 2008 portant création de la communauté urbaine de Limbé, in Cameroon Tribune, no 9018 du vendredi 18 janvier 2008, p. 5
  7. (en) « Home », sur Limbe Wildlife Centre (consulté le ).
  8. Eneo Cameroon S.A, « La centrale thermique de Limbé », sur eneocameroon.cm (consulté le ).
  9. « Protocole d'accord - Limbé Cameroun », sur www.eranove.com, (consulté le ).
  10. Investir au Cameroun, « Cameroun : le groupe Eranove veut construire une centrale thermique de 315 MW à Limbe », sur Investir au Cameroun, (consulté le ).
  11. Investir au Cameroun Télécom, Banque, Energie, Com, Média, Droit, Assurances, Gestion publique, Tourisme, Economie, « Cameroun : la commune de Limbe cherche 60 milliards de FCfa pour bâtir un complexe urbain de 35 hectares - Investir au Cameroun », sur Investir au Cameroun (consulté le )
  12. « Cameroon-Info.Net :: Aes Sonel: Enfin la centrale thermique à fuel lourd », sur www.cameroon-info.net, (consulté le ).
  13. WikiLeaks Cablegate: mission diplomatique américaine en Yaoundé, 18 février 2010 (ID: 10YAOUNDE95) China's Growing Presence in Cameroon
  14. L'institut des sciences mathématiques ouvre au Cameroun

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh et Mark W. Delancey, « Limbe (formerly Victoria) », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, Lanham, Md, 2010 (4e éd.), p. 238-239 (ISBN 9780810873995)
  • Martin Elouga, Valentin Nga Ndongo et Luc Mebenga Tamba (dir.), Dynamiques urbaines en Afrique noire, L'Harmattan, 2006, 384 p. (ISBN 2-296-00870-4) (travaux issus des deuxièmes Rencontres scientifiques du Centre d'études environnementales et sociales organisées à Yaoundé les 29 et )
  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Limbé », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 163-164 (ISBN 978-2-86950-464-6)
  • Chantal Marie Ngo Tong, Intercommunalité, coopération décentralisée et stratégies de lutte contre la pauvreté au Cameroun : étude spécifique des villes de Limbé et Kribi et de la commune de Dschang, Université de Nantes, 2012, 634 p. (thèse de Droit public)
  • Oumarou Njifonjou, Dynamique de l'exploitation dans la pêche artisanale maritime des régions de Limbé et de Krimbi au Cameroun, Université de Bretagne occidentale, Brest, 1998, 352 p. (thèse d'Océanologie biologique)
  • (en) Victoria: Southern Cameroons, 1858-1958, published for the Victoria Centenary Committee by the Basel Mission Book Depot, 1958, 103 p.
  • Appolinaire Zogning, « Limbe, une ville de piémont d'un volcan actif en milieu tropical humide : le Mont Cameroun » , in Revue de géographie alpine, tome 82, no 4, 1994, p. 71-86, [lire en ligne]
  • Georges Courade, Victoria Bota : Croissance urbaine et immigration (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier