Ouvrir le menu principal

Limagrain
logo de Limagrain

Création 1965
Forme juridique Société européenneVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan De la terre à la vie
Siège social Saint-Beauzire
Drapeau de France France
Direction Damien Bourgarel (directeur général), Pascal Viguier (président)
Activité Agriculture, agro-industrie et semenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Vilmorin
Effectif plus de 10 000[1]
SIREN 775633357[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.limagrain.com/

Chiffre d'affaires plus de 2,6 milliards d'euros (2016-2017)[1]
+ 5,1 % (à données comparables)
Résultat net 92 millions d'euros (2016-2017)[1]

Limagrain est un groupe français spécialisé dans les semences de grandes cultures, les semences potagères et les produits céréaliers[3]. Fondé en Auvergne en 1965, le groupe est basé à Saint-Beauzire dans le Puy-de-Dôme, et développe ses activités également à l'étranger.

Limagrain est le quatrième semencier mondial grâce à Vilmorin & Cie, chef de file européen en « farines fonctionnelles » (farines de céréale et agents de texture destinés à l'industrie agroalimentaire), la 2e société de transformation en produit boulanger français et la 3e en produit pâtissier français (avec sa filiale Jacquet Brossard) en 2016-2017[4].

En 2018, la coopérative réalise un chiffre d’affaires de plus de 2,5 milliards d’euros, pour un résultat net de 92 millions d'euros[1].

Limagrain emploie plus de 10 000 salariés[1] dont, en 2016-2017, plus de 2 000 chercheurs dans 56 pays[5]. En Auvergne, la coopérative regroupe près de 2 000 adhérents agriculteurs en Limagne et près de 1 500 salariés en Auvergne[6].

HistoireModifier

Limagrain est fondé en 1965 par des agriculteurs de la plaine de la Limagne[7]. Dès sa création, la coopérative installe ses bureaux de direction au milieu des terres agricoles de Limagne, là où ses agriculteurs sont présents. Très vite, la coopérative s'inscrit dans une démarche de recherche et d'innovation en matière d'agriculture en y consacrant 10 % de son chiffre d'affaires[8], un chiffre qui se rapproche plus des 15 % au début du XXIe siècle[7].

En 1975, la coopérative acquiert Vilmorin, ce qui lui permet de se développer dans le domaine des semences potagères.

Durant les décennies 1980-1990, la coopérative intensifie ses activités de recherche en ouvrant le premier laboratoire de biotechnologies végétales à Clermont-Ferrand en 1986[9]. Les recherches de Limagrain portent principalement sur deux céréales : le maïs et le blé.

Avec l'acquisition de Nickerson en 1990 puis de Jacquet en 1995, la coopérative se développe en construisant une filière blé en Limagne allant de la graine au pain. Introduite en bourse dans les années 1990, la coopérative se développe dans 55 pays et devient le 4e semencier au monde[10],[11].

En 2014, Limagrain a inauguré son nouveau siège social. Situé au coeur du Biopôle Clermont-Limagne, ce nouveau bâtiment témoigne de la connexion pérenne que la coopérative entretient avec ces agriculteurs-adhérents alors même que le groupe, contrôlé par la coopérative maison mère, agit désormais au niveau international[12]. Cette dynamique est incarnée par son nouveau président, Pascal Viguier, lui-même issu d'une famille de cultivateurs de la terre de Limagne[13].

Les différentes activités du groupeModifier

Article détaillé : Coopérative agricole.

Au fur et à mesure de son développement, la coopérative Limagrain a diversifié ses activités et intervient désormais à la fois dans le domaine des semences et des produits céréaliers.

Aujourd'hui, la coopérative regroupe près de 2 000 adhérents avec plus de 40 000 ha de productions contractualisées avec ceux-ci. Le chiffre d'affaires de cette branche est de 186 millions d'euros (avec l'intégration des activités réalisées avec des sociétés de Semences de Grandes Cultures et de Produits Céréaliers du Groupe) en 2018 grâce à 406 salariés [14].

 
Le siège social de Limagrain à Saint-Beauzire.

Semences de grandes culturesModifier

Base historique de Limagrain, l'activité semences de grandes cultures est attachée à Vilmorin & Cie depuis 2006. Limagrain occupe en 2018 la 6e place au rang mondial avec un chiffre d'affaires de 1 302 millions d'euros[15] en 2018 et est le premier semencier européen en céréales à paille (blé et orge)[16].

Semences potagèresModifier

Les semences potagères sont une activité majeure de Limagrain depuis 1975. Elles s'adressent aux marchés professionnels des maraîchers et des conserveurs. Vilmorin & Cie leur propose des semences potagères (comme des tomates, des carottes ou encore des melons) à rendement élevé et donc à forte valeur ajoutée.

La branche dédiée à cette activité emploie plus de 3 700 salariés et a généré 678 millons d'euros de chiffre d'affaires. Limagrain occupe le 2e rang mondial sur ce marché[17].

Produits de jardinModifier

Dévolu aux jardiniers amateurs, l'activité Produits de jardin propose des semences de variétés potagères et florales, des bulbes et des produits phytosanitaires. Sur ce type de produits, Limagrain est considéré comme le premier acteur européen avec un chiffre d'affaires de 49 millions d'euros.

Boulangerie-pâtisserieModifier

Avec Jacquet, intégré en 1995, et Brossard, Limagrain est le 2e transformateur de l'industrie agroalimentaire français du secteur de la boulangerie et le 3e transformateur français pour la pâtisserie en 2014-2015[5].

Article détaillé : Jacquet Brossard.

Ingrédients céréaliersModifier

Fondé en Auvergne en 2002, Limagrain Ingredients, filiale de Limagrain, est une entreprise qui fabrique des ingrédients pour les industriels de l’agroalimentaire.

Limagrain Ingredients transforme chaque année plus de 200 000 tonnes de céréales.

Limagrain Ingredients réalise en 2018 un chiffre d’affaires de plus de 98 M€ d’euros[18] (avec l'intégration des activités réalisées avec des sociétés de Semences de Grandes Cultures et de Produits Céréaliers du Groupe). L’entreprise est implantée dans 6 endroits en France et rassemble plus de 250 employés.

Avec l'acquisition en mai 2018 de Unicorn Grain Specialities, la coopérative devient le leader européen dans ce secteur[19].

AutresModifier

En 1992, Limagrain a créé la société « Domaine de Limagne » spécialisée dans la transformation de canards gras nourris à partir de maïs des exploitations agricoles de la région, et de la commercialisation de ces produits transformés (entreprise cédée en 2000)[20].

En 2016, Limagrain et la société Carbios ont créé la co-entreprise Carbiolice, spécialisée dans les matériaux plastiques biosourcés et biodégradables[21].

En 2018, Limagrain acquiert Biogemma, société de biotechnologie végétale.

Recherche et développementModifier

Depuis sa création en 1965, la recherche occupe une part importante des activités de la coopérative. Ce sont plus de 110 stations de recherche qui ont été implémentées par le groupe un peu partout dans le monde[22].

A titre d'exemple, pour l'exercice 2017-2018, Limagrain a consacré 14,3 % de son chiffre d'affaires à la recherche, activité qui regroupe 22 % de ses effectifs salariés[23].

Le budget alloué à la recherche se concentre autour de deux thématiques majeures :

  • L'innovation variétale, c'est-à-dire la création de nouvelles variétés de plantes plus résistantes aux maladies, aux insectes et aux aléas climatiques via la recherche dans les biotechnologies[24],[25].
  • L'innovation agronomique, autrement dit l'invention de modèles de production plus efficaces ainsi que de nouvelles pratiques agricoles[26], notamment le concept d'agriculture de précision, qui vise l'optimisation des rendements et des investissements des exploitations agricoles en cherchant à mieux tenir compte des variabilités des milieux et des conditions entre parcelles différentes[27].

Activité de lobbyingModifier

Auprès des institutions françaisesModifier

Limagrain est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique[28]. L'entreprise déclare à ce titre en 2018 que deux collaborateurs sont employés dans le cadre de l'activité de représentation d'intérêts et que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès de l'Assemblée sont compris entre 50 000 et 75 000 euros[28].

Auprès des institutions de l'Union européenneModifier

Limagrain est inscrit depuis 2016 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2018 pour cette activité l'équivalent de 0,2 temps plein et des dépenses d'un montant inférieur à 10 000 euros[29]. Limagrain est également membre du lobby European seed association[30], inscrit depuis 2012 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et qui déclare en 2018 pour cette activité huit équivalents temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 800 000 et 900 000 euros[31].

ControversesModifier

Lobbying sur les OGMModifier

Limagrain est la seule entreprise à poursuivre la recherche sur les OGM en 2015 en France[32],[33]. Toutefois, l'entreprise indique sur son site que « partout où la production de plantes génétiquement modifiées est interdite, nous n’en produisons pas »[34].

La Confédération paysanne reproche à Limagrain un lobbying auprès du Haut Conseil des biotechnologies afin d'obtenir que les semences modifiées in vitro ou par cisgénèse ne soient pas considérées comme OGM[35]. Cette controverse sur les nouvelles techniques de modification génétique amène huit organisations membres du Conseil économique, éthique et social à démissionner en 2016 du Haut Conseil des biotechnologies (Les Amis de la Terre, la Confédération paysanne, la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique, France Nature Environnement, Greenpeace, le Réseau Semences Paysannes et l’Union Nationale de l’Apiculture Française)[36]. L'avocate Blanche Magarinos Rey estime que « le groupe Limagrain est engagé dans la promotion sans réserve des O.G.M., par le biais de ses participations dans les groupes Biogemma, Meristem, et Genective »[37].

89 associations appellent en mai 2019 à une marche « contre le système agro-industriel et les multinationales de l'agrochimie », dont Limagrain[38].

Liens avec l'INRAModifier

Limagrain développe son activité de recherche en 1965 avec l’aide de l’Inra, et en particulier d’André Cauderon, directeur depuis 1959 de la station de Clermont. La firme emploie alors plusieurs anciens chercheurs de l’Inra. L'effort de recherche conduit l'entreprise à son premier succès commercial avec l'obtention du maïs hybride LG 11, qui représente 35 % des parts de marché au milieu des années 1970 et lui permet de se transformer, en l’espace de quelques années, en multinationale semencière : « Or la variété LG 11, un hybride trois voies fabriqué à partir d’Inra 258 et des lignées F7 et F2, doit énormément à l’Inra et à André Cauderon. Ce partenariat formel et informel entre l’Inra et Limagrain est typique du nouveau positionnement que l’institut est petit à petit appelé à adopter sous la pression conjointe des coopératives semencières et des nouvelles orientations économiques nationales. Il ne s’agit plus de travailler avec des filières de multiplication et de distribution des semences hybrides obtenues ou choisies par l’Inra, mais d’appuyer, à travers un transfert de compétences, de technologies et de matériel génétique, les entreprises françaises – et en premier lieu un petit nombre de « champions nationaux » – face à la concurrence étrangère. Dans le cadre de cette nouvelle division du travail, l’Inra est prié de se retirer de l’obtention directe pour se concentrer sur la recherche d’amont »[39].« l’Inra n’est plus désormais le maître du jeu en matière de création variétale. C’est le ministère qui est aux commandes, l’Inra n’intervenant plus que comme prestataire de services de recherche-développement, voire en prête-nom des semenciers privés pour obtenir des financements publics »[40]. Selon Christophe Bonneuil et Frédéric Thomas, « l’Inra n’est plus désormais le maître du jeu en matière de création variétale. C’est le ministère qui est aux commandes, l’Inra n’intervenant plus que comme prestataire de services de recherche-développement, voire en prête-nom des semenciers privés pour obtenir des financements publics »[40].

Structure du groupeModifier

Selon l'avocate Blanche Magarinos-Rey, « la société Limagrain, présentée systématiquement comme une « coopérative », est en fait une multinationale tentaculaire » qui représente en France sept sociétés distinctes, dont une seule de forme coopérative[37]. Le groupe Limagrain est ainsi géré classiquement par une société anonyme à conseil d'administration[41], et plusieurs de ses sociétés ne déposent pas leur compte annuel au Tribunal de commerce[37].

Toutefois, selon Pierre-Yves Gomez, professeur à l'EM Lyon, le modèle de gouvernance adopté par la coopérative est adaptée aux évolutions économiques : « La réussite économique de Limagrain illustre le fait que la croissance internationale d’une entreprise n’est pas incompatible avec le projet de développement d’un territoire, sous réserve que son système de gouvernance maintienne la fidélité à l’enracinement local. L’ancrage de la coopérative assure même à cette gouvernance une vertu qui pourrait expliquer son succès : chaque administrateur demeure un paysan, qui travaille pour produire dans sa propre exploitation »[7].

Vente de semences non inscrites au catalogue officielModifier

Selon l'émission Cash investigation, Limagrain vendrait à ses adhérents des semences dites « réservées » qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel, la vente serait désignée sous les termes « assistance technique et savoir faire » et non « vente de semences »[42]. Selon Limagrain, il n'y a pas de vente, c'est une « mise à disposition gratuite des semences aux agriculteurs »[42].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Chiffres clés sur le site Limagrain pour l'exercice 2016-2017, en périmètre global d’activité avec prise en compte des données des sociétés AgReliant, AGT, Genective, Seed Co, Soltis, Canterra Seeds et Hengji Limagrain Seeds
  2. Global LEI index 
  3. Florence Bauchard, « Limagrain en pleine croissance », Les échos,‎ (lire en ligne)
  4. Site internet - Boulangerie-Pâtisserie
  5. a et b [1]
  6. « Limagrain et l'Auvergne », sur limagrain.fr (consulté le 13 mai 2019)
  7. a b et c « Une multinationale au service de son territoire », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Marc Prival, Madeleine Jaffeux, Maurice Jaffeux, Scènes de la vie rurale en Auvergne,
  9. « Limagrain en pleine croissance », sur lesechos.fr, (consulté le 15 mai 2019)
  10. (en) International Directory of Company Histories, vol. 74, , pp. 137-139
  11. « La construction d'un groupe coopératif international », sur limagrain.com (consulté le 15 mai 2019)
  12. « Limagrain, bien ancré dans sa Limagne natale », sur lamontagne.fr, (consulté le 15 mai 2019)
  13. « Qui est Pascal Viguier, le nouveau président de Limagrain ? », sur lamontagne.fr, (consulté le 15 mai 2019)
  14. « Limagrain Coop », sur www.limagrain.com (consulté le 7 novembre 2016)
  15. « Semences de Grandes Cultures », sur www.limagrain.com (consulté le 11 décembre 2016)
  16. « Semences de Grandes Cultures », sur www.limagrain.com (consulté en 2019-15-05)
  17. « Semences Potagères », sur www.limagrain.com (consulté en 2019-15-05)
  18. Site internet - Ingrédients céréaliers
  19. « Limagrain devient le leader européen en ingrédients céréaliers », sur lamontagne.fr, (consulté le 15 mai 2019)
  20. Article sur le site L'Auvergne agricole, daté du 06 décembre 2017
  21. Créaton de Carbiolice, sur le site Bpifrance - 7 juin 2016
  22. « L'essentiel de Limagrain 2018 », sur limagrain.com, (consulté le 16 mai 2019)
  23. Site internet - Recherche
  24. Bonneuil, Thomas et Petitjean 2012, p. 134.
  25. « Innovation Variétale », sur limagrain.com (consulté le 16 mai 2019)
  26. « Innovation Agronomique », sur limagrain.com, (consulté le 16 mai 2019)
  27. Philippe Zwaenepoel, Agriculture de précision: avancées de la recherche technologique et industrielle, p.289
  28. a et b « Fiche de Limagrain sur la HATVP », sur www.hatvp.fr, (consulté le 16 mai 2019)
  29. « Registre des représentants d'intérêts - Rechercher dans le registre », sur ec.europa.eu (consulté le 17 mai 2019)
  30. (en) « European Seed Association », onglet France, sur le site de l'ESA (consulté le 16 janvier 2017)
  31. (en) « Limagrain on EU Transparency Register », sur ec.europa.eu, (consulté le 16 mai 2019)
  32. Marielle Court, « OGM : François Hollande veut relancer la recherche », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  33. Irène Inchauspé, « Pour Limagrain, « l’Europe est de plus en plus isolée sur les OGM » », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  34. « Limagrain répond aux 6 questions les plus fréquentes sur les OGM », sur Limagrain.com (consulté le 18 novembre 2016)
  35. « Limagrain, nouveau Monsanto français », sur www.confederationpaysanne.fr, (consulté le 18 novembre 2016)
  36. Sylvestre Huet, « Péril sur le Haut conseil des biotechnologies ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  37. a b et c Blanche Magarinos-Rey, Semences hors-la-loi, Paris, Gallimard, , 156 p. (ISBN 9782072593895), p. 26-27.  
  38. Collectif, « TRIBUNE. "L'urgence environnementale exige un changement radical du monde agricole" : 89 associations appellent à une marche le 18 mai », sur Franceinfo, (consulté le 17 mai 2019)
  39. Bonneuil, Thomas et Petitjean 2012, p. 90.
  40. a et b Bonneuil, Thomas et Petitjean 2012, p. 111.
  41. « Jean-Christophe Juilliard - Limagrain : le directeur général démis de ses fonctions », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2017)
  42. a et b « « Cash Investigation » : comment les multinationales font leur beurre sur nos fruits et légumes »

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • André Gueslin, Limagrain. De la Limagne à la Californie, Clermont-Ferrand, Éditions Limagrain, 1992.
  • Christophe Bonneuil, Frédéric Thomas et Olivier Petitjean, Semences, une histoire politique : Amélioration des plantes, agriculture et alimentation en France depuis la Seconde Guerre mondiale, Paris, Charles Léopold Mayer, , 216 p. (ISBN 978-2-84377-165-1, lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier