Premier Hockey Federation

Premier Hockey Federation
Description de l'image Premier Hockey Federation logo.png.
Généralités
Sport Hockey sur glaceVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 2015
Catégorie Élevée
Lieu(x) Drapeau du Canada Canada (1)
Drapeau des États-Unis États-Unis (5)
Participants 6 équipes
Statut des participants Professionnel
Site web officiel http://nwhl.zone/

Palmarès
Tenant du titre Pride de Boston
Plus titré(s) Pride de Boston
(2)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Saison 2021-2022 de la PHF

La Premier Hockey Federation, jusqu'en 2021 la Ligue nationale de hockey féminin - LNHF (en anglais : National Women's Hockey League - NWHL), est une ligue professionnelle féminine de hockey sur glace en Amérique du Nord créée en 2015[1],[2]. Elle représente l'unique niveau professionnel féminin d'Amérique du Nord après la fermeture de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF). La LNHF a été créée sur la base de quatre équipes : le Pride de Boston, les Beauts de Buffalo, le Whale du Connecticut et les Riveters de New York. Elle s'est étendue à cinq équipes avec l'ajout des Whitecaps du Minnesota en 2018 puis à six équipes en 2020 avec l'ajout des Six de Toronto [3]. C'est la première ligue féminine à payer ses joueuses[2].

La Coupe Isobel est attribuée chaque année aux championnes des séries éliminatoires à la fin de la saison. Elle est nommée après Lady Isobel Gathorne-Hardy, fille de Frederick Stanley, qui est à l'origine de la coupe Stanley du championnat Nord-Américain masculin (LNH)[4].

HistoriqueModifier

Début de la ligue et saison inaugurale 2015-2016Modifier

La LNHF est créée en et bien qu’homonyme avec la LNHF qui a existé de 1999 à 2007, sa création n'a aucune relation et les anciennes équipes n'ont pas migré dans cette nouvelle ligue. Elle est créée par Dani Rylan[5] avec un budget estimé à 2,5 millions de dollars[6] qui est ainsi la première commissaire de la ligue.

Avant la formation de cette ligue, le seule choix de ligue élite professionnelle pour le hockey féminin en Amérique du Nord était la LCHF, à la suite du déclin de la WWHL en 2011. Celle-ci fonctionnait à l'époque sur un système de prime mais n'offrait pas de salaires fixes aux joueuses[7].

La saison inaugurale 2015-2016 se déroule avec un plafond salarial de 270 000 dollars maximum par équipes et 10 000 dollars minimum par joueuses[8]. Les joueuses gagnent également 15% de profit sur chaque maillot de la LNHF vendu à leur nom[9]. La ligue choisi de placer ses quatre équipes originales sur un marché où beaucoup de jeunes filles jouent au hockey sur glace : la ville de New-York, Buffalo et la Nouvelle Angleterre[2].

Initialement la commissaire Dani Rylan ne souhaite pas rendre public les investisseurs de la ligue ni même le montant de leurs investissements[10]. Le Canadien Joel Leonoff, directeur général de Paysafe Group et père de la gardienne de but des Whale du Connecticut, Jaimie Leonoff, a par la suite dévoilé son investissement dans la ligue même s'il a refusé d'en indiquer le montant[6].

 
La commissaire Dani Rylan remet la coupe Isobel en 2017.

Le repêchage inaugural de 2015 a eu lieu à Boston le , chaque équipe sélectionnant cinq athlètes universitaires[11],[12]. La ligue a ensuite tenu des camps d'entrainements dans diverses localités canadiennes, ainsi qu'un camps avec des joueuses internationales à Boston[13]. Elle a attiré de nombreuses joueuses stars de l'équipe des États-Unis de hockey sur glace féminin jouant en LCHF telle qu'Hilary Knight et la capitaine de l'équipe nationale Meghan Duggan[14], les meilleures joueuses du championnat universitaire NCAA[15] et des joueuses internationales[16].

En , la ligue signe son premier contrat de sponsoring : un accord de plusieurs années avec Dunkin' Donuts[17]. Le , les Pride de Boston affrontent Les Canadiennes de Montreal de la LCHF pour un match à égalité 1–1 lors du premier Classique hivernal féminin (titre original : Outdoor Women's Classic presented by Scotiabank), la veille du Classique hivernal de la LNH et dans le même stade, le Gillette Stadium à Foxborough, au Massachusetts. C'est le premier match extérieur professionnel de hockey sur glace féminin et le premier match entre les deux ligues élites féminines LNHF et LCHF[18].

Le premier match des étoiles de la LNHF se déroule le à New-York, Buffalo. Le match repose sur un format 4 contre 4 avec Hilary Knight des Pride de Boston et Emily Pfalzer des Beauts de Buffalo en tant que capitaines. Le , les Pride deviennent les premières championnes de la Coupe Isobel avec une victoire 3 à 1 contre les Beauts (victoire série 2-0).

Changements structurels et partenariat avec la LNH (2016–aujourd’hui)Modifier

Le , la ligue annonce que les quartes maillots inauguraux seront retirés et remplacés par des nouveaux dont le design a été choisi par un vote des fans[19]. Deux jours avant cette annonce, la ligue présente un partenariat avec You can Play[20], une organisation dont le but est d'éliminer l'homophobie dans le sport, également partenaire de la ligue masculine LNH. En plus du fait que chaque équipe nomme un athlète ambassadeur de la cause, cela a également conduit à une politique prenant en compte les joueuses transgenres. Cette initiative a pris place le , en réponse à l'annonce de Harrison Browne (Beauts de Buffalo) sur sa transidentité (ce qui en fait le premier athlète ouvertement transgenre dans une équipe sportive professionnelle américaine)[21].

Lors de la saison 2016-2017, la LNHF informe ses joueuses le qu'elles vont devoir subir une diminution de 50% de leur salaire, ce qui réduit le salaire minimum à 5 000 dollars par joueuses[22]. Cinq semaines plus tard, afin de compenser partiellement ce recul salarial, la ligue introduit une prime qui consiste à partager les revenus en surplus lorsque la fréquentation excède 500 tickets, à destination de l'équipe qui reçoit le match[23].

Le , la ligue annonce que la saison et les séries éliminatoires seront raccourcies pour rendre les joueuses disponibles pour les championnats du monde 2017 et la préparation des Jeux Olympiques de 2018[24]. En , la ligue rejoint 16 autres organisations internationales de hockey dans l’adoption de la Déclaration de Principes de la LNH, ayant pour but de faire progresser l'enseignement, les politiques et les programmes renforçant la communauté du hockey tout autour du monde[25].

En , les Devils du New Jersey de la LNH signent un partenariat avec les Riveters, ce qui en fait la première équipe de LNH a signer un accord avec une équipe de la LNHF[26],[27],[28]. Ce partenariat de trois ans fournit des installations pour l’entrainement et les matchs de l'équipe ainsi qu'un appui concernant la signature de contrats de sponsoring, le marketing et la vente des tickets[27] L'équipe change alors son nom pour Metropolitan Riveters et adopte les couleurs des Devils[27]. Certains matchs des Riveters sont diffusés sur «The One Jersey», la station de radio en ligne des Devils[29]. Dans le cadre de cette affiliation, les Riveters et les Devils ont tenu une double affiche au Prudential Center pour l'ouverture de la saison 2017-2018, avec un match des Riveters contre les Pride de Boston suivi d'un match des Devils contre les Coyotes de l'Arizona[30].

Le , les Beauts de Buffalo sont rachetés par «Pegula Sports and Entertainment», qui possède déjà les Sabres de Buffalo, les Americans de Rochester et la patinoire des Beauts, le HarborCenter[31]. Les Beauts sont la seconde équipe à devenir affiliée à une franchise de LNH, suivant le partenariat Devils-Riveters d'octobre, et la première équipe à ne pas être détenue par la LNHF directement. C'est également la première équipe de ligue de hockey féminin qui appartient à un propriétaire de LNH[32].

Le , la ligue annonce sa première expansion avec l'acquisition des Minnesota Whitecaps qui rejoint la ligue pour la saison 2018-2019[33],[34]. Les Whitecaps ont joué dans la WWHL de 2004 à 2011[35] puis à la suite de la fermeture de la ligue, l'équipe a joué en tant qu'indépendante, contre des équipes du championnat universitaire[35] et dans des matchs d'exhibition contre des équipes de la LNHF[36].

À la fin de la saison 2018-2019, la LCHF surprend l'ensemble du paysage du hockey féminin en annonçant sa fermeture pour raisons budgétaires au 1er mai suivant [37],[38].Le paysage étant vide pour les joueuses canadiennes, la LNHF annonce le suivant qu'elle considère investir dans deux nouvelles franchises à Toronto et Montréal, sans préciser si les équipes des Furies et des Canadiennes seront reprises ou de nouvelles équipes créées [39]. La LNH rebascule également ses fonds financiers distribués auprès de la LCHF vers la LNHF, permettant de doubler son apport financier [40] même si celui-ci reste limité à 100 000 dollars (en comparaison d'un salaire minimum de joueur LNH à 650 000 dollars) [40]. Finalement, début mai un grand mouvement de boycott est lancé par plus d'une centaine de joueuses de hockey tels qu' Hilary Knight ou Marie-Philip Poulin en faveur de la création d'une ligue unique et avec des moyens financiers suffisants [41]. Cela pose des doutes sur la viabilité de la LNHF pour la saison 2019-2020 qui communique alors le  : « The 2019-20 NWHL season will launch in October with our five current teams returning to their markets and playing before their dedicated fans: the Pride, Riveters, Beauts, Whale, and Whitecaps. Whether there will be more teams this season remains an open-ended question for a few more weeks. We are exploring all options to build our league »[42],[43]. La ligue étend cependant la saison de 16 à 24 matchs.

Le , la LNHF annonce finalement son expansion canadienne avec une sixième équipe qui va participer au championnat à partir de la saison suivante et sera basée à Toronto au Canada [44]. Un concours est lancé sur internet afin de lui attribuer un nom qui deviendra les Six de Toronto (Toronto Six en anglais).

Le , la commissaire Dani Rylan, fondatrice de la ligue et occupant ce poste depuis son lancement, dépose sa démission. Elle est remplacée de façon temporaire par Tyler Tumminia [45]. De plus, la ligue change son modèle de gouvernance et intègre un directoire composé d'un représentant par équipes. Rylan participe toujours au fonctionnement de la LNHF en gérant les équipes qui ne sont pas indépendantes (les Beauts, Whale, Riveters et Whitecaps) tout en cherchant des acquéreurs pour ces dernières jusqu'à mars 2021 [46] où elle quitte définitivement son poste.

En prévision de la saison 2021-2022, Tumminia annonce une augmentation du plafond salarial des équipes qui passe de 150 000 dollars à 300 000 dollars [47],[48] ainsi que le report de l'expansion possible à Montréal. Le la ligue annonce le rachat des Whale du Connecticut par une entreprise privée (SHE), réduisant le nombre d'équipes appartenant à la ligue à seulement trois.

Équipes 2020-2021Modifier

Équipe Ville Patinoire Entraineur Coupe Isobel Finaliste Entrée dans la LNHF
Pride de Boston Boston, Massachusetts Warrior Ice Arena Paul Mara 2 1 2015
Beauts de Buffalo Buffalo, New York HarborCenter Pete Perram 1 3 2015
Whale du Connecticut Stamford, Connecticut Terry Conners Ice Rink Ryan Equale 0 0 2015
Metropolitan Riveters Newark, New Jersey Prudential Center Chad Wiseman 1 0 2015
Whitecaps du Minnesota Minneapolis–Saint Paul, Minnesota Tria Rink Jack Brodt
Ronda Curtin Engelhardt[49]
1 1 2018
Six de Toronto (en) Toronto, Ontario Canlan Ice Sports – York Digit Murphy 0 0 2020

SaisonsModifier

2015–2016Modifier

Le repêchage a lieu à Boston le [50], l'ordre de sélection est décidé le par une loterie : les Riveters obtiennent le 1er choix, suivi par le Whale du Connecticut, les Pride de Boston et les Beauts de Buffalo[51]. Le 1er choix au total des cinq tours est Alex Carpenter, en provenance de l'université de Boston et gagnante du Trophée Patty Kazmaier pour la saison 2015 ainsi qu'élue joueuse la plus exceptionnelle du championnat universitaire de hockey sur glace féminin NCAA. C'est également la fille de Bobby Carpenter, star de la LNH[52].

Les autres choix du premier tour incluent l'attaquante Hannah Brandt de l'université du Minnesota, l'attaquante Kendall Coyne de l'université Northeastern et la défenseure Courtney Burke de l’université du Wisconsin[53],[54].

Le premier match de l'histoire de la ligue se déroule le , à guichet complet, entre les Riveters de New York et le Whale du Connecticut[55]. Manon Rheaume réalise la mise en jeu lors d'un engagement symbolique avant le match[56]. Le premier but de l'histoire de la ligue est marqué par Jessica Koizumi du Whale pour une victoire de l'équipe 4 à 1[57].

Le premier match des étoiles a lieu le , à HarborCenter, la patinoire de Beauts de Buffalo.

2016–2017Modifier

Les quatre mêmes équipes reviennent pour la seconde saison. Avant le premier match de la saison, Harrison Browne des Beauts de Buffalo annonce qu'il est un athlète transgenre[58]. Le second match des étoiles de la LNHF a eu lieu à Pittsburgh, en Pennsylvanie, un marché souvent évoqué parmi les rumeurs d'expansion. Amanda Kessel et Kelley Steadman sont nommées capitaine[59], Kessel marque le premier coup du chapeau de l'histoire des matchs des étoiles de la LNHF et est nommée Étoile de la soirée par l'émission SportsCenter de la chaîne ESPN[60].

Brianna Decker termine la saison en tête du classement des buteuses et est nommée Most Valuable Player (MVP) c'est-à-dire la meilleure joueuse la de la saison[61]. Les Beauts de Buffalo, qui ont terminé en troisième place de la saison raccourcie, bousculent les premières du classement qui sont les Pride de Boston en remportant la coupe Isobel[62], alors que les séries éliminatoires sont rediffusées en ligne par ABC News[63]. Les Beauts sont par la suite honorées lors d'un match des Sabres de Buffalo de la LNH pour leur victoire[64].

2017–2018Modifier

Les quatre mêmes équipes reviennent pour une troisième saison, sans changement de patinoires. Les Beauts jouent leur match d'ouverture au Bill Gray's Regional Iceplex dans les environs de Rochester, ainsi que certains matchs en zone neutre à Pittsburgh[65]. Les Metropolitan Riveters gagnent la coupe Isobel en battant les Beauts de Buffalo[66].

2018–2019Modifier

La saison s'ouvre avec une nouvelle équipe, les Whitecaps du Minnesota, première extension de la ligue depuis sa création. La LNHF lance également son premier programme jeunesse avec le « Jr. NWHL», permettant à des clubs juniors d'être affiliés à la ligue [67].

Le troisième match des étoiles de la ligue a lieu à Nashville, le 9 et , en partenariat avec l'organisation des Predators de Nashville [68]. Le match se tient le 10, après une rencontre des Predators et un concours d'habilité qui a lieu la veille.

La saison se termine sur la victoire des Whitecaps du Minnesota pour leur première année dans la ligue. La LNHF publie également un bon bilan, avec un record de fréquentation lors des matchs (une moyenne de 954 personnes pour 46 matchs) et notamment l'ensemble des matchs des Whitecaps joué à guichet complet [69]. Le match des étoiles attirent plus de 6 200 personnes, un record pour un match féminin de hockey sur le sol américain. La diffusion live des matchs attirent plus de 70 000 spectateurs sur internet, un nouveau record [69].

2019–2020Modifier

La LNHF débute sa première saison en tant que seule ligue féminine élite sur le continent nord-américain, après la fermeture de la LCHF à la fin de la saison 2018-2019. C'est également une saison où un nombre important de joueuses élites, à la suite du mouvement « ForTheGame » (en français « PourLeJeu »), boycottent la ligue [70]. La saison régulière s'étend pour la première fois de 16 à 24 matchs [71]. Le 26 janvier, Jillian Dempsey devient la première joueuse à atteindre la barre des 100 points dans cette ligue [72]. L'épidémie de Covid-19 éclate juste avant la finale entre les Pride de Boston et les Whitecaps du Minnesota, menant au report puis à l'annulation des matchs. La coupe Isobel n'est pas remise pour cette saison [73].

2020-2021Modifier

La LNHF accueille, pour sa sixième saison, une nouvelle équipe basée à Toronto au Canada, après une annonce faite par la ligue le . C'est le tout premier club canadien de l'histoire de la compétition[74]. Du fait de la pandémie de Covid-19, le début de la saison est repoussé à novembre 2020 pour une saison qui s'étend jusqu'à mi-mars 2021 soit 60 matchs au total avant les séries éliminatoires. Cependant, le démarrage ne peut s'effectuer avant janvier 2021 du fait des conditions sanitaires ce qui conduit à une formule où chaque équipe joue uniquement cinq matchs (affrontant chacun de ses adversaires une fois) avant la coupe Isobel [75]. Tout les matchs se jouent au même endroit (la patinoire Rink-Herb Brook) [76] et la saison régulière est diffusée sur Twitch. Les séries éliminatoires sont programmées sur la chaîne NBC Sports.

Durant la saison d'uniquement deux semaines, les Riveters doivent se retirer de la compétition à la suite de plusieurs contrôles positifs de leurs joueuses à la Covid-19. Quelques jours plus tard, les Whale déclarent également forfait. La ligue reprogramme la finale de la coupe Isobel le 26 et 27 mars à Brighton [77].

Championnes des séries - Coupe IsobelModifier

 
Harrison Browne des Buffalo Beauts soulève la Coupe Isobel 2017.

La coupe Isobel, trophée récompensant le champion de la ligue, est remise annuellement à la fin de chaque saison. L'avant de la coupe est gravée des mots suivants : « The Lady Isobel Gathorne-Hardy Cup 1875–1963. This Cup, shall be awarded annually to the greatest professional women's hockey team in North America. All who pursue this Cup, pursue a dream; a dream born with Isobel, that shall never die. EST. 2016. »[78],[79]

Année Vainqueur Entraineur Finaliste Entraineur Serie éliminatoire Ville
2016 Pride de Boston Bobby Jay Beauts de Buffalo Ric Seiling 2-0 (deux matchs) Newark, NJ
2017 Beauts de Buffalo Ric Seiling Pride de Boston Bobby Jay 3-2 (match unique) Lowell, MA
2018 Metropolitan Riveters Chad Wiseman Beauts de Buffalo Ric Seiling 1-0 (match unique) Newark, NJ
2019 Whitecaps du Minnesota Jack Brodt Beauts de Buffalo Nik Fattey 2-1 (Pr.) (match unique) Saint Paul, MN
2020 La Coupe Isobel n'est pas remise en raison de la Pandémie de Covid-19 [73].
2021 Pride de Boston Paul Mara Whitecaps du Minnesota Jack Brodt 4-3 (match unique) Brighton,

MA

Trophées de la LNHFModifier

Chaque année depuis la création de la ligue les joueuses reçoivent des récompenses pour leur performance sur et en dehors de la glace[80]. Les lauréates sont annoncées sur les différents réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram) et sont le résultat des votes des joueuses, d'un panel de média, du bureau de la ligue et des fans.

  • Joueuse la plus utile selon le vote des joueuses de la ligue.
  • Gardienne de l'année (en anglais, Goaltender of the Year) selon le vote des médias.
  • Défenseure de l'année (en anglais, Defender of the Year) selon le vote des médias.
  • Recrue de l'année (en anglais, Rookie of the Year) selon le vote des médias. Cette récompense existe depuis 2018.
  • Denna Laing Award (appelé auparavant Perseverance Award) selon le vote des joueuses. Cette récompense est remise à la joueuse qui démontre les plus belles qualités de persévérance, d'esprit sportif et d'implication dans son sport. Elle est renommée à la suite de l'accident de Denna Laing durant le Classique Hivernal de 2016.
  • Récompense de la fondation LNHF (en anglais, NWHL Foundation Award) remis par le bureau de la ligue. Cette récompense revient à la joueuse la plus impliquée dans la transmission des valeurs du hockey à la communauté et dans l'amélioration du sport.
  • Les trois étoiles de la saison (en anglais, Three Stars of the Season), selon le vote des fans.
  • Récompense de la meilleure buteuse (en anglais, Leading Scorer Award).
  • Championne de la saison régulière.
  • Championne des séries éliminatoires, avec la Coupe Isobel.

DiffusionModifier

Les matchs de la LNHF sont disponibles sur la chaîne Cheddar, avec certains matchs diffusés en direct ou à la demande sur Sling TV, Amazon, Twitter, et Facebook Live[81]. La ligue archive et diffuse aussi des matchs sur sa propre chaîne YouTube gratuitement. Le service est nommé «The Cross-Ice Pass»[82].

Pendant la saison inaugurale, certains matchs sont diffusés sur ESPN3[83]. La franchise phare de la ligue, les Pride de Boston, devient la première équipe féminine de hockey à conclure un contrat de diffusion régulière avec une chaine sportive, avec 8 de ses 18 matchs présentés sur NESN ou sur NESNplus[84].

Le , la ligue annonce que le site internet de ABC News proposera une couverture live des séries éliminatoires 2017[85]. Le , il est annoncé que la LNHF a conclu un accord avec Twitter pour diffuser en direct 16 matchs de saison régulière, avec un rythme d'un match par semaine («Twitter NWHL Game of the Week») ainsi que le match des étoiles et la rencontre au sommet LNHF Vs Équipe Russe pour la saison 2017-2018[86]. Également faisant partie de l'accord avec les Devils du New Jersey signé en , quelques matchs des Riveters sont diffusés sur la chaine radio internet «The One Jersey»[29].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. « U.S. Women's Players Highlight NWHL Rosters » (version du 7 octobre 2015 sur l'Internet Archive), Usahockey.com
  2. a b et c (en) « NWHL, first paid women's pro hockey league, drops puck on first season », CBSSports.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) « NWHL adding first Canadian team, in Toronto », sur www.espn.com,
  4. James Fink, « Buffalo Beauts to play at HarborCenter », Buffalo Business First,‎ (lire en ligne[archive du ])
  5. (en) « Behind the scenes on an NWHL road trip », mensuel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Pat Borzi, « Father of Connecticut Whale Goalie Among NWHL's Mystery Investors » (version du 13 mars 2016 sur l'Internet Archive), ESPN Inc., sur espnW,
  7. Martin Cleary, « Dreaming of a league of her own » [archive du ], Ottawa Citizen,
  8. Kaitlin Cimini, « NWHL Release of Player Finances Raises Questions » (version du 3 octobre 2015 sur l'Internet Archive), sur Today's Slapshot,
  9. (en-CA) Jared Clinton, « NWHL opens shop and reveals jerseys, portion of profit goes to players », The Hockey News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en-US) Hannah Keyser, « Where Does The NWHL Go From Here? », Deadspin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. (en-US) « Women's Pro League Offering Pay Signs Its First Player », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  12. « NWHL giving women platform to shine », Sporting News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Jared Clinton, « NWHL to hold first Canadian-based free agent camps », The Hockey News, Longueuil, PQ,‎ (lire en ligne[archive du ])
  14. (en-US) « Women's hockey stars not discouraged by NWHL setbacks », AP News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « 2016 NWHL Draft dominated by WCHA players », SB Nation College Hockey,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. (en-US) « International NWHL, CWHL Player Percentage Slow to Grow », Excelle Sports,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Kaitlin Cimini, « The NWHL Runs on Dunkin' (Donuts) » (version du 17 juillet 2017 sur l'Internet Archive), sur Today's Slapshot,
  18. « NHL to host first-ever Outdoor Women's Classic presented by Scotiabank » (version du 22 janvier 2016 sur l'Internet Archive), National Hockey League,
  19. « NWHL retires inaugural season jersey designs » (version du 10 août 2016 sur l'Internet Archive), NWHL.zone, .
  20. « NWHL partners with You Can Play » (version du 8 octobre 2016 sur l'Internet Archive), You Can Play Project, .
  21. « NWHL player Harrison Browne comes out as a transgender man » (version du 8 octobre 2016 sur l'Internet Archive), ESPN, .
  22. « NWHL hit with bad news » (version du 19 novembre 2016 sur l'Internet Archive), The Fourth Period, .
  23. « NWHL players to receive attendance bonuses » (version du 28 décembre 2016 sur l'Internet Archive), .
  24. « NWHL to complete playoffs before world championships » (version du 4 février 2017 sur l'Internet Archive), ESPN, .
  25. (en-US) « Hockey: NWHL among 17 international organizations to adopt declaration of principles », Excelle Sports,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « NWHL commissioner praises Devils-Riveters partnership », Sports Ill,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. a b et c (en-US) « Devils Will Invest in a Womustrateden's Hockey Franchise », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  28. « Devils form multi-year strategic partnership with the NWHL's Riveters », New Jersey Devils, .
  29. a et b (en-US) « The Devils fan's guide to the Riveters partnership », sur NHL.com (consulté le ).
  30. « NEW JERSEY DEVILS ENTER FIRST OF ITS KIND AGREEMENT AND FORM MULTI-YEAR STRATEGIC PARTNERSHIP WITH THE NWHL'S RIVETERS » (version du 6 octobre 2017 sur l'Internet Archive), NWHL, .
  31. (en-US) « Owners of the Sabres Add N.W.H.L.'s Beauts to Buffalo Stable », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  32. « Terry and Kim Pegula Acquire Buffalo Beauts », National Women's Hockey League,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le ).
  33. (en-US) « National Women's Hockey League expands with addition of Minnesota Whitecaps », Twin Cities Pioneer Press,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « NWHL Expands to Minnesota », sur NWHL.Zone, (consulté le ).
  35. a et b « Professional women's hockey coming to Minnesota: Whitecaps named NWHL expansion team », Star Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Finally, NWHL lands Minnesota Whitecaps as its first expansion team », ESPN,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. (en) « CWHL to cease operations toronto furies makham thunder sami jo small », .
  38. (en) « Saying business model is financially unstainable the cwhl is folding », .
  39. (en) « NWHL to add two Canadian teams, receives further investment from NHL », (consulté le ).
  40. a et b (en) « Reports: NHL’s financial support of NWHL amounts to $100,000 », (consulté le ).
  41. (en) « Hundreds of female ice hockey stars boycott North America over conditions »
  42. En français : « La saison 2019-2010 de la LNHF démarrera en octobre avec nos 5 franchises actuelles sur leur marché habituel et devant leur fans les plus fidèles : les Pride, Riveters, Beauts, Whale et Whitecaps. La question reste ouverte encore quelques semaines sur le fait d'avoir plus d'équipes cette saison. Nous explorons toutes les options pour construire notre ligue. ».
  43. (en) « We’ll Always Do What’s Best for the Game” – A Message from the NWHL », sur The Player's Tribune, (consulté le )
  44. (en) THE NWHL EXPANDS TO TORONTO, sur nwhl.zone, 22 avril 2020.
  45. (en) « AP Source: NWHL founder Rylan stepping down as commissioner »,
  46. (en) « Dani Rylan Kearney Resigns from NWHL, W Hockey Partners »
  47. (en) « NWHL to Double Salary Cap in Season Seven »,
  48. (en) « NWHL doubles cap, delays Montreal launch », sur www.tsn.ca,
  49. https://www.nwhl.zone/news_article/show/933507
  50. « NWHL giving women platform to shine », Sporting News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. Zoë Hayden, « Women's Hockey News Roundup, 6/9 » (version du 13 juin 2015 sur l'Internet Archive), sur Stanley Cup of Chowder,
  52. (en-US) « Alex Carpenter's Last Chance to Add a National Title to Her Résumé », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  53. « Five WCHA Players Selected During Inaugural NWHL Draft », sur Western Collegiate Hockey Association, (consulté le )
  54. « Two former college hockey stars bypassed the NWHL to play for free », ESPN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. Jared Clinton, « NWHL sells out inaugural game, Manon Rheaume to drop ceremonial puck in Buffalo », The Hockey News, Longueuil, PQ,‎ (lire en ligne[archive du ])
  56. Dan Marrazza, « As puck drops on opening day, NWHL focused on sport's long-term growth » [archive du ], Sports Illustrated, (consulté le )
  57. Jared Clinton, « Watch Jessica Koizumi enter the record books with first goal in NWHL history », The Hockey News, Longueuil, PQ,‎ (lire en ligne[archive du ])
  58. (en) Jay Willis, « Transgender Hockey Star Harrison Browne Has More to Accomplish Before Hanging up the Skates », GQ,‎ (lire en ligne, consulté le )
  59. (en) « 7 Things To Know About The National Women's Hockey League All-Star Game », cbslocal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (en-US) « NWHL: Amanda Kessel awarded Star of the Night by ESPN's SportsCenter », Excelle Sports,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. (en-US) « Team USA Members Receive NWHL Honors », USA Hockey,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. (en) « Champion Buffalo Beauts Bring The Isobel Cup to the WYRK Studios », sur Country 106.5 WYRK Radio (consulté le )
  63. « NWHL announces broadcast partnership with ABC News for Isobel Cup Playoffs », The Ice Garden,‎ (lire en ligne, consulté le )
  64. (en-US) « Buffalo Beauts honored at Sabres game after winning Isobel Cup », Excelle Sports,‎ (lire en ligne, consulté le )
  65. « 2017–18 NWHL Schedule Announced », (consulté le )
  66. « Metropolitan Riveters hold off defending champion Buffalo Beauts for first NWHL title », ESPN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  67. https://www.nwhl.zone/jrnwhl
  68. https://www.nwhl.zone/news_article/show/968119
  69. a et b (en) « 2018-19 Season Sets New Highs for Attendance, Viewership, Merchandising and Engagement », (consulté le )
  70. (en) « Hundreds of female ice hockey stars boycott North America over conditions » (consulté le )
  71. (en) « Report: NWHL to expand season to 24 games per team for 2019-2020 », sur www.theicegarden.com,
  72. (en) « Record Broken: Dempsey hits 100 »,
  73. a et b (en) « NWHL Cancels 2020 Isobel Cup Final », sur www.nwhl.zone,
  74. Une sixième équipe va intégrer la NWHL en 2020-21, sur L'Équipe, 22 avril 2020.
  75. (en) « NWHL Announces Season 6 Timeline »,
  76. (en) « NWHL Announces Plan for Season and Isobel Cup Playoffs at Lake Placid's 1980 Rink-Herb Brooks Arena »
  77. (en) « NWHL TO AWARD ISOBEL CUP IN MARCH 2021 »,
  78. En français : « La coupe Lady Isobel Gathorne-Hardy 1875-163. Cette coupe se doit d'être remise annuellement à la plus grande équipe professionnelle féminine de hockey d'Amérique du Nord. Tous ceux qui poursuivent cette coupe, poursuivent un dream. Un rêve né avec Isobel, qui se doit de ne jamais mourir. »
  79. (en-US) « Isobel Cup », sur National Women's Hockey League (consulté le )
  80. (en) « Awards » (consulté le )
  81. (en-US) Rich Furlong, « How to Watch NWHL Games », National Women's Hockey League,‎ (lire en ligne, consulté le )
  82. Mike Murphy, « NWHL Games will be Streamed for Free with Cross-Ice Pass » [archive du ], sur SB Nation, (consulté le )
  83. Jen Neale, « NWHL, ESPN announce partnership to stream on ESPN3 » [archive du ], sur Yahoo! Sports, Yahoo Inc., (consulté le )
  84. SI Staff, « NWHL, NESN reach deal to televise eight Boston Pride games in 2015–16 » (version du 4 mars 2016 sur l'Internet Archive), sur Sports Illustrated,
  85. « NWHL announces broadcast partnership with ABC News for Isobel Cup Playoffs » (version du 24 août 2017 sur l'Internet Archive), sur theicegarden.com
  86. « NWHL & Twitter Partner on 'Game of the Week' Broadcasts for the 2017–18 Season » (version du 30 septembre 2017 sur l'Internet Archive),

Références bibliographiquesModifier