Ouvrir le menu principal

Ligne de Vichy à Riom

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Vichy à Riom
Image illustrative de l’article Ligne de Vichy à Riom
La BB 26157 tractant un Intercités quitte Vichy au tout début de la ligne près du PK 366 en juillet 2014.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Vichy, Randan, Riom
Historique
Mise en service 1931
Électrification 1990
Concessionnaires PLM (1905 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 787 000
Longueur 41 km
Vitesse maximale
commerciale
160 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Pente maximale 11 
Nombre de voies Double voie
Signalisation BAL
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF, ECR
Trafic Intercités, TER, Fret

La ligne de Vichy à Riom est une ligne ferroviaire française électrifiée à écartement standard et à double voie de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Située dans les départements français de l'Allier et du Puy-de-Dôme, elle a été construite tardivement (1931). Sa mise en service a permis aux trains assurant la relation entre Paris-Lyon et Clermont-Ferrand de desservir la gare de Vichy alors qu'auparavant ils empruntaient la ligne historique via Gannat. La distance via Vichy est sensiblement la même que par Gannat (le gain est de 51 m).

Elle constitue la ligne 787 000 du réseau ferré national.

HistoriqueModifier

La concession de la ligne est accordée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention signée entre la compagnie et le ministre des Travaux publics le 7 juillet 1905. Cette convention est approuvée par une loi le 27 avril 1906[1]. La ligne est déclarée d’utilité publique par une loi à cette même date[2].

La crise économique a retardé l'exécution des travaux[RP 1].

La ligne a été mise en service le [3]. Elle permet de « canaliser les express diurnes Paris – Clermont – Nîmes » et « Lyon – Clermont » desservant Vichy ; en revanche, les trains de nuit continuent à passer par Gannat[RP 1].

Aussitôt la ligne ouverte, la gare de Vichy s'ouvre vers le sud et la compagnie PLM crée une liaison vers Marseille via Nîmes. Cette même compagnie lance en 1934 une liaison par autorail Bugatti permettant de relier Paris et Clermont-Ferrand en moins de cinq heures, grâce à une vitesse de pointe de 130 à 135 km/h, alors que les trains à vapeur ne pouvaient dépasser 120 km/h[RP 1].

Dans les années 1970, les trains Paris – Clermont-Ferrand sont assurés par des CC 72000. La vitesse limite est portée à 140 km/h entre Ennezat-Clerlande et Riom, puis en 1976 à 160 km/h[RP 2].

CaractéristiquesModifier

Tracé et profilModifier

La ligne quitte la gare de Vichy en direction du sud. Elle se sépare de la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac puis oblique vers le sud-ouest et franchit un court tunnel puis l'Allier par un viaduc. Elle parvient sur la plaine de Limagne grâce à une longue rampe ainsi qu'un tunnel de 823 mètres[RP 1]. Elle rejoint la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac et atteint alors la gare de Riom - Châtel-Guyon par le troisième quai.

Le profil est très moyen avec une longue rampe de 11  sur 9 km pour accéder au tunnel de Randan. Le rayon des courbes qui varie de 600 à 900 m limite la vitesse des trains les plus rapides à 130, voire 120 km/h à Randan[RP 3].

InfrastructureModifier

La ligne a été construite à double voie. Elle a été électrifiée en 25 kV 50 Hz au titre du projet de Moret à Clermont-Ferrand ; les installations ont été mises en service le 25 mars 1990.

Elle a d'abord été équipée du block manuel PLM no 3 à son ouverture[RP 1], puis du block automatique lumineux (BAL) depuis 1986[RP 4]. Elle est en outre équipée du contrôle de vitesse par balises (KVB) et de la radio sol-train sans transmission de données.

Ouvrages d'artModifier

 
Viaduc d'Abrest vu depuis la rive droite (Abrest) avec la passerelle piétons en surplomb.

Il existe un seul viaduc notable, celui d'Abrest sur l'Allier peu après Vichy. Il est réalisé en maçonnerie avec sept arches de 33 m d'ouverture. Cette voie coexiste avec une passerelle pour piétons reliant Abrest à Hauterive. Le viaduc passe au-dessus de la ligne à voie unique de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac.

Deux tunnels ont été construits :

  • l'un, situé à Abrest, long de 98 m, passant sous le bourg ;
  • l'autre, situé peu avant la gare de Randan, long de 823 m.

Passages à niveauModifier

La ligne compte encore quelques passages à niveau coupant des voies communales ou des routes départementales. Dans le cadre du CPER Auvergne 2015-2020, en vue d'un relèvement possible de la vitesse à 200 km/h entre Randan et Riom, dix d'entre eux devraient être supprimés, dont trois ont déjà été programmés[RP 5],[4].

Les passages à niveau (PN) nos 5 et 6, situés sur la commune de Randan, ont été supprimés par arrêté préfectoral du 19 décembre 2014[5], n'ayant plus d'utilité depuis plusieurs décennies[6].

Vitesses limitesModifier

Sur l'ensemble de la ligne, les trains ne dépassent pas 160 km/h, que ce soient avec les AGC ou V 200[7],[RP 3].

Ainsi, entre Vichy et le PK 373,0 (deux kilomètres en aval de Saint-Sylvestre-Pragoulin), les trains ne dépassent pas 120 km/h (100 dans la zone de Vichy), 130 km/h entre les PK 373,0 et 386,1 (près de la gare de Saint-Clément-de-Régnat, avec une zone à 120 km/h près de la gare de Randan) et 160 km/h jusqu'à Clermont-Ferrand (avec une zone à 90 km/h à l'approche de Riom)[7],[RP 3].

Dans le cadre de l'amélioration de la ligne du Bourbonnais, des travaux effectués en 2016 (troisième tranche) permettent des relèvements de vitesse entre Vichy et Randan afin de porter la vitesse limite de 120 à 130 (sur 3,7 km) ou 150 km/h (sur 6,3 km)[RP 5],[4]. À partir du 11 décembre 2016, les trajets entre Riom et Vichy sont raccourcis de quatre minutes en moyenne.

SuperstructureModifier

Le long de la ligne, il existe sept gares intermédiaires. Les bâtiments, tout comme les maisons de gares des passages à niveau, sont de type PLM à architecture néorégionale à l'exemple des gares de la ligne de Nice à Breil-sur-Roya[RP 1].

À la naissance de la SNCF, ces gares intermédiaires ont fermé, « victimes de leur trop faible fréquentation », à l'exception de celle de Randan[RP 6] ; cette dernière ayant aussi fermé[Quand ?], aucune gare n'est donc ouverte au service des voyageurs.

Liste des gares de la ligne
Gare PK Coordonnées géographiques Commune État
Vichy 364,929 46° 07′ 35″ N, 3° 25′ 50″ E Vichy Gare ouverte : utilisée par les trains de voyageurs SNCF
Hauterive 369,444 46° 05′ 19″ N, 3° 26′ 20″ E Hauterive construite en 1924 - habitée[8]
Saint-Sylvestre-Pragoulin 374,826 46° 02′ 51″ N, 3° 24′ 29″ E Saint-Sylvestre-Pragoulin fermée
Randan 380,376 46° 00′ 35″ N, 3° 21′ 43″ E Randan fermée, BV vandalisé
Saint-Clément-de-Régnat 386,162 45° 59′ 07″ N, 3° 18′ 34″ E Saint-Clément-de-Régnat
Thuret 390,826 45° 57′ 56″ N, 3° 15′ 40″ E Thuret fermée, BV vandalisé
Surat 393,809 45° 56′ 27″ N, 3° 14′ 25″ E Surat détruite[9]
Ennezat - Clerlande 397,137 45° 54′ 58″ N, 3° 13′ 01″ E Ennezat Desserte de l'usine Limagrain - BV vandalisé
Riom - Châtel-Guyon 405,511 45° 53′ 24″ N, 3° 07′ 15″ E Riom Gare ouverte : utilisée par les trains de voyageurs SNCF

ExploitationModifier

Lors de sa mise en service en 1931, la ligne de Vichy à Riom va permettre la desserte des trains diurnes de la relation Paris – Clermont-Ferrand – Nîmes et Lyon – Clermont-Ferrand par Vichy ; les trains de nuit de Paris à Nîmes et à Langeac, ainsi que les convois de marchandises, continuent de transiter par Gannat du fait du profil de la voie, surtout en amont de Randan en direction de Clermont-Ferrand, nécessitant « un renfort de traction »[RP 1].

Actuellement, circulent :

Galerie photosModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  • « De Paris à Nîmes : la traversée du Bourbonnais et des Cévennes » :
  1. a b c d e f et g « Changements dans les années 30 », p. 24-26.
  2. « Des réformes horaires bénéfiques pour la relation Paris - Clermont », p. 52-58.
  3. a b et c Tableau : « Vitesses limites applicables en 2015 aux trains de voyageurs Paris - Clermont (en sens impair) », p. 73.
  4. « Le « Cévenol » et l'« Aubrac », ambassadeurs du tourisme ferroviaire », p. 58.
  5. a et b « La ligne du Bourbonnais relevée à 200 km/h mais désertée par les trains de nuit », p. 78.
  6. « La création de la SNCF et la guerre de 1939-1945 », p. 26-31.
  • Autres références :
  1. « No 47715 - Loi approuvant une convention provisoire passée avec la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée pour la concession des lignes de Gannat à La Ferté-Hauterive, de Vichy à Riom avec embranchement sur Maringues, de Brioude à Saint-Flour : 27 avril 1906 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 73, no 2736,‎ , p. 735 - 740 (lire en ligne).
  2. « No 47718 - Loi déclarant d'utilité publique, à titre d'intérêt général, l'établissement du chemin de fer de Riom à Vichy : 27 avril 1906 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 73, no 2736,‎ , p. 742 (lire en ligne).
  3. Technique moderne, vol. 23, H. Dunod et E. Pinat, , p. 571 (extrait).
  4. a et b « Contrat de plan État – Région 2015-2020 » [PDF], Conseil régional d'Auvergne, (consulté le 18 novembre 2015).
  5. « Arrêté no 2014353-0004 portant suppression du passage à niveau no 5 et 6 sur la ligne de chemin de fer Paris-Clermont-Ferrand tronçon Vichy-Riom sur le territoire de la commune de Randan » [PDF], sur le site de la préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 18 novembre 2015).
  6. « Enquête publique commodo et incommodo concernant le projet de suppression des passages à niveau no 5 et no 6 sur la commune de RANDAN, présenté par la S.N.C.F » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 18 novembre 2015).
  7. a et b « Ligne de Nevers à Clermont-Ferrand (par Vichy et par Gannat) » (consulté le 14 décembre 2012).
  8. « Gare », notice no IA00063573, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. Gare de Surat sur Massif Central Ferroviaire

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • André Rasserie, Le Bourbonnais : 150 ans d'histoire, Presses et Éditions ferroviaires, (ISBN 2905447052)
  • « Une nouvelle ligne PLM : Vichy à Riom », Bulletin PLM, Compagnie des chemins de fer PLM, no 16,‎ (lire en ligne)
  • Bernard Collardey, « De Paris à Nîmes : la traversée du Bourbonnais et des Cévennes », Rail Passion, no hors-série,‎  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier