Ouvrir le menu principal

Ligne de Figeac à Arvant

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Figeac à Arvant
Image illustrative de l’article Ligne de Figeac à Arvant
La gare de Massiac (Cantal)
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Figeac, Aurillac, Neussargues, Massiac
Historique
Mise en service 1861 – 1868
Concessionnaires Grand-Central (1853 – 1857)
PO (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 720 000
Longueur 170,6 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
Signalisation BAPR-VB de Maurs à Aurillac
BM-VU SNCF de Figeac à Maurs et d'Aurillac à Arvant
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Intercités de Neussargues à Arvant, TER, fret

La ligne de Figeac à Arvant est une voie ferrée française non électrifiée à écartement standard et à voie unique des régions Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie. Elle relie les gares de Figeac et d'Arvant.

Elle constitue la ligne 720 000 du réseau ferré national.

Sommaire

HistoireModifier

La section d'Arvant à Lempdes, partie d'un itinéraire « de Clermont-Ferrand à Lempdes », est concédée à titre définitif par décret impérial le 21 avril 1853 à Messieurs le comte de Morny, J. Masterman, le comte H. de Pourtalès-Gorgier, Matthiew Uzielli, Calvet-Rogniat, Samuel Laing, le marquis de Latour-Maubourg et Hutchinson[1]. Ce même décret concède à titre éventuel aux mêmes personnes, un chemin de fer « de Lempdes à la rivière Lot » dont la section de Lempdes à Figeac constitue une partie de l'itinéraire.

Le 30 mars 1853 est constituée la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France. Cette compagnie est autorisée par un décret impérial du 30 juillet 1853 qui autorise aussi sa substitution aux concessionnaires initiaux de la ligne.

Les 2 février et 6 avril 1855 est signé une convention entre le ministre des Travaux publics et les administrateurs de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France. Elle concède à titre définitif à la compagnie la ligne « de Lempdes à la rivière Lot »[2]. Cette convention est approuvée par décret impérial le 7 avril 1855[3].

À la suite de la déconfiture financière de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France, son démantèlement est organisé en 1857 au profit de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et de la constitution de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. La Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans récupère notamment la concession de la ligne de Figeac à Arvant par la convention signée le 11 avril 1857 avec le ministre des Travaux publics. Cette convention est approuvée par décret le 19 juin 1857[4].

Des travaux de Renouvellement Voie Ballast ont été effectués en été 2012, engagés dans le cadre du Plan Rail Auvergne[5]. Le 11 septembre 2012, un accident du travail s'est produit, tuant deux ouvriers sur le coup, originaires du Pas-de-Calais et travaillant pour un sous-traitant du département[6], et en blessant gravement un autre. Un wagon transport du ballast s'est détaché de l'engin qui le tractait et a heurté un groupe d'ouvriers avant de percuter un engin de levage[7]. Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte[6]. À la suite de cet accident, les travaux de RVB entrepris sur une autre ligne de la région Auvergne, entre Clermont-Ferrand et Volvic, ont été suspendus à titre conservatoire, selon un communiqué de RFF[8].

DesserteModifier

La ligne est desservie par les trains suivants :

Notes et référencesModifier

  1. « N° 400 - Décret impérial portant concession des chemins de fer de Clermont-Ferrand à Lempdes, de Montauban à la rivière Lot et de Coutras à Périgueux : 21 avril 1853 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 1, no 45,‎ , p. 690 - 713 (lire en ligne).
  2. « Convention relative à la concession de lignes de chemin de fer à la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 5, no 292,‎ , p. 830 - 838 (lire en ligne).
  3. « N° 2878 - Décret impérial qui approuve la convention passée, les 2 février et 6 avril 1855, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France : 7 avril 1855 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 6, no 313,‎ , p. 58 - 59 (lire en ligne).
  4. « N° 4796 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 avril 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans : 19 juin 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 522,‎ , p. 244 - 274.
  5. RFF, Plan Rail Auvergne
  6. a et b Catherine Perrot, « Les victimes originaires du Pas-de-Calais », La Montagne,‎
  7. Catherine Perrot (textes) et Thierry Marsilhac (photo), « Deux morts sur un chantier ferroviaire », La Montagne,‎
  8. Communiqué de presse - Accident survenu sur la ligne Aurillac-Figeac : RFF diligente une enquête, 12 septembre 2012

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Inauguration du chemin de fer d'Aurillac à Figeac le 11 novembre 1866 : compte rendu de la fête et itinéraire descriptif de la ligne, extrait du moniteur du Cantal, imprimerie Ferrary frères, Aurillac, 1866, 44 pages (intégral)

Articles connexesModifier