Ouvrir le menu principal

Ligne d'Orange à Buis-les-Baronnies

ligne de chemin de fer française

Ligne
d'Orange à Buis-les-Baronnies
⇒ Voir la carte de la ligne. ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Gare de Violès
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Orange, Vaison-la-Romaine, Buis-les-Baronnies
Historique
Mise en service 1907
Fermeture 1952
Concessionnaires PLM (1893 – 1937)
SNCF (1938 – 1954)
Ligne déclassée (à partir de 1954)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 931 000
Longueur 49,719 km
Écartement Voie métrique (1,000 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne d'Orange à Buis-les-Baronnies était une ligne de chemin de fer française à écartement métrique et à voie unique non électrifiée qui reliait les villes d'Orange et Buis-les-Baronnies, entre le 10 mai 1907 (inauguration officielle) et 1952.

La ligne, ainsi que le matériel roulant et les équipements, a appartenu à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée puis à la SNCF. L'exploitation était confiée à la Société générale des chemins de fer économiques. Elle constituait la ligne 931 000 du réseau ferré national.

HistoireModifier

 
La gare de Mollans

Le premier initiateur de la ligne est François Vigne, négociant lyonnais, originaire de Nyons, en 1860. Il projetait de relier Orange à Nyons, via la vallée de l'Aygue. Mais les difficultés techniques, et les crues fréquentes de la rivière, mettront un terme au premier projet. C'est un arrêté préfectoral qui relancera le projet 5 ans plus tard[1].

La loi du 17 juillet 1879 (Plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 130, une ligne de « Vaison à Orange »[2].

La section d'Orange à Vaison-la-Romaine a été concédée à titre éventuel à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) par une loi le 2 août 1886[3].

Cette section est concédée à titre définitif par une convention signée le 10 août 1893 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. La même convention fixe l'écartement de la voie de la ligne à un mètre. La convention est approuvée à la même date par une loi qui déclare d'utilité publique, à titre de ligne d'intérêt général, cette section de ligne[4].

La section de Vaison-la-Romaine à Buis-les-Baronnies a été concédée à titre éventuel au PLM en même temps que la concession à titre définitif de celle d'Orange à Vaison, par une convention signée le 10 août 1893 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie[4].

Elle est déclarée d'utilité publique à titre de ligne d'intérêt général et concédée définitivement à la même compagnie par une loi le 16 juillet 1896[5].

Le PLM a confié l'exploitation à la Société générale des chemins de fer économiques (SE) par un traité signé le 21 mai 1902. Ce traité est approuvé par un décret le 10 octobre 1905[6]. Lors de la nationalisation, le 1er janvier 1938, la ligne a été reprise par la SNCF qui a continué à la faire exploiter par la SE [7].

L'ouverture à l'exploitation a eu lieu le 10 mai 1907[8].

La ligne est fermée le 14 décembre 1952. Elle est déclassée en totalité par décret le 12 novembre 1954[9].

Entre Séguret et Pierrelongue ainsi que sur quelques sections en direction d'Orange, la plus grande partie de la ligne, dont plusieurs ponts et un tunnel, ont été intégrés au réseau routier.

Le tunnel de Pierrelongue a été reconverti en cave à vin et le pont sur l'Ouvèze a disparu[10].

CaractéristiquesModifier

 
La voiture ABef 5 préservée.

Gare de JonctionModifier

La gare d'Orange est le centre du réseau où se trouve le dépôt et les ateliers d'entretien.

Matériel roulantModifier

 
Locomotive 3994 en gare de Buis-les-Baronnies

LocomotivesModifier

  • N° 3993 à 3994, type 130t Decauville 1920,
  • N° 3995 à 3999, type 130t Corpet-Louvet 1907, N° constructeur 1108 à 1112

Voitures voyageursModifier

  • Voitures à bogies N° ABef 1 à 10

Les voitures ABef 4 et 5 sont préservées au Chemin de fer de la baie de Somme.

Notes et référencesModifier

  1. Histoire de la ligne
  2. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  3. « N° 17490 — Loi qui concède diverses lignes de Chemins de fer à la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 2 août 1886 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 33, no 1036,‎ , p. 633 - 634 (lire en ligne).
  4. a et b « N° 26957 — Loi qui approuve une convention passée entre l'État et la Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée pour la concession à cette compagnie du chemin de fer d'Orange au Buis-les-Baronnies, par ou près Malaucène et déclare d'utilité publique, à titre d'intérêt général, la section du chemin de fer comprise entre Orange et Vaison : 10 août 1893 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 47, no 1578,‎ , p. 497 - 500 (lire en ligne).
  5. « N° 31394 — Loi qui déclare d'utilité publique, à titre d'intérêt général, l'établissement de la section du chemin de fer d'Orange au Buis, comprise entre Vaison et le Buis : 16 juillet 1896 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 53, no 1793,‎ , p. 233 - 234 (lire en ligne).
  6. « N° 47184 — Décret portant approbation du traité passé, le 21 mai 1902, entre la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée et la Société générale des chemins de fer économiques pour l'exploitation de la ligne à voie étroite d'Orange au Buis-les-Baronnies : 10 octobre 1905 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 62, no 2705,‎ , p. 1406 - 1407 (lire en ligne).
  7. Livre : Géographie universelle des transports, Tome 1, 2e volume : réseaux divers, par H. Lartilleux, librairie Chaix, 1948, page 7.
  8. Le Journal des transports : revue internationale des chemins de fer et de la navigation, année 1907-05, page 223.
  9. « Décret no 54-1099 du 12 novembre 1954 portant déclassement de certaines lignes et sections de lignes de chemin de fer d’intérêt général », Journal officiel de la République Française,‎ , p. 10676-10677 (ISSN 0373-0425, lire en ligne).
  10. « Panoramio - Photo of Pierrelongue », sur www.panoramio.com (consulté le 10 janvier 2018)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Henri Domengie, Les petits trains de jadis : Sud-est de la France, Breil-sur-Roya, Les Éditions du Cabri, coll. « Les petits trains de jadis », , 272 p. (ISBN 2-903310-34-3).
  • Valère Mancip, Patrick Péruch et Yves Favier, Le petit train du Buis : ou la mémoire du train Orange-Vaison-Buis les Baronnies, Valignat, Editions de l'Ormet, coll. « Connaissance du Rail / Hors-série », , 127 p. (ISSN 0222-4844)

articles connexesModifier

Liens externesModifier