Ligne d'Arles à Salon-de-Provence

Ligne
d'Arles à Salon-de-Provence
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Arles, Fontvieille, Maussane, Mouriès, Aureille, Eyguières, Salon-de-Provence
Historique
Mise en service 1875
Fermeture 1933
Concessionnaires Société des chemins de fer des Bouches-du-Rhône (1870 – 1881)
Société nouvelle des chemins de fer des Bouches-du-Rhône (1881 – 1906)
Compagnie des chemins de fer départementaux des Bouches-du-Rhône (1906 – 1950)
Caractéristiques techniques
Longueur 47 km
Écartement standard (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire Régie départementale des transports des Bouches-du-Rhône
Trafic Voyageurs et fret

La ligne d'Arles à Salon-de-Provence est une ligne ferroviaire française à écartement standard et à voie unique non électrifiée[1], ayant fonctionné de à , aujourd'hui partiellement déclassée et déferrée.

D'une longueur de 47 km, elle traversait le sud de la Provence en longeant le sud du massif des Alpilles. Aujourd'hui, seule est partiellement exploitée la portion d'Arles à Fontvieille, le reste de la voie ayant ensuite disparue.

ChronologieModifier

Concession : le 14 janvier 1869, un traité accorde la concession de la ligne Arles - Fontvieille à M. Henri Michel.

Déclaration d'utilité publique : 19 février 1870[2]

Dates d'ouverture :

Fermeture au trafic voyageurs :

Fermeture au trafic fret :

  • 1947 : Fontvieille - Salon-de-Provence[6]

HistoriqueModifier

Concessionnaires et constructionModifier

En est créée la Société des chemins de fer des Bouches-du-Rhône qui construit et exploite une première portion d'Arles à Fontvieille à écartement métrique[7]. Ses actifs sont repris en 1881 par la Société nouvelle des chemins de fer des Bouches-du-Rhône[4].

Parallèlement, en 1884, la Compagnie des chemins de fer régionaux des Bouches-du-Rhône est créée par la Société de construction des Batignolles pour construire et exploiter un réseau de chemin de fer d'intérêt local dans les Bouches-du-Rhône[8]. Ainsi, le , elle crée la portion Fontvieille - Salon-de-Provence à écartement normal, ce qui oblige la portion Arles - Fontvieille à mettre son écartement à jour[7].

En 1906, les actifs de ces deux organismes sont repris par la Compagnie des chemins de fer départementaux des Bouches-du-Rhône qui, par conséquent, va exploiter l'entièreté de la ligne d'Arles à Salon, soit environ 45 km[4].

Enfin, en 1913, la Compagnie laisse place à un organisme créé par le département, la Régie départementale des chemins de fer des Bouches-du-Rhône (renommée Régie départementale des transports des Bouches-du-Rhône en , abrégée RDT13)[4],[9].

Exploitation commercialeModifier

La ligne est essentiellement utilisée pour le transport de marchandises. On y achemine les pierres de taille des carrières de Fontvieille et des Baux-de-Provence[3], de la bauxite, mais aussi des denrées alimentaires telles que l’huile d’olive et le vin[5],[8],[9].

Elle est également utilisée pour le transport de passagers jusqu’en 1933, période à laquelle la concurrence de l'automobile et des réseaux d'autobus se fait trop forte sur les chemins de fer d'intérêts locaux[9],[10].

Peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ligne est entièrement déferrée, à l'exception du tronçon Arles - Fontvieille, utilisé encore aujourd'hui pour l’arsenal de la Marine nationale et un vélorail[9].

Exploitations touristiquesModifier

 
Train touristique des Alpilles (2001-2013)

Le Petit Train des AlpillesModifier

À partir de , la ligne Arles - Fontvieille est réhabilitée par la RDT13, toujours propriétaire de la ligne[3]. Elle transporte à nouveau des voyageurs grâce à un train touristique, le Train des Alpilles. Il parcourt les 10,7 km à une vitesse moyenne de 20 km/h, soit un trajet de 45 minutes environ[5].

Le matériel roulant est composé d'une locomotive à vapeur de type 030 T de construite à Graffenstaden[11],[12], aujourd'hui au dépôt de l'AJECTA à Longueville, en Seine-et-Marne[13]. Le train touristique dispose également de 2 autorails X 3800 "Picasso" et X 5845, de 2 locotracteurs Fauvet-Girel, 1 locotracteur B903 et 1 Moyse, ainsi que plusieurs voitures suisses[12],[14],[15].

En , la RDT13 doit arrêter l'exploitation touristique au profit d'une activité à vocation industrielle et militaire[16]. En effet, après 12 ans d'exploitation, la convention signée entre la Régie et la Marine Nationale touche à sa fin et n'est pas renouvelée[10].

Vélorail des AlpillesModifier

En , la RDT13 et la marie de Fontvieille relancent l'activité touristique sur la ligne grâce à l'exploitation de vélorails entre la gare de Fontvieille et l'Abbaye de Montmajour. La société VDA13, qui possède déjà une activité similaire en région Occitanie, obtient l'autorisation d'exploiter entre 15 et 20 vélorails sur une portion de 4,2 km, sur laquelle est aménagée une aire de retournement sur la voie ferrée[9].

VestigesModifier

Arles : la gare d'Arles BdR (pour le réseau des Bouches-du-Rhône) est toujours située quelques mètres au nord de la gare d'Arles - P.L.M (pour Paris-Lyon-Méditerranée). La RDT13 dispose toujours de son site historique de 3 hectares, directement embranché au réseau ferré national. Il se compose d'un atelier de maintenance et d'un faisceau de voies. En , elle envisage de doubler les capacités de maintenance de matériel roulant ferroviaire de ce site et lance une « consultation non engageante pour identifier des partenaires potentiels pour le développement d’installations et d’activités sur le site »[17].

Maussane-les-Alpilles: le bâtiment voyageur abrite aujourd'hui la salle Jean Favier, construite en extension. D'ouest en est, la voie a été effacée au profit du chemin Vieux Maussane, de l'avenue des Alpilles et de la D17.

Mouriès : la gare abrite le centre technique de la ville ; la ligne est effacée au profit de la D17, des avenues Alphonse Daudet, Frédéric Mistral et Jean Calendal Vianes, ainsi que de la route du Pont des Plaines.

Aureille : le bâtiment voyageur existe toujours, il s'agit d'une habitation privée ; une nouvelle fois, la D17 reprend une large partie du tracé[11],[18].

Eyguières : la ville était une gare de bifurcation. La ligne d'Arles poursuivait vers Salon en direction du sud, tandis qu'une autre ligne partait d'Eyguières en direction de Meyrargues en direction de l'est. La gare est aujourd'hui devenue une salle polyvalente et une école a été construite dans le périmètre. Les voies ont laissé place à un parking et la cour des marchandises à un grand square. Subsistent le château d'eau et la remise aux locomotives[11]. Le tracé est aujourd'hui utilisé par le chemin de Grande Randonnée 653A, dit Via Aurelia, qui relie Arles à Menton[19].

Salon-de-Provence : la gare BdR était située au nord-ouest de celle du P.L.M. La voie a disparu au profit du chemin des Batignolles, arrivant de l'ouest, une dénomination intéressante puisque la Société de Construction des Batignolles a construit et entretenu cette portion de ligne. La rue des Korrigans constitue les derniers mètres avant la gare BdR[18].

Représentation dans les artsModifier

 
Vincent van Gogh, Paysage près de Montmajour, 1888. Le train à vapeur circule sur la ligne d'Arles à Salon.

La ligne est immortalisée dans un dessin du peintre hollandais Vincent van Gogh, Paysage près de Montmajour avec un train, réalisé en . L'artiste s'est installé sur les hauteurs de l'Abbaye de Montmajour. Sur ce dessin de petit format (49 × 61 cm), on y distingue clairement un train à vapeur transportant 6 wagons à travers la plaine de la Crau, en direction de Salon-de-Provence, peu avant la gare de Fontvieille. Dans une de ses lettres adressées à son frère Théo, Vincent van Gogh lui fait part de sa satisfaction :

« Selon moi les deux vues de la Crau et de la campagne du côté des bords du Rhône sont ce que j’ai fait de mieux de ma plume. »[20]

Le dessin fait partie de la collection permanente du British Museum de Londres[21].

Description de la ligneModifier

La ligne débute en gare d'Arles-BdR et s'en éloigne en partant vers l'est, traversant la plaine de la Crau jusqu'à Fontvieille. De là, elle longe le sud du massif des Alpilles, toujours vers l'est jusqu'à Eyguières, où elle est raccordée à la ligne de Meyrargues. Elle part finalement en direction sud-est jusqu'à la gare de Salon-de-Provence[11].

Le tracé se situant au pied des Alpilles, sur un relief relativement plat, la ligne ne comporte que très peu d'ouvrages d'art (voir « Schéma de la ligne »).

Matériel roulantModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Histoire de la ligne du BdR de Barbentane à Orgon-Gare », sur bne.lagramillere.free.fr (consulté le )
  2. Bulletin des lois de l'Empire franc̜ais : Premier semestre de 1870, Paris, Imprimerie impériale, , 764 p. (lire en ligne), p. 479-490
  3. a b c et d Isabelle Havard et Bruno Decrock, « Pont ferroviaire du Petit Train des Alpilles », sur dossiersinventaire.maregionsud.fr (consulté le )
  4. a b c et d Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires, « Liste des chemins de fer secondaires. Bouches-du-Rhône », sur facs-patrimoine-ferroviaire.fr (consulté le )
  5. a b et c « Le petit train des Alpilles », sur alpilles-info.fr, (consulté le )
  6. a et b « Réseau des Bouches du Rhône », sur ruedupetittrain.free.fr (consulté le )
  7. a et b « Arles - Fontvieille », sur trains.fandom.com (consulté le )
  8. a et b Rang-Ri Park-Barjot, La société de construction des Batignolles : Des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914), Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, , 542 p. (ISBN 978-2-84050-389-7, lire en ligne), p. 159-160
  9. a b c d et e RDT13, « Le Vélorail des Alpilles : tout un patrimoine mis en lumière », sur rdt13.fr (consulté le )
  10. a et b Robert Villena, Alain Préhu et Jean Manière, RDT13 100 ans. L'avenir vous transporte, , 120 p. (lire en ligne), p. 13
  11. a b c et d Marc-André Dubout, « Arles-Salon », sur marc-andre-dubout.org (consulté le )
  12. a et b Marc-André Dubout, « Le train des Alpilles », sur marc-andre-dubout.org (consulté le )
  13. Alain Gallé, « Locomotive Vapeur - 030 T 8157 », sur letraindalain.free.fr (consulté le )
  14. « RDT13 - Train des Alpilles », sur rail86.free.fr (consulté le )
  15. Patrimoine Ferroviaire Français, « Alpilles », sur tvnp.fr (consulté le )
  16. Ghislaine Milliet, « Le Train des Alpilles arrêté pour raisons économiques », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le )
  17. RdT13, « Développement des activités ferroviaires du site RDT13 d'Arles », sur rd13.fr, (consulté le )
  18. a et b « Gare aux Gares », sur gareauxgares.canalblog.com/ (consulté le )
  19. GR infos, « GR653A Via Aurelia », sur gr-infos.com (consulté le )
  20. (en) « To Theo van Gogh. Arles, on or about Friday, 13 July 1888. », sur vangoghletters.org (consulté le )
  21. (en) « drawing | British Museum », sur britishmuseum.org (consulté le )
  22. http://forum.e-train.fr/trains/download/file.php?id=301879