Ouvrir le menu principal

Ligne d'Arches à Saint-Dié

ligne de chemin de fer française

Ligne
d'Arches à Saint-Dié

Carte des Vosges

Arches
Jarménil
Docelles - Cheniménil
Deycimont
Lépanges
Laval
Bruyères
Laveline-dvt-B.
La Chapelle
Biffontaine
La Houssière
Corcieux - Vanémont
St-Léonard
Saulcy
St-Dié

Carte de la ligne
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Arches, Bruyères, Saint-Dié-des-Vosges
Historique
Mise en service 1869 – 1876
Concessionnaires Ch. de fer de la Vologne (1870 – 1871)
CF Vosges (1871 – 1881)
État (1881 – 1883)
Est (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 062 000
Longueur 48,925 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 15 
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement à double voie)
Signalisation BM-VU
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic aucun (depuis le )

La ligne d'Arches à Saint-Dié est une voie ferrée des Vosges, en France. Elle relie Arches, à proximité d'Épinal, à Saint-Dié-des-Vosges.

Elle constitue la ligne 062 000[1] du réseau ferré national.

À l'époque de la compagnie des chemins de fer de l'Est, elle constituait la section intermédiaire de la ligne 18 de Lunéville à Épinal (qui intégrait donc la ligne de Lunéville à Saint-Dié et une partie de la ligne d'Épinal à Bussang). En 1938, la région Est de la SNCF nouvellement constituée procéda à un remaniement de la numérotation des lignes de son réseau ; la ligne d'Arches à Saint-Dié resta la section intermédiaire d'une nouvelle ligne 18 d'Épinal à Strasbourg (qui intégrait donc désormais une partie de la ligne d'Épinal à Bussang et la ligne de Saint-Dié à Strasbourg).

Depuis le , le trafic de la ligne est suspendu et remplacé par un service routier (autocars). En 2019, des travaux de rénovation sont annoncés, pour une remise en service (avec ouverture à la concurrence) prévue en 2022.

HistoriqueModifier

ConcessionModifier

La concession de la ligne s'est réalisée en deux phases : La section d'Arches à Laveline est concédée pour 99 ans à MM. Galtier Joseph père et Burdin de Péronne par une convention signée le 15 décembre 1866 avec le département des Vosges. La convention est approuvée par un décret impérial le qui déclare la ligne d'utilité publique[2]. Les concessionnaires initiaux constituent la Société anonyme du chemin de fer de la Vologne.

La section de Laveline à Saint-Dié, en compagnie des embranchements de Laveline à Granges et de Saint-Léonard à Fraize, est concédée à la compagnie des chemins de fer des Vosges, nouveau nom de la Société anonyme du chemin de fer de la Vologne, par une convention signée le 3 juillet 1872 entre le département des Vosges et la compagnie. La convention est approuvée par un décret le qui déclare la ligne d'utilité publique à titre d'intérêt local[3].

Traités entre la Compagnie de l'Est et la Compagnie des VosgesModifier

Différents traités règlent les relations entre la Compagnie de l'Est et la Compagnie des Vosges :

OuvertureModifier

La ligne a été ouverte :

  • le , d'Arches à Bruyères ;
  • le , de Bruyères à Laveline ;
  • le , de Laveline à La Chapelle ;
  • le , de La Chapelle à Saint-Dié.

Reprise de la ligne par la Compagnie de l'EstModifier

La petite compagnie, dont les finances périclitent, conclut le une convention avec l'État, approuvée par la loi du (promulguée le lendemain), prononçant le rachat par l'État du réseau pour la somme de 10 600 000 F et l'intégration de la ligne dans le réseau de chemin de fer d'intérêt général[4]. Le ministre des Travaux publics, qui doit assurer l'exploitation du réseau, conclut le une convention avec la Compagnie de l'Est, approuvée par décret du [5], confiant à cette dernière l'exploitation du réseau des Vosges. La Compagnie des Vosges qui, en vertu de la convention du 10 décembre 1880, devait assurer à ses risques et périls l'exploitation de la ligne pendant une période de six mois à partir de la date de promulgation de la loi approuvant ladite convention, confie l'exploitation du réseau à la Compagnie de l'Est le .

La ligne est cédée par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le . Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[6].

La ligne durant la Première Guerre mondialeModifier

 
Groupe GVC de 1914, en gare de La Houssière.

Nombre de lignes ferroviaires, proches de la frontière puis du front, firent l'objet d'une surveillance et d'une protection militaires, dévolues aux hommes des régiments territoriaux organisés en groupes de Gardes de Voies et Communications (GVC). La ligne d'Arches à Saint-Dié fut concernée, ainsi qu'en témoigne la photographie ci-contre.

L'offensive allemande, lors de la bataille de la Haute Meurthe, porte les combats à proximité immédiate de la ligne (notamment au col d'Anozel et dans la vallée du Taintroué). Le site du Grand Remblai, proche du tunnel de Vanémont, est alors un lieu d'exécution des sentences de mort prononcée pour l'exemple par l'autorité militaire, envers des soldats français d'active jugés manquant de combativité au front[7].

Suspension et reprise du trafic ferroviaireModifier

Le , arguant la vétusté des infrastructures, la SNCF indique que le trafic ferroviaire entre Arches et Saint-Dié-des-Vosges sera suspendu à compter du de la même année[8]. En effet, depuis cette date, les voyageurs disposent d'un service d'autocars comme substitution[9].

En , la ministre des transports Élisabeth Borne annonce la réouverture des 48 kilomètres de la ligne vers 2022, à la suite d'une rénovation dont le coût s'élève à 21 millions d'euros. Dans le cadre de l'ouverture à la concurrence, le service pourrait alors être effectué par un opérateur privé, après un appel d'offres de la région Grand Est[10].

InfrastructureModifier

TracéModifier

La ligne a une longueur construite de 46,335 km, non compris les réutilisations des voies existantes (2,408 km au départ d'Arches et 0,187 km au départ de Saint-Dié).

La ligne remonte la vallée de la Vologne sur sa rive droite, parfois à proximité immédiate, la construction de la ligne ayant alors nécessité une adaptation du lit de la rivière. Peu avant la halte de Laval, la ligne s'écarte du cours d'eau pour gravir le tertre sur lequel se perche Bruyères, dont la gare, atteinte après l'ascension de rampes atteignant 14 mm/m, se trouve en contrebas de la ville, à la sortie du double tunnel de Bruyères.

À la gare de Laveline, la ligne, après une section dont la pente atteint 14 mm/m, retrouve le cours de la Vologne. Laissant à sa droite l'embranchement de Gérardmer, qui remonte la rivière, la ligne 18 remonte quant à elle le Neuné, avec des rampes atteignant 15 mm/m jusqu'au faîte de Vanémont, à 505 m d'altitude, où elle bascule dans le bassin de la Meurthe, rivière qu'elle atteint à Saint-Léonard, après des pentes de 15 mm/m, et qu'elle suit jusqu'à son terminus de Saint-Dié.

VoieModifier

La ligne a été construite à voie unique, mais le renforcement du réseau stratégique des Vosges, à la suite de la défaite de 1870, prévoit le doublement des voies d'Arches à La Chapelle. Ce doublement est effectif le .

Au-delà, le doublement ne sera effectif qu'à l'ouverture de la liaison par le col de Saales, le .

La ligne a été remise à voie unique au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande ayant procédé au démontage lors de sa retraite en 1944.

PontModifier

Le seul pont important de la ligne se trouve à son origine. Il s'agit du franchissement de la Moselle, en aval immédiat de la confluence avec la Vologne.

TunnelsModifier

La ligne comprend deux zones de tunnels, respectivement à Bruyères et à Vanémont.

Étant donné l'historique de la ligne, d'abord construite à voie unique avant d'être ultérieurement dédoublée, les deux voies n'ont jamais partagé le même tunnel.

À Bruyères, les tunnels, situés à la sortie de la gare direction Arches, franchissent l'éperon sur lequel passe la RD 44. La voie 1 franchit un tunnel de 146,37 m, situé entre les PK 18,954 et 19,100 ; la voie 2 franchit quant à elle un tunnel de 142,96 m, situé entre les PK 18,957 et 19,103. Actuellement, la voie, unique, utilise le tunnel de la voie 2.

À Vanémont, les tunnels se trouvent entre les gares de Corcieux-Vanémont et de Saint-Léonard. Il y a en réalité trois tunnels :

  • le tunnel de Vanémont n°1 voie 1, de 162 m, situé entre les PK 34,680 et 34,842 ;
  • le tunnel de Vanémont n°1 voie 2, même longueur et même emplacement ;
  • le tunnel de Vanémont n°2 voie 2, de 160 m, situé entre les PK 35,478 et 35,638.

Le tunnel de Vanémont n°2 voie 1 n'existe pas. Lors du dédoublement, la voie n°1 a été construite à flanc de coteau à ciel ouvert. Actuellement, la voie, unique, utilise le tunnel de la voie 1 et la section à ciel ouvert.

EmbranchementsModifier

Outre les deux embranchements vers Gérardmer et Fraize, et la jonction avec la ligne de la vallée de la Mortagne, la ligne comporte les embranchements suivants :

  • En gare de Docelles-Cheniménil, l'embranchement particulier « TMF » a été le dernier embranchement particulier actif et a justifié jusqu'en 2011 la seule desserte fret actuelle de la ligne. Il était en réalité essentiellement constitué de la cour marchandise de la gare d'origine.
  • Peu avant la halte de Laval, au moment de s'éloigner du cours de la Vologne, la ligne laisse à sa droite l'embranchement de la papeterie de Laval, inexploité, qui longe la rivière sur un peu plus de 800 m.
  • À Bruyères, au niveau de la bifurcation de la ligne vers Rambervillers, […]
  • À La Chapelle, desserte d'une usine […]
  • À Saulcy, desserte d'une usine […]
  • À Saint-Dié, le raccordement de Saint-Dié, de 969 m déclaré d'utilité publique en 1923, non ouvert au trafic commercial, permettait de rejoindre la ligne du col de Saales sans rebrousser en gare de Saint-Dié. Ce raccordement a été déclassé par décret du , mais déjà déposé en 1990.

ExploitationModifier

Compagnie des VosgesModifier

Dès l'ouverture de la première section de la ligne, d'Arches à Bruyères, la Société de la Vologne dispose de deux locomotives, acquises auprès de l'usine de Graffenstaden. L'extension du réseau oblige la société à acquérir cinq nouvelles locomotives ; l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne oblige la société à s'adresser auprès de la SACM de Belfort, branche demeurée française de l'usine de Graffenstaden.

Type Constructeur Nom de baptême[11]
1 030T Graffenstaden La Vologne
2 030T Graffenstaden La Ville de Bruyères
3 030T SACM Belfort Granges
4 030T SACM Belfort Ville de Saint-Dié
5 030T SACM Belfort Fraize-Plainfaing
6 030T SACM Belfort Les Vosges
7 030T SACM Belfort Ville de Badonviller

Notes et référencesModifier

  1. Classement sonore des infrastructures de transport de la Moselle page 19 Arrêté
  2. « N° 15936 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local d'Arches à Laveline (Vosges) : 25 décembre 1867 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 31, no 1585,‎ , p. 337 - 354 (lire en ligne).
  3. « N° 2625 - Décret qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Laveline à Saint-Dié, avec embranchements sur Gérardmer et Fraize : 2 mai 1873 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 7, no 175,‎ , p. 1099 - 1117 (lire en ligne).
  4. « N° 10621 - Loi qui incorpore dans le réseau d'intérêt général les chemins de fer d'intérêt local d'Arches à Laveline, de Laveline à Saint-Dié, avec embranchements sur Grange et sur Fraize, et de Grange à Gérardmer : 14 avril 1881 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 22, no 620,‎ , p. 647 - 649 (lire en ligne).
  5. « N° 11286 - Décret qui approuve la convention passée entre l'État et la Compagnie des chemins de fer de l'Est pour l'exploitation provisoire de diverses lignes de chemins de fer : 3 octobre 1881 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 23, no 669,‎ , p. 1014 - 1019 (lire en ligne).
  6. « N° 14216 - Loi qui approuve la convention passée, le 11 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 345 - 352 (lire en ligne).
  7. André Moulin, Des défricheurs aux bâtisseurs : Corcieux, Épinal, Saint-Print, 1984.
  8. « Fermeture de la ligne SNCF Épinal/Saint-Dié : le collectif organise la riposte », Vosges Matin, (consulté le ).
  9. « Dernier train entre Épinal-Saint-Dié : les opposants à la fermeture de la ligne se retrouvent en gare de Bruyères », Vosges Matin, (consulté le ).
  10. Jean-François Didier, « Ligne Épinal-Saint-Dié: retour des trains en 2022 et ouverture à la concurrence », sur france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est, (consulté le 3 juillet 2019).
  11. D'après R. Le Pennec, Sur les rails vosgiens, Éd. du Cabri, 2006.

Voir aussiModifier